Les pays de l’UE prolongent les sanctions contre les hackers russes et chinois – POLITICO

Le Conseil de l’UE a étendu lundi un outil permettant au bloc de gifler les gels d’avoirs et les interdictions de voyager des pirates étrangers, y compris celles imposées aux groupes soutenus par les États russes, chinois et nord-coréens l’année dernière.

Les capitales nationales « ont décidé de prolonger d’un an le cadre des mesures restrictives contre les cyberattaques menaçant l’UE ou ses États membres, jusqu’au 18 mai 2022 « , a déclaré le Conseil dans un communiqué.

Ces soi-disant «cyber-sanctions» sont une mesure dont les pays disposent depuis mai 2019 pour tenter de dissuader les pirates et de répondre aux attaques contre des cibles européennes.

L’UE a imposé ses toutes premières sanctions en réponse aux cyberattaques en juillet 2020, ciblant les pirates informatiques russes, chinois et nord-coréens impliqués dans des incidents majeurs au cours des années précédentes, à savoir l’épidémie de ransomware NotPetya, le piratage de la chaîne d’approvisionnement Cloud Hopper et l’attaque du ransomware WannaCry.

En octobre 2020, le bloc a imposé des sanctions à deux officiers du renseignement russes et à une unité des services de renseignement militaire du GRU pour leur implication dans le piratage du parlement allemand en 2015.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick