Nous sommes reconnaissants pour nos avortements

Cette période de l’année est… compliquée. Pour beaucoup de gens, cette saison appelle à la réflexion et à la gratitude. Cette année, je réfléchis non seulement à toutes les personnes que j’aime et chéris, mais aussi aux résultats et à l’impact des élections de mi-mandat, et à la raison pour laquelle notre nation célèbre la fête compliquée de Thanksgiving.

Cette fête est fondée sur le génocide impardonnable des Amérindiens, et mon engagement envers la justice pour tous me rend difficile de célébrer des choses pour lesquelles je suis reconnaissant. Et la dure réalité est que le mépris total pour tous les peuples autochtones dans les années 1800 alimente les mêmes systèmes de suprématie blanche qui nous déshumanisent tous aujourd’hui. Des vies noires sont prises par la police et le complexe carcéral-industriel, tout sentiment de paix et de tranquillité LGBTQ + a été anéanti par la violence et la haine des armes à feu, et, finalement, la petite promesse d’accès à l’avortement garantie par Roe contre Wade a été dépouillé par une Cour suprême illégitime.

Quand je regarde l’état de cette nation, la colère s’accumule et ma gratitude s’épuise.

Et pourtant, la gratitude est ce que je recherche en ce moment. Je suis reconnaissante de passer le long week-end avec mon jeune fils, qui est ici parce que j’ai pu planifier une grossesse lorsque j’étais prête à devenir mère. Je suis reconnaissante d’avoir eu accès à mes avortements au Texas alors que c’était encore légal dans l’État, et que mes multiples expériences d’avortement guident maintenant mon travail.

Lorsque j’exprime cette gratitude pour mes avortements, parfois, moi et d’autres conteurs d’avortement de We Testify, qui est une organisation dédiée au leadership et à la représentation des personnes qui se font avorter, sommes confrontés à des questions et à des réprimandes de la part de membres de la famille ou d’êtres chers qui croient que nous ne devrions pas « célébrer » ou être « reconnaissants » pour nos avortements. “Je suis pro-choix, mais il n’y a rien à célébrer” ils disent.

Mais je un m reconnaissant pour mes deux avortements. Je suis reconnaissant de ne pas vouloir être parent alorsdonc je n’avais pas besoin d’être parent alors. La bénédiction de planifier une grossesse et d’avoir un enfant quand je voulais avoir un enfant est quelque chose pour laquelle j’ai une immense gratitude. je vraiment Je suis reconnaissant pour cela, en particulier dans ce climat politique et en ce moment.

Et ce n’est pas seulement moi. De nombreuses personnes qui se font avorter célèbrent leur expérience. Et puisque nous, à We Testify, savons que cette période de l’année peut être particulièrement difficile pour les personnes qui ont avorté – qui veulent ressentir l’amour et l’acceptation de leur famille, mais qui ne reçoivent peut-être pas cette validation – mes collègues et moi partageons notre appréciation pour nos avortements. Qu’il s’agisse de leur premier avortement ou de leur quatrième, les gens devraient être soutenus dans tout ce qu’ils décident, à chaque fois.

Lire aussi  Les sanctions économiques contre la Russie se concentrent sur les filles adultes de Poutine

Comment vous êtes-vous sentie bien de célébrer et d’être reconnaissante pour vos avortements ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick