L’Ontario offre une quatrième dose de COVID-19 aux résidents des établissements de soins de longue durée

L’Ontario commencera à offrir aux résidents des établissements de soins de longue durée une quatrième dose d’un vaccin contre la COVID-19 à ARNm trois mois après leur troisième injection.

Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Kieran Moore, a fait l’annonce jeudi après-midi, affirmant que la décision avait été prise à la suite des recommandations du Comité consultatif ontarien sur l’immunisation.

« Beaucoup de ces personnes sont désormais probablement de plus en plus sensibles à l’infection au COVID-19 en raison de la diminution de l’immunité due à leurs doses précédentes », a déclaré Moore.

La quatrième dose sera mise à la disposition des résidents des foyers de soins de longue durée, des maisons de retraite, des pavillons de soins aux personnes âgées et d’autres établissements de soins collectifs. Les individus doivent attendre trois mois, ou 84 jours, entre les doses.

La province rendra également obligatoire les troisièmes doses du vaccin COVID-19 pour tout le personnel, les étudiants, les bénévoles, les soignants et les travailleurs de soutien dans les établissements de soins de longue durée. Les travailleurs ont jusqu’au 28 janvier 2022 pour obtenir le rappel, s’ils sont éligibles.

« À compter du 13 décembre 2021, tout le personnel devait être entièrement vacciné pour travailler dans les foyers de soins de longue durée, à moins qu’ils ne disposent d’une exemption médicale valide », a déclaré la province dans un communiqué. « À ce jour, près de 47 % du personnel éligible et près de 86 % des résidents éligibles ont reçu leur troisième dose de rappel. »

Lire aussi  La candidature d'Herschel Walker au Sénat en Géorgie est alimentée par Fandom

Les visiteurs devront également fournir une preuve des trois doses afin d’entrer dans un foyer de soins de longue durée une fois la pause temporaire sur les visiteurs généraux levée.

Il y a deux jours, la province a annoncé qu’elle interdirait les visiteurs généraux dans les soins de longue durée et interdirait aux résidents de partir les jours d’absence à des fins sociales. Deux aidants désignés par personne peuvent continuer à entrer dans la maison.

Jeudi, il y avait 136 foyers de soins de longue durée et maisons de retraite avec des épidémies actives de COVID-19.

Le ministre des Soins de longue durée, Rod Phillips, a déclaré dans un communiqué qu’offrir une quatrième injection et imposer des rappels était « une étape importante » vers la protection du personnel des soins de longue durée et des résidents face à l’augmentation des cas de COVID-19. Il a également exhorté tout le monde à se faire vacciner dès qu’ils sont éligibles.

Le PDG de l’Association des soins de longue durée de l’Ontario a déclaré qu’il se félicitait des nouvelles politiques provinciales destinées à aider à freiner la propagation d’Omicron, ajoutant que la vaccination obligatoire et des protocoles de test rigoureux contribueront à réduire les pertes de personnel dues au virus.

Ce sont des actions importantes répondant à la transmissibilité accrue de la variante Omicron axée sur la protection des résidents et du personnel, des étudiants, des bénévoles, des soignants et des travailleurs de soutien qui fournissent des soins et un soutien pour leur bien-être », a déclaré Donna Duncan dans un communiqué.

Lire aussi  Des munitions réelles recyclées ont peut-être été sur le tournage du film "Rust" au milieu d'une fusillade mortelle: documents - National

Le Dr Amit Arya, médecin en soins palliatifs, défenseur des soins de longue durée, a également exprimé son soutien à la priorisation des résidents et du personnel des soins de longue durée en ce qui concerne la vaccination COVID-19, mais que sans mesures plus strictes pour freiner la transmission communautaire, cela ne le sera pas. faire beaucoup de différence.

« Le problème est, encore une fois, si vous avez autant de transmission communautaire, cela va simplement infecter tout le monde et un établissement de soins de longue durée n’est pas sur une île séparée », a-t-il déclaré.

«Donc, cela signifie que nous avons besoin d’une meilleure protection sur le terrain, ce qui signifie que le masque N95 est obligatoire pour tous les soignants essentiels et les agents de santé des soins de longue durée. Cela signifie des tests plus rapides. Il ne suffit pas de faire des tests rapides deux fois par semaine dans les établissements de soins de longue durée. »

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick