La Californie doit prendre au sérieux l’itinérance

En ce qui concerne les sans-abrisme, la main gauche de la Californie ne semble pas savoir ce que fait sa main droite. C’est une crise qui compte plus de 160 000 personnes, dont beaucoup sont gravement toxicomanes et/ou malades mentaux, vivent dans des bidonvilles et des campements, dont beaucoup ont récemment été libérées de prison, dont beaucoup souffrent de problèmes de santé chroniques. Mais chaque fois qu’une branche du gouvernement annonce une mesure pour y remédier, une autre branche du gouvernement fait quelque chose d’aveuglément stupide pour aggraver le problème. Exemple : Sacramento, où j’habite.

Sacramento n’est pas une grande ville ; selon les récentes estimations du recensement, sa population est juste inférieure à 540 000. Le comté environnant a une population d’à peine 1,6 million d’habitants. Pourtant, même avant la pandémie, les décomptes ponctuels montraient plus de 5 500 sans-abri dans les rues, la plupart dans les limites de la ville. De nos jours, les défenseurs et les chercheurs estiment que ce nombre est au nord de 10 000. Vous ne pouvez pas trouver une ruelle ou un escarpement d’autoroute, un passage souterrain, un parc ou une promenade fluviale qui ne soit pas peuplé d’habitants sans abri avec des tentes, des cabanes en carton et les détritus de la vie nomade. Certaines zones de la ville ressemblent maintenant de façon choquante aux bidonvilles que j’ai vus en Inde, en Afrique du Sud et au Brésil lorsque j’ai parcouru le monde dans ma jeunesse. Dans de nombreux quartiers résidentiels, des tentes parsèment les trottoirs devant les maisons privées. Sur certaines bandes commerciales, les portes servent de facto d’abris la nuit.

En 2020, l’État a fait pression pour ajouter 2 milliards de dollars par an à ses efforts de lutte contre l’itinérance. L’année dernière, alors que l’État regorgeait d’argent de manière inattendue, le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a annoncé qu’il consacrait un montant sans précédent de 12 milliards de dollars à la crise des sans-abrisme. Plus tôt cette année, il a annoncé un financement supplémentaire de 2 milliards de dollars. L’argent irait au logement abordable et supervisé, aux services de santé mentale, au traitement de la toxicomanie, à la sensibilisation, etc. Cinq cents millions de dollars iraient également au nettoyage des campements californiens, dont beaucoup sont jonchés d’aiguilles et d’accessoires supplémentaires pour la consommation de drogue, de déchets humains, d’ordures accumulées et de divers autres dangers.

Lire aussi  Théories de William Tyrrell : de nouvelles preuves emmènent la police sur le balcon de la grand-mère

Mais peu importe combien d’argent Newsom jette sur le problème, le nombre de sans-abri monte en flèche, ainsi que le nombre de personnes qui meurent dans les rues de Californie et le nombre de quartiers qui glissent vers le statut de bidonville. Rien qu’à Los Angeles, on pense qu’un nombre impressionnant de 1 500 résidents sans abri sont morts dans les rues de la ville pendant la pandémie. Récemment, le shérif du comté de LA, Alex Villanueva, a fustigé les initiatives du gouverneur, affirmant qu’elles alimentaient simplement un “complexe industriel sans abri” sans réellement créer de solutions à long terme à ce que pratiquement tout le monde dans les fonctions politiques de l’État reconnaît être une catastrophe humanitaire et urbaine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick