Les États-Unis frappent l’Éthiopie et l’Érythrée avec des sanctions pour le conflit au Tigré: –

Les gens pleurent les victimes d’un massacre qui aurait été perpétré par des soldats érythréens, dans la maison de Beyenesh Tekleyohannes, dans le village de Dengolat, au nord de Mekele, la capitale du Tigré. Les États-Unis ont annoncé des restrictions de visa et d’aide à l’Éthiopie en raison du conflit de plusieurs mois dans la région du Tigray.

Eduardo Soteras / – via Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

Eduardo Soteras / – via Getty Images


Les gens pleurent les victimes d’un massacre qui aurait été perpétré par des soldats érythréens, dans la maison de Beyenesh Tekleyohannes, dans le village de Dengolat, au nord de Mekele, la capitale du Tigré. Les États-Unis ont annoncé des restrictions de visa et d’aide à l’Éthiopie en raison du conflit de plusieurs mois dans la région du Tigray.

Eduardo Soteras / – via Getty Images

Le département d’État a annoncé dimanche des restrictions de visa pour les responsables du gouvernement éthiopien et érythréen et les membres des forces de sécurité pour des atrocités liées à un conflit de plusieurs mois dans le nord de l’Éthiopie.

Le secrétaire d’État Antony Blinken a également annoncé que les États-Unis avaient imposé de vastes restrictions à l’assistance économique et sécuritaire à l’Éthiopie après que les parties au conflit au Tigray n’aient «pris aucune mesure significative pour mettre fin aux hostilités».

Les États-Unis continueront à fournir une aide humanitaire et d’autres aides essentielles à l’Éthiopie, notamment la santé, l’alimentation, l’éducation, les droits de l’homme, la démocratie et d’autres domaines. L’administration Biden poursuivra ses larges restrictions sur l’aide à l’Érythrée.

Avant de prendre ces mesures, l’administration Biden avait appelé à plusieurs reprises au retrait immédiat des forces érythréennes et amhara de la région du Tigré et avait demandé à l’Union africaine d’aider à résoudre la crise, en vain.

Des milliers de personnes sont mortes depuis novembre dans le conflit dans la région la plus septentrionale de l’Éthiopie. Au moins 2 millions de personnes auraient été déplacées.

Le Tigré est frontalier de l’Érythrée et abrite la plupart des 7 millions de Tigréens de souche éthiopiens. Début novembre, le gouvernement régional – contrôlé par le Front de libération du peuple du Tigré, un parti politique de gauche – a lancé un siège à grande échelle d’une base militaire éthiopienne clé à Sero. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a ordonné une offensive fédérale contre la région en réponse, déclenchant le conflit.

La situation s’est depuis transformée en une crise humanitaire à grande échelle avec des informations faisant état d’exécutions extrajudiciaires, de violences sexuelles et de bombardements aveugles de certaines villes de la région du Tigray. Les troupes érythréennes ont également été accusées de tueries massives et d’attaques à grande échelle contre des civils.

« Les États-Unis condamnent dans les termes les plus vifs les meurtres, les renvois forcés, les violences sexuelles systémiques et les autres violations et abus des droits humains », a déclaré Blinken. « Nous sommes également consternés par la destruction de biens civils, y compris des sources d’eau, des hôpitaux et des installations médicales, qui a lieu à Tigray. »

Les États-Unis demandent au gouvernement éthiopien de respecter les engagements publics de tenir les responsables de ces violations et abus des droits humains, de protéger les civils et de garantir l’accès humanitaire.

Blinken a déclaré dimanche: « Nous appelons le gouvernement érythréen à respecter son engagement public et à renvoyer immédiatement ses troupes sur le territoire érythréen internationalement reconnu. »

L’annonce de dimanche est la dernière étape de la communauté internationale pour demander des comptes aux responsables des atrocités du Tigray. L’Union européenne a retardé les paiements de l’appui budgétaire à l’Éthiopie à la suite des rapports de crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick