La commissaire de la CVR, Marie Wilson, revient sur des années de témoignage

Wilson a parlé de ce que signifie être un témoin à la Wîcihitowin Indigenous Engagement Conference à Saskatoon mardi.

Contenu de l’article

Marie Wilson se souvient du début des travaux de la Commission de vérité et réconciliation, il y a plus d’une décennie.

Publicité 2

Contenu de l’article

“Nous devions y aller rapidement, car les survivants perdaient – à juste titre – l’espoir que quelque chose allait arriver”, a-t-elle déclaré. “Alors nous avons dû nous sortir de là.”

Contenu de l’article

Au début du processus, elle se souvient de nombreuses discussions sur le fait d’être témoin de l’avenir – ce que signifierait vraiment entendre, comprendre et prendre soin des histoires des survivants au cours de la commission et au-delà.

« Être témoin de l’histoire des pensionnats indiens dans ce pays, et de ce qui doit être fait pour en traiter l’héritage, n’est pas seulement quelque chose pour et à propos des peuples autochtones », a-t-elle déclaré. « En tant que pays, ce chapitre de notre histoire appartient à tous ses citoyens.

“Nous possédons tous notre passé, tout comme nous possédons tous son avenir.”

Pour cette raison – et parce qu’il y avait tant de travail à faire et si peu d’années pour commencer à le faire – la CVR comprenait également des témoins honoraires. Il s’agissait de personnes issues de communautés autochtones et non autochtones au Canada, ainsi que de la communauté internationale.

Publicité 3

Contenu de l’article

“Nous savons que notre pays accorde parfois plus d’attention lorsque le reste du monde nous regarde que nous ne le faisons si nous pensons que nous pouvons nous en sortir entre nous, à huis clos”, a déclaré Wilson.

Mardi, lors des huitièmes et finales Où es-tu? Conférence sur l’engagement autochtone à Saskatoon, Wilson a parlé de l’importance continue de témoigner des réalités des pensionnats, de la rafle des années soixante et de l’héritage de la violence et de l’injustice coloniales au Canada – et de la possibilité de réparation et d’un avenir juste.

Lire aussi  Comment c'était à Kaboul lors de l'attaque américaine contre le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri : -
Les invités réagissent en écoutant les conférenciers lors de la deuxième journée de la huitième et dernière conférence sur l'engagement autochtone Wîcihitowin à TCU Place.
Les invités réagissent en écoutant les conférenciers lors de la deuxième journée de la huitième et dernière conférence sur l’engagement autochtone Wîcihitowin à TCU Place. Photo de Michelle Berg/Saskatoon StarPhoenix

“Nous sommes l’avenir”, a-t-elle déclaré. “L’avenir est ici. C’est le seul jour sur lequel on peut compter. Nous ne savons rien de demain, et nous ne pouvons pas compter sur demain pour le jour où nous allons nous déplacer pour faire quelque chose d’important et de grand.

Publicité 4

Contenu de l’article

“L’avenir est aujourd’hui, et nous en sommes témoins, et nous le vivons.”

Et, a-t-elle dit, témoigner des histoires des survivants devient de plus en plus important avec le temps, et de moins en moins de survivants sont capables de continuer à raconter leurs propres histoires telles qu’elles les ont vécues.

Lors de la conférence, alors qu’elle commençait son discours d’ouverture, Wilson a demandé aux survivants dans la salle de se lever ou de se faire connaître. Puis elle a demandé aux survivants de la deuxième génération, les enfants de ceux qui avaient été dans les pensionnats, de faire de même.

Dans la salle, les survivants de deuxième génération étaient plus nombreux que les survivants.

Wilson a également parlé de ce que signifie être un témoin – que cela n’est «pas un sport de spectateur», mais seulement le début d’un engagement continu et vivant.

Publicité 5

Contenu de l’article

“Nous savons quel honneur c’est d’être invité à assister à un mariage, un baptême, une cérémonie de baptême traditionnelle ou un service commémoratif”, a-t-elle déclaré. « Par le témoignage, l’événement est validé, légitimé par des invités honorés et respectés qui en témoignent.

«Nous considérons également ces moments et ces événements comme sacrés dans nos vies. Ils demandent plus que notre présence physique momentanée. Ils nous appellent à nous souvenir et à agir.

— Initiative de journalisme local

Les nouvelles semblent voler vers nous plus rapidement tout le temps. Des mises à jour COVID-19 à la politique et au crime et tout le reste, il peut être difficile de suivre. Dans cet esprit, le Saskatoon StarPhoenix a créé un Titres de l’après-midi newsletter qui peut être envoyée quotidiennement dans votre boîte de réception pour vous assurer que vous êtes au courant des nouvelles les plus vitales de la journée. Cliquez ici pour vous abonner.

    Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick