Les dons de Thanksgiving se tarissent dans les banques alimentaires

Les banques alimentaires au Canada remarquent que moins de produits alimentaires sont donnés cet automne.

Dans le passé, les Canadiens ont généreusement fait des dons à leurs banques alimentaires, centres alimentaires et organismes de bienfaisance communautaires, veillant à ce que les plus vulnérables aient de la nourriture sur leur table pendant les Fêtes.

Cette année, dans un contexte de taux d’inflation élevés, les banques alimentaires pensent que beaucoup essaient de garder de la nourriture sur leur propre table, ce qui entraîne une diminution des dons d’articles.

Entre septembre et décembre, les banques alimentaires de partout au Canada lancent des collectes d’aliments des Fêtes, dans l’espoir de recueillir de la nourriture pour les familles pendant les mois les plus frais et d’accepter des dons en argent pour acheter des articles en vrac. Mais moins de nourriture donnée signifie qu’il faut en acheter plus.

“Nous avons collecté plus d’argent que l’année dernière, mais pas assez pour nourrir le nombre de personnes qui ont maintenant besoin de nous”, a déclaré Meghan Nicholls, PDG de la Mississauga Food Bank, à CTVNews.ca dans une interview mercredi. “Nous avons encore dépassé la barre des 600 000 dollars, mais cette année, au lieu d’avoir besoin de 500 000 dollars, nous avons besoin de 1,5 million de dollars.”

Grâce à la hausse des prix des aliments et à 60 % de clients de plus qu’avant la pandémie, la banque alimentaire basée en Ontario dit qu’elle a désespérément besoin de dons.

L’inflation est tombée à 7 % d’une année sur l’autre en août, selon les derniers chiffres de Statistique Canada, mais les gens partout au pays sont toujours aux prises avec l’augmentation du coût des biens, de l’essence à la nourriture. Pendant la seule période des fêtes, certains produits de base généralement répartis sur la table du dîner ont augmenté de façon exponentielle.

Lire aussi  Trois inculpés en lien avec l'alerte de personne dangereuse de Lloydminster

Un article précédent de CTVNews.ca a rapporté comment le prix de certains produits de base de Thanksgiving a augmenté jusqu’à 22 % cette année par rapport à l’année dernière, selon les données compilées par le laboratoire d’analyse agroalimentaire de l’Université Dalhousie. La Turquie à elle seule a augmenté en moyenne de 15% par rapport à l’année dernière, selon les données.

Au fur et à mesure que les Canadiens pincent leur portefeuille, il y a moins à donner à des organismes de bienfaisance comme la Mississauga Food Bank.

“Nous avons été en mesure de compenser les montants inférieurs des dons communautaires en achetant de la nourriture et en la faisant donner par des sociétés ou des grossistes”, a déclaré Nicholls. “Mais il y a une limite à cela, et nous devons dépenser beaucoup pour le faire.”

Nicholls a souligné le fait que la banque alimentaire de Mississauga a reçu de généreux dons de la communauté au cours des deux dernières années. Elle comprend que la situation dans laquelle se trouve la banque alimentaire n’est peut-être pas la même pour toutes les organisations à travers le pays.

«Pour les petites banques alimentaires de certaines communautés qui n’ont peut-être pas reçu plus que ce dont elles avaient besoin pendant COVID, elles n’ont plus ce coussin sur lequel se rabattre maintenant que le grand public ne pense pas à ces dons comme ils l’ont fait pendant COVID ,” elle a expliqué.

Ces petites communautés sont réparties dans tout le Canada, mais sont concentrées dans les territoires du Nord, comme le Nunavut, où 46,1 % des ménages ont signalé une insécurité alimentaire modérée à grave en 2020, selon PROOF, un rapport de l’Université de Toronto sur l’insécurité alimentaire au Canada.

Lire aussi  La femme accusée d'avoir volé l'ordinateur portable de Pelosi se rend à Renaissance Faire : -

«Nous avons constaté une augmentation vraiment, vraiment drastique de la demande au cours de la dernière année», a déclaré Rachel Blais, directrice générale du Qajuqturvik Community Food Centre, à CTVNews.ca par téléphone mercredi. “Depuis janvier, la demande pour notre repas quotidien a augmenté en moyenne d’environ 12 % chaque mois.”

Le centre alimentaire communautaire fournit non seulement des repas nutritifs à la communauté de 7 500 personnes d’Iqaluit, mais aide également à mettre les clients en contact avec les services sociaux et offre des cours de cuisine.

Blais a déclaré que les mois d’été sont généralement plus calmes parce que la communauté est capable de chasser et de cueillir de la nourriture, mais cette année, elle a déclaré que les chiffres étaient « surprenants ». Après la fin de la Prestation canadienne de la relance économique en octobre 2021, qui offrait un revenu supplémentaire aux personnes qui n’étaient pas admissibles aux prestations d’assurance-emploi, elle a remarqué une augmentation de la demande.

« À cette époque l’année dernière, nous servions environ 150 repas par jour en moyenne. À l’heure actuelle, nous servons entre 450 et 500 repas par jour », a-t-elle déclaré.

La communauté du Nord a été considérablement touchée par l’inflation cette année, car de nombreux produits sont déjà à un prix élevé en raison de problèmes d’expédition. Auparavant, a déclaré Blais, le centre alimentaire pouvait acheter une caisse de bananes de 18 kilogrammes en juillet 2021 pour 18,72 $, mais en juin 2022, cela coûtait 40,87 $.

« Avant le COVID, avant que les taux d’inflation ne commencent à augmenter… la statistique la plus récente que nous ayons est que 77,6 % des Inuits de plus de 15 ans souffrent d’insécurité alimentaire », a déclaré Blais. «Ainsi, l’insécurité alimentaire au Nunavut était déjà qualifiée d’urgence de santé publique la plus longue de l’histoire du Canada.»

Lire aussi  Biden prétend jouer un "grand rôle" dans la baisse des prix de l'essence

Non seulement il est difficile de continuer à accéder à des aliments sains pour la communauté à un prix raisonnable, mais Blais a également déclaré que la demande a atteint sa capacité pour la petite organisation. Habituellement, le personnel du centre alimentaire est en mesure de fournir un repas chaud par jour aux membres de la communauté, mais maintenant que de plus en plus de personnes se tournent vers le centre, la nourriture s’en va plus rapidement.

«Ce que nous avons dû faire, c’est que nous avons dû avoir une réserve, essentiellement de quelques centaines de sandwichs, des barres de fruits et de céréales, que les gens peuvent emporter et emporter parce que… nous n’avons plus d’espace sur nos poêles pour mettez une autre marmite de soupe », a déclaré Blais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick