Le chef libéral du Québec réagit au couple de médecins urgentistes quittant la province

La chef du Parti libéral du Québec a brièvement interrompu ses vacances mercredi pour réagir à la nouvelle selon laquelle deux jeunes médecins urgentistes ont quitté leur emploi dans leur ville natale de Montréal pour travailler à Toronto.

Le couple marié blâme les conditions de travail difficiles et les inquiétudes suscitées par le projet de loi 96 pour la décision “difficile”.

“Ce n’est pas le moment où le Québec peut se permettre de perdre de jeunes médecins”, a écrit Dominique Anglade dans un communiqué.

L’histoire du couple montre, a poursuivi Anglade, que “les politiques de division de Legault ont un effet négatif sur les soins de santé de plusieurs façons”, et que “le temps d’attente dans nos urgences augmente chaque année, et nos travailleurs de la santé sont débordés à cause de la pénurie de main-d’oeuvre.”

Un porte-parole du premier ministre François Legault a déclaré à CTV News qu’il ne commenterait pas l’histoire.

Mardi, CTV News a rapporté que les spécialistes mariés, le Dr Daria Denissova et le Dr Philip Stasiak, étaient aux prises avec la décision de faire leurs valises et de commencer une vie ailleurs, d’autant plus qu’ils avaient attendu des années pour avoir la chance de pratiquer à Montréal, ont-ils déclaré.

“Émotionnellement, financièrement – le déménagement ici et maintenant le retour, et maintenant nous déménageons avec deux enfants – c’est juste compliqué, c’est difficile, c’est décevant”, a déclaré Stasiak.

Après avoir terminé leurs résidences à l’Université McGill, le duo a occupé des postes à Toronto alors qu’il n’y avait pas de créneaux d’urgence ouverts à Montréal en raison des limites d’embauche du gouvernement, ont-ils déclaré.

Lire aussi  "Tu m'as laissé au sol": un garçon a été renversé après que le véhicule ait traversé une intersection à Niagara

Après la naissance de leur premier enfant, ils sont retournés chez eux pour travailler à l’Hôpital général juif.

Mais la nouvelle loi québécoise sur la langue française, adoptée en mai, a créé plusieurs inquiétudes sérieuses pour le couple trilingue, et ils ont déclaré que cela avait contribué à cimenter leur décision de quitter à nouveau Montréal – cette fois pour de bon.

Ils ont déclaré que la manière dont la loi serait appliquée dans leur hôpital n’était pas encore claire et se demandaient s’ils seraient autorisés à communiquer avec les patients dans la langue de leur choix.

Dans une réponse envoyée par courriel, la porte-parole du ministère de la Santé, Marie-Claude Lacasse, a écrit que « toute personne d’expression anglaise a le droit de recevoir des services de santé et des services sociaux en langue anglaise, compte tenu de l’organisation et des ressources humaines, matérielles et financières du institutions fournissant ces services. »

Les experts juridiques ont cependant noté que le gouvernement n’a jamais défini exactement qui est un « anglophone », il est donc difficile de déterminer qui relève de cette disposition, prévue dans la Loi sur les services de santé et les services sociaux.

Le couple a également des préoccupations personnelles en ce qui concerne le projet de loi 96, notamment la liberté pour leurs enfants d’être éduqués dans la langue de leur choix.

CHARGE DE TRAVAIL STRESSANTE EN CHIFFRES

L’autre raison importante pour laquelle le couple quitte Montréal est la charge de travail intense par rapport à ce qu’ils ont connu lorsqu’ils travaillaient à Toronto auparavant.

Ils disent que les urgences de Montréal sont «en sous-effectif chronique» et «stressées», et décrivent avoir trop de quarts de travail et un horaire inflexible qui ne leur permet pas de s’occuper de leurs enfants.

Le couple blâme le nombre limité de PREM/PEM (Plan régional d’effectifs médicaux) que le gouvernement distribue à Montréal notamment, chacun représentant un permis d’exercice.

“Nous accueillerions et bénéficierions certainement de plus de médecins, un autre nombre” X “de médecins dans notre département, mais nous ne le pouvons pas”, a déclaré Denissova.

Lacasse a soutenu que Montréal obtient sa part de postes PREM, se référant aux permis désignés pour les médecins de famille tenus de travailler certains quarts de travail dans les salles d’urgence.

Selon les experts, le fait d’avoir plus de médecins généralistes aiderait également les urgences en réduisant le nombre de personnes se rendant dans les hôpitaux pour obtenir une aide qu’ils peuvent mieux fournir.

« En 2022, Montréal a obtenu 115 postes PREM (85 pour les nouveaux facturateurs et 30 pour les médecins déjà en exercice) », écrit Lacasse.

Ce chiffre semble bon jusqu’à ce qu’il soit décomposé, déclare le médecin de famille Mark Roper, qui a récemment poursuivi le ministère de la Santé en justice pour lui demander de suspendre le système PREM et de rendre la répartition des médecins plus équitable dans la province.

“Le MSSS [health ministry’s] nos propres données montrent que 71 médecins prennent leur retraite à Montréal et que 13 médecins de famille partiront pour d’autres régions, ce qui représente une perte de 84 », a expliqué Roper.

Ce n’est donc qu’un “gain net de 31 pour la région”, a déclaré Roper – une grosse baisse par rapport aux 85 nouveaux médecins que Montréal est censé recevoir sur papier, et pas assez, a-t-il dit, pour faire une différence marquée en ce qui concerne conditions de travail et prise en charge des patients.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick