Les États-Unis ont un moyen de revenir sur le commerce du Pacifique

C’était en février 2017 et le premier discours du président Trump à une session conjointe du Congrès. J’étais sur le parquet de la Chambre des États-Unis en tant qu’invité d’un membre du Congrès républicain favorable au commerce. Alors que le président annonçait le retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique, je pensais à une conversation que j’avais eue avec un ambassadeur asiatique particulièrement astucieux. Il m’avait suggéré que si un livre sur le déclin de l’influence américaine en Asie et dans l’Indo-Pacifique était écrit – et il espérait qu’il ne le serait jamais – son premier chapitre serait un récit du retrait des États-Unis du TPP. .

En grande partie grâce à la décision courageuse du Japon de procéder sans les États-Unis, le TPP a survécu. Avec quelques modifications à quelques-unes de ses dispositions et un nouveau surnom—TPP global et progressif, ou CPTPP—il est allé de l’avant. Rien n’aurait été possible si le Japon, de loin l’économie restante dominante dans l’accord, en avait décidé autrement.

.

Lire aussi  Un groupe découvre un site lié à des tribus cherchant à récupérer leurs dépouilles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick