Home » Les femmes afghanes du Canada ont échoué

Les femmes afghanes du Canada ont échoué

by Les Actualites

Adnan R. Khan: Avec le retrait américain imminent, le gouvernement afghan tente de restreindre les droits des femmes. Pendant ce temps, le Canada est plus intéressé à jouer avec le terrorisme qu’à faire le dur travail d’aider un pays dévasté par celui-ci.

Le cauchemar personnel de Rada Akbar a commencé à la fin de l’année dernière avec ce qui semblait, au moins au début, comme des blagues sur son téléphone portable. Contrairement aux appels de phishing habituels qu’une femme peut recevoir en Afghanistan, où des hommes seuls composent au hasard un numéro de téléphone portable et espèrent qu’une voix féminine capte, ces appels provenaient de femmes – et ils connaissaient son nom.

Pour Akbar, une artiste de 32 ans et fervente défenseur des droits des femmes, les appels étaient effrayants. Pour de nombreux jeunes Afghans comme elle, 2020 n’a pas été l’année où un virus mortel a balayé leur pays, mais l’année où ils sont devenus la cible d’une campagne d’assassinats sans précédent. Le COVID-19 a chassé les personnes âgées et vulnérables d’Afghanistan; les talibans et d’autres extrémistes chassaient sa jeunesse.

«Les tueries se sont intensifiées vers la fin de l’année, au point de tuer jusqu’à cinq personnes par jour», me dit Akbar par téléphone depuis Kaboul. «J’ai été averti qu’il y avait des femmes qui travaillaient pour Daech, ou les talibans, ou des groupes criminels qui suivaient des cibles pendant des mois.»

Lorsque deux femmes se faisant passer pour des tuteurs ont réussi à passer devant les gardes de sécurité postés dans le complexe d’appartements d’Akbar et se sont présentées à sa porte pour lui poser des questions détaillées sur sa vie – Est-elle mariée? Vit-elle seule? – Akbar sentit les murs se refermer. Début janvier, elle était si terrifiée qu’elle s’était enfermée chez elle et avait abandonné le travail de sa prochaine exposition, Abarzanan, qui signifie «superwomen», devrait ouvrir ses portes en mars. C’était censé être le troisième volet de l’exposition annuelle, célébrant la force et le pouvoir des femmes afghanes. Mais cette année, Akbar se sentait impuissante et ses forces avaient été épuisées.

Début février, elle avait quitté l’Afghanistan pour l’Inde.

Akbar n’était pas le seul à chercher à échapper à la guerre étouffante de l’Afghanistan. Depuis que les États-Unis ont signé leur accord de retrait avec les talibans en février de l’année dernière, la violence contre les civils afghans s’est intensifiée. Selon un récent rapport des Nations Unies, les morts de civils, en particulier les assassinats ciblés de journalistes, d’intellectuels, de professionnels et de dirigeants de la société civile, dont beaucoup de femmes, ont augmenté en septembre, après que le gouvernement afghan a ouvert des négociations de paix avec les talibans. Cette année, plus de 60 personnes ont été assassinées.

Bon nombre des victimes appartiennent à la nouvelle génération de dirigeants et d’activistes afghans. J’ai écrit à propos de ce groupe en 2017, alors qu’ils prenaient la tête du gouvernement municipal de Kaboul et créaient leurs propres organisations et entreprises de la société civile. Ils étaient pleins d’espoir et pleins d’énergie; et ils imploraient la communauté internationale de ne pas les abandonner. Aujourd’hui, bon nombre d’entre eux ont quitté l’Afghanistan ou prévoient de partir. Presque tous les jours, j’entends parler d’un autre homme d’affaires ou d’un jeune universitaire afghan arrivant à Istanbul. Chaque semaine, il y a un rassemblement où ces jeunes racontent des histoires sur les menaces auxquelles ils sont confrontés, sur les bombes collantes attachées aux trains de roulement des voitures, sur les amis qu’ils ont perdus.

La campagne d’assassinat suit un modèle, m’a dit une journaliste (qui a demandé l’anonymat parce qu’elle envisage de retourner à Kaboul). Comme les communistes qui ont pris le pouvoir en Afghanistan en 1978, et les seigneurs de guerre qui ont pris le pouvoir en 1992, les talibans éliminent les jeunes intellectuels et militants du pays. «Nous ne sommes pas nombreux dans le pays», a-t-elle déclaré. «Alors ils n’ont qu’à en tuer quelques centaines et les autres se tairont ou s’enfuiront.»

L’implication est que les talibans sont convaincus qu’ils ont gagné la guerre et éliminent désormais toute opposition potentielle. C’est ce que quiconque a suivi de près la trajectoire de l’Afghanistan a prévenu qu’il se produirait après que l’administration Trump ait signé son accord de retrait mal conçu avec les talibans. Sans cet accord, beaucoup de jeunes Afghans à qui j’ai parlé croient qu’il n’y aurait pas de campagne d’assassinat.

Avec la date limite du 1er mai pour le retrait des États-Unis, la perspective d’une violence encore plus grande a mis les futurs dirigeants et militants afghans dans un état de quasi-panique. Les récentes tentatives du gouvernement afghan de restreindre les droits des femmes sont considérées comme un test de la marge de manœuvre dont elle dispose dans ses négociations avec les talibans sur un futur accord de partage du pouvoir. Et il semble que l’éducation des filles et les droits des femmes soient négociables.

Ce fait est particulièrement frustrant pour moi, en tant que Canadien qui a passé des années en Afghanistan à écouter les commandants militaires et les diplomates du Canada parler de la façon dont ils étaient dans le pays pour aider les femmes et les filles afghanes. Mais depuis le retrait du Canada en 2011, son attention a ricoché de l’Irak vers le Mali, prouvant que le gouvernement canadien est plus intéressé à jouer avec le terrorisme qu’à faire le dur travail d’aider un pays dévasté par le terrorisme à s’assurer que les terroristes ne prennent jamais racine. sur son sol à nouveau.

Le Canada a peut-être abandonné l’Afghanistan, mais des jeunes comme Akbar ne l’ont pas fait. Après deux semaines passées à Delhi, à se vider l’esprit et à reprendre courage, elle est retournée à Kaboul, déterminée à terminer son exposition. Il a été lancé le 8 mars et a duré deux semaines dans l’emblématique palais Darul Aman de Kaboul. Akbar a décidé de dédier l’exposition à huit femmes afghanes qui ont été tuées ces dernières années. Dans une installation vidéo, elle prononce un discours à l’intention des personnes tuées par les talibans et d’autres extrémistes, chacun perdu la vie représenté par une chaise vide berçant une photo du défunt et une bougie allumée.

«Le monde ne semble plus être ébranlé alors que nos corps humains s’effondrent, l’un après l’autre», dit-elle à son public spectral. «J’aimerais pouvoir vous dire que nous menons une vie meilleure. J’aimerais pouvoir dire que l’humanité est plus gentille, plus compatissante, plus aimante. Je souhaite que nous ne perdions aucun de vous. J’espère que vous reposez en paix, car nous ne vivons toujours pas en paix. »


Cet article paraîtra dans le numéro de mai 2021 de Maclean’s magazine avec le titre «Les femmes du Canada ont échoué». Abonnez-vous au magazine mensuel imprimé ici.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.