La pénurie de foin laisse les propriétaires de bétail albertains désespérés pour se nourrir cet hiver

​Une pénurie de foin en Alberta expose le bétail à un risque de négligence cet hiver​, affirment les défenseurs du bien-être animal.

Après que la chaleur record ait retardé la récolte des Prairies l’automne dernier, les propriétaires de bétail de l’Alberta se sont bousculés pour l’approvisionnement limité en foin.

Alors que la demande augmente et que les prix montent en flèche, la SPCA de l’Alberta reçoit maintenant plus de plaintes concernant le bétail affamé.

“La situation du foin est à des niveaux de crise”, a déclaré Bev Wilson, fondatrice de 5 Freedoms Ranch Rescue and Rehabilitation Society, un sauvetage équin du comté de Strathcona.

“Je ne sais pas comment nous allons y arriver.”

Wilson a déclaré que ses animaux n’auront pas faim, mais avec son organisme de bienfaisance maintenant endetté, elle n’a aucune idée de la façon dont elle arrivera à joindre les deux bouts.

Avant, elle payait environ 50 $ pour une balle de foin ronde. Elle paie maintenant plus de 200 $ par balle, ce qui porte ses coûts d’alimentation hebdomadaires à 5 000 $.

Bev Wilson, fondatrice de 5 Freedoms Ranch Rescue and Rehabilitation Society, affirme que les pénuries d’aliments pour animaux menacent de ruiner son organisme de bienfaisance. (Peter Evans/CBC)

Wilson a environ 90 chevaux, ânes et mules sur sa propriété. Elle accueille les animaux abandonnés et travaille directement avec la ville d’Edmonton pour s’occuper du bétail saisi. Elle surenchérit également sur les acheteurs de viande aux enchères, sauvant ainsi les chevaux destinés à l’abattage.

Elle a collecté des fonds et tenté de demander une aide contre la sécheresse, mais a appris que seuls les producteurs et les éleveurs étaient éligibles.

Les défis financiers surviennent alors que les services de secours sont les plus nécessaires, a-t-elle déclaré.

Le nombre d’animaux émaciés mis aux enchères cet hiver est préoccupant, a-t-elle déclaré.

“Je me sens déchirée”, a-t-elle déclaré. « Mais qu’est-ce qu’on fait ? Comment pouvons-nous nous permettre de nourrir quelques bouches de plus ?

Un hiver rigoureux

La sécheresse de l’été dernier dans les Prairies canadiennes a été la pire depuis des décennies.

Les conditions extrêmement sèches ont laissé les champs desséchés et endommagés. Certains agriculteurs ont été contraints de récolter tôt, dans le but de sauver la récolte qu’ils avaient réussi à faire pousser.

La pénurie d’aliments qui en a résulté a été ressentie dans toute l’Alberta, a déclaré le porte-parole de la SPCA, Dan Kobe.

De nombreux propriétaires de bétail ont du mal à nourrir leurs animaux et l’agence reçoit plus de plaintes que la moyenne cet hiver, a déclaré Kobe.

“Cela a été un hiver chargé pour nous”, a déclaré Kobe. “Nos agents rapportent certainement avoir vu beaucoup d’animaux maigres lorsqu’ils visitent des propriétés.”

Plus de 560 animaux, la plupart des bovins et d’autres animaux d’élevage, ont été placés en garde à vue depuis le 1er décembre.

La saisie la plus importante a eu lieu en décembre. Les agents ont retiré 187 bovins émaciés d’une ferme à l’est d’Edmonton. Vingt autres ont été saisis dans une ferme à l’ouest de la ville le mois dernier.

La semaine dernière, des agents ont été appelés pour enquêter sur une superficie dans la région de Bonnyville, après que 10 chevaux, apparemment morts de faim, ont été découverts dans la neige.

Kobe s’attend à ce que des cas de négligence continuent d’apparaître jusqu’au printemps, lorsque le fourrage commencera à pousser.

Même si les prix de la nourriture sont chers, même si c’est difficile à trouver, on ne peut pas laisser l’animal mourir de faim.– Dan Kobe, SPCA de l’Alberta

“Si un propriétaire n’a pas assez de nourriture en ce moment, il va avoir des problèmes au cours des deux prochains mois”, a déclaré Kobe.

Les propriétaires de bétail en difficulté devraient demander l’aide d’un vétérinaire qui pourrait être en mesure de les aider à rationner leur nourriture en toute sécurité, a-t-il déclaré.

“Même si les prix des denrées alimentaires sont chers, même si c’est difficile à trouver, vous ne pouvez pas laisser l’animal mourir de faim”, a-t-il déclaré.

“Si vous n’avez pas assez de nourriture pour passer les deux prochains mois et demi, alors il est temps d’avoir une conversation sérieuse sur le nombre d’animaux que vous avez.”

Un agent des règlements examine une vache émaciée lors d’une saisie récente sur une propriété à l’ouest d’Edmonton. La SPCA de l’Alberta a reçu un plus grand nombre de plaintes pour négligence dans un contexte de pénurie continue de foin. (SPCA de l’Alberta)

Cindy Thomas, fondatrice de Horse Heroes Alberta, à Evansburg, a déclaré qu’elle s’inquiétait de la façon dont elle allait nourrir les 70 chevaux de sauvetage dont elle avait la charge.

Les agriculteurs qui ont promis de vendre ses balles cet hiver ont plutôt pris un prix plus élevé aux enchères, laissant son approvisionnement en aliments bas toute la saison, a-t-elle déclaré.

“Les gens profitent du marché et ce n’est vraiment pas juste. Les gens désespérés paieront n’importe quoi.”

Thomas a déclaré qu’elle demandait de l’aide aux donateurs et avait proposé de travailler pour les agriculteurs de foin cet été en échange d’un prix moins cher sur les aliments.

“C’est la fin de l’hiver et maintenant nous sommes vraiment coincés.”

Lire aussi  Le livre pour enfants de Meghan Markle, "The Bench", est également son message au monde

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick