Les négociations de Joe Manchin sur le projet de loi de réconciliation de Biden sont une pluie violette d’éclairage au gaz

Au lieu de cela, le hoquet qui menaçait de faire dérailler le programme de Biden est venu de la soi-disant aile modérée – peut-être plus précisément surnommée conservatrice – de Manchin, Kyrsten Sinema et de leurs laquais à la Chambre. Ils ne sont jamais satisfaits, laissant le reste du caucus démocrate se demander pourquoi ils sont obligés de se crier dessus.

Cette cohorte de démocrates conservateurs prend des poses curieuses. Ils ressentent la chaleur : spécifiquement la chaleur entre ce qui est largement populaire parmi le public et la chaleur de leur donneur classer.

Alors que les progressistes étaient disposés à négocier, les récalcitrants conservateurs ont, au moins jusqu’à ces derniers jours, retenu l’attention, ne voulant pas dire ce qu’ils considéreraient comme acceptable dans un accord de réconciliation. Mais ils ont les papillons, tous attachés : à un moment donné, les progressistes devront arrêter, disant à Manchin : « Ne me forcez pas à vous chasser », car même les colombes ont de la fierté.

Lire aussi  Chronique invitée : Bill Kovinsky de Windsor — une histoire spéciale qui devait être racontée

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick