Les performances solo de Hasaan Ibn Ali élargissent l’histoire du jazz

Le pianiste et compositeur Hasaan Ibn Ali est une présence indûment insaisissable dans l’histoire du jazz. Son premier album, avec un trio, sort en 1965 ; son deuxième, avec un quatuor, enregistré plus tard cette année-là, n’est sorti qu’au début de 2021. Tous deux ont montré qu’il était un musicien distinctif et original, mais ce qu’ils offraient, c’était surtout le son de la possibilité, d’un potentiel non réalisé. La nouvelle sortie de “Retrospect In Retirement Of Delay: The Solo Recordings” (Omnivore Recordings) de Hasaan, qui le présente dans des performances enregistrées en privé de 1962 à 1965, révèle sa profondeur, sa puissance écrasante, sa puissante virtuosité. Cela fait plus que le placer sur la carte de l’histoire du jazz – cela élargit la carte pour inclure la vaste étendue de ses réalisations musicales.

Hasaan était une sorte de légende à Philadelphie, mais jouait peu ailleurs. Ses enregistrements solo ont été réalisés par David Shrier et Alan Sukoenig, deux étudiants de premier cycle passionnés de jazz à l’Université de Pennsylvanie qui s’étaient liés d’amitié avec lui. Il leur a rendu visite à l’université et leur a permis de l’enregistrer jouant du piano dans les dortoirs et les salons des syndicats étudiants ainsi que dans l’appartement de Shrier et dans un appartement de New York où Hasaan a convoqué Sukoenig et son magnétophone. Ces circonstances semblent mûres pour une musique d’intimité modeste ; au lieu de cela, ce que Hasaan a joué est torrentiel. (Le sentiment d’urgence à court terme se reflète dans le fait étonnant que neuf des morceaux, dont les quatre plus longs, ont tous été enregistrés le même jour, le 25 octobre 1964, dans trois lieux différents.) Les vingt pianos de l’album les performances émergent comme des contenus sous pression, comme des fureurs d’imagination musicale qui s’étaient accumulées en Hasaan depuis longtemps, comme s’il savait qu’il jouait sur la plus grande scène de toutes : la scène de l’éternité.

Né à Philadelphie en 1931, et se produisant à l’origine sous le nom de William Langford, une version modifiée de son prénom (ses parents ont épelé le nom de famille « Lankford »), Hasaan y a joué à la fin des années quarante et au début des années cinquante avec les jeunes musiciens montant de la ville, notamment John Coltrane, de quatre ans son aîné, qui aurait étudié avec Hasaan. (Plus tard, Hasaan aurait prétendu que Coltrane avait volé ses idées.) En d’autres termes, en tant qu’adolescent, Hasaan était déjà un artiste parmi les artistes et, au début de la vingtaine, était un innovateur reconnu. Son approche de la musique était si inhabituelle que, malgré la place d’honneur qu’il a remportée parmi les plus grands de la ville (dont Philly Joe Jones, Benny Golson, Jimmy Heath et les frères Bill et Kenny Barron), ses opportunités professionnelles et commerciales étaient limitées. Hasaan a vécu toute sa vie à Philadelphie et a joué une grande partie de ses performances, selon le saxophoniste Odean Pope, en privé : « La nuit, après s’être habillé, il visitait trois ou quatre maisons où ils avaient des pianos. Les gens lui servaient du café ou des gâteaux, lui donnaient quelques cigarettes ou peut-être quelques dollars de temps en temps. Au début des années soixante, à une époque où ses pairs musiciens étaient déjà célèbres et déjà abondamment enregistrés, Hasaan – dans la trentaine – était enregistré par des étudiants avec du matériel amateur. (Son premier album, « The Max Roach Trio featuring the Legendary Hasaan », a été enregistré en décembre 1964 ; l’album de quatuor inédit depuis longtemps, « Metaphysics », est également une sortie d’Omnivore Recordings.)

Lire aussi  Budget : les dépenses des services sociaux augmentent de 67,3 millions de dollars, les paiements du SIS augmentent de 55 $/mois.

Ce qui est le plus miraculeux dans la préservation des performances en solo de Hasaan et la survie des bandes, c’est l’art affiché dans les performances elles-mêmes. Les étonnements du nouvel album commencent par les toutes premières notes du premier morceau, le standard “Falling In Love With Love”, que Hasaan commence par un riff de basse enjoué ressemblant à un tango qui revient tout au long comme un big-band à une main. accompagnement. Cette figure percussive maintient une base rythmique qui incite Hasaan à se détacher avec des barrages cristallins et fleuris de notes aiguës dans des formes et des mètres changeants qui cascadent, tourbillonnent et grouillent dans des harmonies toujours plus audacieuses et de grande envergure. Hasaan avait élaboré, une décennie plus tôt, un soi-disant système par lequel il utilisait des accords de substitution qui variaient énormément tout en conservant de manière reconnaissable le cadre original de la composition. C’est ce que Coltrane est censé avoir tiré de leur temps ensemble, et la profusion sauvage de notes déchaînées par la main droite de Hasaan, comme un ciel d’étoiles brillantes dispersées par la poignée, rappelle en effet ce que le critique Ira Gitler a appelé « feuilles de son.

