La France s’attaque au commerce des livres d’Amazon – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

PARIS — Qui se souvient qu’Amazon était autrefois une librairie en ligne ? Eh bien, la France le fait.

Dans un nouveau coup porté au géant du commerce électronique, les législateurs français examineront cette semaine un projet de loi qui empêcherait effectivement Amazon d’offrir une livraison pratiquement gratuite pour les achats de livres – un argument de vente majeur pour la plate-forme en ligne par rapport aux librairies traditionnelles.

Le projet de loi, issu du Sénat et soutenu par le président Emmanuel Macron lui-même, vise à protéger les magasins physiques de la concurrence d’Amazon, qui les a ébranlés. Il s’agit de la dernière d’une série de mesures visant à renforcer la culture locale contre les entreprises technologiques étrangères, notamment le soutien des éditeurs de presse contre Google et Facebook et le soutien des diffuseurs de télévision contre Netflix.

“L’objectif est de réduire la distorsion de concurrence entre les acteurs en ligne qui peuvent proposer des livraisons de livres à un centime, et les autres”, a déclaré Géraldine Bannier dans une interview. Bannier, député du MoDem, parti allié d’Emmanuel Macron, est en charge du projet de loi à la chambre basse.

Le texte, qui sera examiné mercredi par la commission de la culture de l’Assemblée nationale, devrait exiger un tarif minimum pour les livraisons de livres. En d’autres termes, la promesse d’Amazon d’une livraison quasi gratuite des livres ne serait plus légale en France.

Le géant américain du commerce électronique est opposé aux nouvelles règles, selon plusieurs responsables français, qui ont déclaré que l’entreprise faisait du lobbying contre elles.

Lire aussi  Big Tech se prépare à des ruptures alors que le Royaume-Uni ouvre une nouvelle ère d'application – POLITICO

Amazon a refusé de commenter cet article.

Les politiciens français ont longtemps défendu les librairies indépendantes contre la société de technologie américaine – une fois décrite par la maire de Paris Anne Hidalgo comme « la mort des librairies » – et certains ont même appelé au boycott d’Amazon.

Entre 2006 et 2019, la part de marché des 3 300 librairies indépendantes françaises aurait diminué de près de 3 points de pourcentage en raison de la concurrence des e-commerçants comme Amazon et la Fnac. Lors du premier verrouillage du coronavirus, les librairies ont également dû fermer – mais ont été étiquetées « entreprises essentielles » au début de 2021 et autorisées à rester ouvertes. En 2020, une librairie sur cinq a perdu plus de 10 % de ses revenus par rapport à 2019.

La France n’est pas étrangère à la régulation du secteur du livre.

Au début des années 1980, le pays a adopté une loi sur un « prix du livre unique », selon lequel les éditeurs doivent décider des prix. Les distributeurs fixent ensuite le leur dans une fenêtre très limitée entre 95 et 100 % du prix dicté par les éditeurs.

En plus de cette règle, les livraisons gratuites ne sont techniquement pas autorisées. Les décideurs ont désormais l’impression que la large gamme de tarifs de livraison – de 0,01 € à 7 € selon le distributeur – va à l’encontre de l’objectif de la loi d’avoir un seul prix pour les livres.

Le nouveau projet de loi obligerait les détaillants à facturer l’expédition des livres à un prix minimum qui sera fixé par les ministères de l’économie et de la culture, sur la base d’une proposition du régulateur des télécommunications et des postes Arcep. Cela obligerait également les plateformes en ligne à différencier plus clairement les livres neufs des livres d’occasion.

Lire aussi  Le Dr Anthony Fauci démantèle les conseils de vaccination faux et égoïstes de Joe Rogan

Assistance de haut niveau

Le texte a été initialement rédigé par Laure Darcos, sénatrice du parti conservateur Les Républicains, qui travaillait auparavant pour l’industrie de l’édition. “Ce n’était pas un choix facile, car nous faisons payer à nouveau les consommateurs”, a-t-elle déclaré dans une interview.

Le projet de loi de Darcos a un soutien très important : Emmanuel Macron, qui a déclaré avant la pause estivale qu’il y avait un problème de concurrence entre les multinationales et les librairies indépendantes.

Ce n’est un secret pour personne que le projet de loi vise principalement – sinon seulement – Amazon, qui a construit son empire mondial sur une livraison rapide et bon marché.

« C’est bien connu, la stratégie de cet opérateur est de sacrifier sa rentabilité pour conquérir le marché par des politiques tarifaires agressives. Il compense ses pertes en proposant d’autres services, ce qui revient à faire du livre un produit d’appel », a déclaré le ministre de la Culture. Roselyne Bachelot avait déclaré en juin, lors des débats au Sénat, que le projet de loi visait à “contredire directement cette stratégie”.

Et sans surprise, Amazon a repoussé les nouvelles règles.

“Amazon a peur que cela ne crée un précédent. Ils veulent avoir le monopole des ventes de livres en ligne – j’appuie là où ça fait mal”, a déclaré Darcos.

Le géant du commerce électronique a fait valoir que des taux de livraison plus élevés nuiraient aux zones rurales ayant peu d’accès aux librairies physiques, selon plusieurs personnes informées des arguments de l’entreprise. Le géant américain de la technologie a également fait valoir qu’ils seraient les seuls à bénéficier de frais plus élevés, car cela signifierait plus de marges, a déclaré l’une des personnes. (Il n’est pas rare que des multinationales technologiques essaient de convaincre les décideurs politiques que la réglementation serait contre-productive car elle leur serait réellement bénéfique.)

Lire aussi  La fête est finie pour le centre droit de l'Europe – POLITICO

Les nouvelles règles sont soutenues par le Syndicat des librairies françaises, mais aussi par des concurrents d’Amazon tels que la Fnac et Leclerc, car les détaillants sont obligés de réduire les frais de livraison et de grignoter leurs propres marges pour concurrencer le géant américain de la technologie aux poches profondes.

Le projet de loi sera présenté en séance plénière de l’Assemblée nationale début octobre.

Vous voulez plus d’analyses de POLITIQUE? POLITIQUE Pro est notre service d’intelligence premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit des informations en temps réel, des informations approfondies et des scoops dont vous avez besoin pour garder une longueur d’avance. E-mail [email protected] pour demander un essai gratuit.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick