Home » La GRC cherche à remanier son examen d’entrée alors qu’elle fait pression pour un service de police plus diversifié

La GRC cherche à remanier son examen d’entrée alors qu’elle fait pression pour un service de police plus diversifié

by Les Actualites

La Gendarmerie royale du Canada cherche à effacer son examen d’entrée des préjugés culturels et des «critères dépassés» alors qu’elle tente de confronter ce qu’on a appelé sa «culture toxique» et le problème du racisme systémique dans les rangs.

La GRC a publié un appel d’offres cette semaine à la recherche d’un entrepreneur pour fournir des examens de présélection aux candidats. Cela fait partie du plan de modernisation de la GRC, connu sous le nom de Vision 150, qui comprend également des changements aux critères pour devenir un agent de la GRC.

«Un examen approfondi de ces processus a permis de déterminer qu’en dépit des changements importants apportés aux processus et aux outils au cours de la dernière décennie, des défis systémiques subsistent». dit l’offre.

“Plus particulièrement, une analyse comparative entre les sexes plus un examen (ACS +) des examens actuels de la GRC a conclu que même lorsque les candidats potentiels possèdent à la fois l’intérêt et les qualifications, il est prouvé que les examens eux-mêmes peuvent créer des obstacles à un bassin de candidats diversifié. Critères dépassés , en l’absence de preuves solides à l’appui, peut entraîner l’impossibilité ou le refus des candidats à haut potentiel de postuler. “

La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a signalé que des changements sont en cours dans le processus de recrutement. Elle a dit à un comité de la Chambre des communes à la fin de l’année dernière que la force doit mieux refléter les collectivités qu’elle sert.

«Nous examinons notre organisation dans son ensemble, et nous examinons ces systèmes et ces processus, ces politiques et procédures qui élimineront le racisme systémique», a-t-elle déclaré en novembre.

“Nous allons tester les types de comportements qui pourraient avoir un impact négatif sur leurs interactions.”

La GRC fait face à une baisse du nombre de candidats

La décision de reformuler l’examen intervient alors que la GRC est aux prises avec une pénurie de personnel, en particulier lorsqu’il s’agit d’attirer des candidats de couleur.

Au 1er avril 2020 (période la plus récente pour laquelle des statistiques sont disponibles), un peu moins de 12% des 20000 membres de la base de la GRC identifiés comme appartenant à une minorité visible, selon les chiffres publiés en ligne à la fin de la semaine dernière. Ce chiffre n’a pas radicalement changé au cours des dernières années et est resté inférieur au taux général de main-d’œuvre à l’échelle nationale.

Les femmes représentent environ 21,7% des membres réguliers – une légère augmentation par rapport à 20,1% en 2011.

«Pour aggraver encore ces défis, les changements dans le contexte social et démographique canadien, comme la baisse du taux de chômage et l’augmentation de l’urbanisation, ont contribué à une baisse du nombre de candidats au cours des dernières années, malgré les tentatives accrues d’attirer une base de candidats plus large», indique le document d’appel d’offres. .

«Dans ce contexte, la GRC ne peut se permettre de dissuader les candidats ou d’exclure des candidats à fort potentiel en se fondant sur des critères, des outils et des techniques dépassés.

La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a signalé que des changements sont en cours dans le processus de recrutement. Elle a dit à un comité de la Chambre des communes à la fin de l’année dernière que la force doit mieux refléter les collectivités qu’elle sert. (CBC)

Pour être acceptés dans le programme de formation de la GRC, les candidats doivent compléter deux volets de test. Le premier est un questionnaire de personnalité à six facteurs, qui évalue les candidats sur la base de leur gentillesse, de leur indépendance, de leur industriosité, de leur méthodologie, de leur ouverture aux expériences et de leur degré d’extraversion.

Le deuxième est le test d’aptitude de la GRC. Cet examen – que la GRC dit qu’environ 10 000 candidats passent chaque année – teste sept compétences considérées comme essentielles pour être un gendarme: la mémoire, la composition, la logique, le jugement, la compréhension, le calcul et l’observation.

Tensions avec les communautés autochtones

Mais comme l’admet l’appel d’offres de la GRC, les tests préalables à la formation ont constitué un obstacle pour certains candidats.

“Les individus de différents groupes ont une probabilité inégale d’obtenir le même score sur un élément particulier, et [the test] favorise potentiellement un groupe par rapport à un autre », indique le document.

«Deuxièmement, la perception qu’ont les candidats des types de questions et des documents à l’appui peuvent affecter leur probabilité de terminer le test. Enfin, le test démontre des préjugés culturels inhérents qui suggèrent que le choix existant de vocabulaire et les situations sont dépassés.

Lucki a promis de construire une meilleure force de police nationale après que l’ancien juge de la Cour suprême, Michel Bastarache, a publié un rapport cinglant l’année dernière à la suite d’une série d’allégations d’agression sexuelle et de harcèlement. Son rapport, publié en novembre, concluait que la culture de la GRC «encourage, ou du moins tolère, les attitudes misogynes, racistes et homophobes chez de nombreux membres …»

La GRC – qui offre des services de police à contrat dans les trois territoires et la plupart des provinces – a été accusée d’avoir toléré un climat de racisme systémique à la suite d’un certain nombre d’incidents controversés filmés par des Canadiens autochtones l’an dernier.

À l’automne, Lucki a également été confrontée à des questions au sujet de sa défense des agents de la GRC qui ont surveillé un différend tendu entre les pêcheurs de homard mi’kmaw et les pêcheurs commerciaux non autochtones de la Nouvelle-Écosse.

Le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, a déclaré que la GRC n’avait pas réussi à protéger adéquatement les peuples autochtones. Le chef de la Première nation de Sipekne’katik, Mike Sack, a qualifié la force d ‘«inutile» et a déclaré qu’elle n’avait pas envoyé suffisamment d’agents pour protéger ses membres.

L’appel d’offres pour un nouvel examen se termine le 7 juin.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.