Avec une audace tacite mais manifeste, Hasaan semble revendiquer volontairement sa place dans l’histoire du jazz, relevant les gantelets lancés par les plus grands, jouant une version de treize minutes de “Body and Soul”, dont Coleman Hawkins a fait le solo culminant. de l’ère du swing en 1939; une version de dix minutes de « Cherokee », la chanson qui a d’abord fait la renommée de Charlie Parker et qui est identifiée à la naissance du bebop ; des extraits du répertoire de Miles Davis (« On Green Dolphin Street » et « It could Happen to You »); et “Off Minor” de Thelonious Monk. Hasaan présente « Body and Soul » avec une nouvelle contre-mélodie qui lui est propre qui l’aide à briser l’air familier de manière si surprenante que, vingt secondes plus tard, l’interprétation est déjà historique. Il transforme la valse “Lover” de Rodgers et Hart en un jeu rapide de quinze minutes avec une syncope de sa mélodie qui devient la figure dominante de sa ligne de basse tandis que sa main droite lance des barrages de scintillations à tir rapide qui subdivisent les mesures. en infinitésimaux. Dans un exposé de treize minutes sur la ballade harmoniquement complexe « It could Happen to You », Hasaan transforme les clichés des trémolos mélodramatiques en un grondement percutant et tonitruant ; au milieu d’orages chatoyants de notes aiguës, il revient à la mélodie avec un arrêt et un fragment-et-redémarrage soudains à la fois dramatiques à couper le souffle et drôles.

L’effusion d’énergie physique et la démonstration d’endurance intellectuelle dans ces performances prolongées sont compensées par l’inventivité inépuisable et l’inspiration de grande envergure de Hasaan. La succession au sein de chaque chanson de tant de figures aux formes différentes, aux tons différents, aux gravures acérées et aux caractères flamboyants suggère une imagination musicale d’une variété apparemment infinie, qui est d’autant plus étonnante pour son mélange de liberté décomplexée et d’attachement méticuleux aux mélodies et aux structures de les compositions elles-mêmes. Les mains d’Hasaan sont presque plus rapides que les oreilles – la vitesse étonnante de son jeu n’est équilibrée que par la précision cristalline qui fait ressortir chaque note avec un éclat de pierre précieuse. L’expérience d’écouter ces vingt solos prolongés est implacable, émotionnellement écrasante, presque épuisante par procuration dans l’expérience de sentir un musicien puiser si profondément en lui-même et libérer des forces si puissantes. (Étonnamment, une brève piste supplémentaire présente Hasaan chantant l’une de ses propres compositions.)

Lire aussi  Un juge fédéral décide que les comtés du Texas ne peuvent pas accuser des fonctionnaires de crimes pour avoir encouragé le vote par correspondance

Il me semble que ce n’est pas un simple hasard si le puissant autoportrait musical de Hasaan ressemblant à une fresque en temps réel se présente sous la forme d’un piano solo. Dans ses enregistrements en trio et en quatuor, l’accompagnement de la basse et de la batterie semble l’inhiber, pour canaliser ses solos dans des formes qui accommoderaient les interprétations (aussi splendides soient-elles) des musiciens de l’essentiel du rythme et de l’harmonie qu’il a généré pour lui-même, copieusement et ingénieusement, de ses deux mains. Son concept musical se présente comme complet, mercuriel, éruptif, non pas celui d’un musicien de chambre mais celui d’un orchestre d’une seule personne. Il fournit plus que l’image intime d’un esprit musical au travail ; il transmet le sens galvanique d’une bataille musicale héroïquement physique contre le temps.

La carrière d’Hasaan est passée du decrescendo à la catastrophe. Découragé par sa carrière d’enregistrement tronquée, Sukoenig écrit dans ses notes de pochette richement informatives, Hasaan s’est retiré. Il vivait avec ses parents lorsque leur maison a pris feu, tuant sa mère, laissant son père handicapé, consommant les compositions de Hasaan et le laissant mentalement affaibli. Il a été hébergé dans un foyer de groupe, était en traitement de toxicomanie, a eu un accident vasculaire cérébral dévastateur et est décédé en 1980, à l’âge de 49 ans. Dans une interview de 1978 que Sukoenig cite, Roach (décédé en 2007) a déclaré qu’il avait fait des enregistrements à domicile de Hasaan lorsque le pianiste lui a rendu visite : « J’ai des heures où il joue du piano solo, c’est incroyable. Sukoenig dit, cependant, qu’aucun autre enregistrement, commercial ou privé, de Hasaan n’a fait surface. Dans tous les cas, « Retrospect In Retirement Of Delay » prouve que Hasaan n’était pas ce qui aurait pu être – il l’était, il est parmi la poignée de grands.

Lire aussi  Jarvis Cocker - Chansons d'Ennui Tip-Top | Reviews

.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick