Le silence de Biden sur le droit à l’avortement à un moment clé inquiète les libéraux

Pourtant, en tant que candidat à la présidentielle, M. Biden a été beaucoup moins vocal que beaucoup de ses rivaux à la primaire, y compris le vice-président Kamala Harris, qui a comparé une fois une loi de l’Alabama interdisant effectivement l’avortement à «une scène de ‘The Handmaid’s Tale’ ‘.

«Si l’on le considère comme un catholique et sa présence à la messe et sa façon de voir la vie et la mort et tout le reste, culturellement, il est comme 1 000% de catholiques», a déclaré Jo Renee Formicola, professeur de sciences politiques à Seton Hall. Université qui étudie les relations entre l’Église catholique et les législateurs américains. «Il est très, très catholique, mais lorsqu’il s’agit d’être politique, il est beaucoup plus pragmatique que catholique.

Au pouvoir, M. Biden a annulé plusieurs politiques de l’administration Trump, notamment la suppression des restrictions sur les pilules abortives, la suppression de l’interdiction de la recherche médicale financée par le gouvernement fédéral qui utilise des tissus fœtaux provenant d’avortements et l’annulation des limites de financement pour les groupes américains et internationaux qui fournissent des services d’avortement. ou des références.

Certains défenseurs de l’avortement disent que ces premiers pas sont insuffisants. Son discours conjoint au Congrès n’a pas mentionné la menace pour le droit à l’avortement, se référant seulement en passant à «protéger la santé des femmes». Mme Harris, une fois assez franc sur la question, n’a fait aucune remarque notable à ce sujet depuis son arrivée au pouvoir.

«Le niveau de la crise exige un niveau de leadership plus fort», a déclaré Kelley Robinson, directrice exécutive du Planned Parenthood Action Fund. «Nous attendons d’eux qu’ils soient des champions explicites des soins de santé sexuelle et reproductive et qu’ils utilisent cette chaire de tyran pour nous assurer que c’est une priorité exprimée par le plus haut bureau du pays.

Lire aussi  Des étudiants de Floride envahissent le Capitole de l'État avant le débat sur le projet de loi "Ne dites pas gay"

De nombreux partisans considèrent le budget budgétaire 2022 du président, qui devrait être publié vendredi, comme un marqueur crucial de la position de l’administration. Les organisations de défense des droits reproductifs poussent M. Biden à tenir sa promesse d’éliminer l’amendement Hyde et d’autres restrictions sur l’argent fédéral.

Son administration a également appelé le Congrès à codifier les droits à l’avortement, ce qui garantirait les droits reproductifs dans tout le pays même si la Cour suprême annulait Roe. Mais il n’a pas proposé de législation spécifique ni dévoilé de stratégie pour faire passer un tel projet de loi au Congrès.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick