«  Nous voulons simplement rentrer à la maison  »: les propriétaires fonciers du Nouveau-Brunswick réagissent au fait d’être exclus

Nathalie Arsenault et Patrick Wilson sont entièrement vaccinés et étaient prêts à s’isoler pendant 14 jours à leur retour chez eux dans leur propriété du Nouveau-Brunswick ce printemps. Mais à la suite d’une annonce du premier ministre Blaine Higgs à la fin de la semaine dernière, il ne semble pas que cela se produise de si tôt.

Le 22 avril, le premier ministre Blaine Higgs a déclaré que les propriétaires fonciers vivant à l’extérieur du Nouveau-Brunswick ne seraient probablement pas autorisés à retourner dans la province tant qu’elle n’atteindrait pas l’immunité du troupeau, soit 75% de la population vaccinée contre le COVID-19. La province n’a encore confirmé aucune date.

Arsenault et Wilson sont deux parmi tant d’autres ayant des biens au Nouveau-Brunswick et / ou des liens familiaux avec la province qui ne peuvent pas retourner dans la province.

Actuellement résidents de la Floride, alors qu’ils passent plus de temps aux États-Unis qu’au Nouveau-Brunswick, Arsenault a déclaré que le couple et leurs chiens ne veulent rien de plus que de rentrer à la maison à Pointe-du-Chène en mai pour passer l’été ici. Mais si Pointe-du-Chène les habite et qu’ils sont citoyens canadiens, Pointe-du-Chène n’est pas leur résidence principale.

«Nous voulons rentrer à la maison», a déclaré Arsenault. «Nous voulons être au Nouveau-Brunswick.

Au printemps dernier, le couple s’est isolé sur leur propriété pendant 14 jours.

«J’espère que les choses changeront», a déclaré Arsenault à propos du règlement mis à jour.

L’année dernière, personne n’a été vacciné, a-t-elle déclaré. Cette année, de nombreuses personnes comme le couple sont entièrement vaccinées et sont toujours heureuses de suivre d’autres règles si elles peuvent rentrer dans la province, a-t-elle déclaré.

Mais le premier ministre a déclaré la semaine dernière: «Nous n’avons confirmé aucune date à laquelle nous examinerions les propriétaires qui reviennent de l’extérieur de la province ou du pays chez eux.»

Alana Bourque de Montréal a un chalet d’été à Grand-Barachois qui est vide depuis août 2019. Normalement, sa famille voyage chaque été de Montréal pour être avec sa famille élargie à Shediac, dit-elle.

Ses parents et une grande partie de sa famille sont originaires de Shediac. «Le plus gros, c’est de ne pas pouvoir voir notre famille», a-t-elle déclaré. «C’est la seule période de l’année où nous sommes tous ensemble.»

«Je suis résignée au fait que cela ne se reproduise plus cette année», a-t-elle déclaré.

L’année dernière, elle a déclaré que la famille n’était pas en mesure de passer plus de trois semaines à Shediac, ce qui aurait signifié s’isoler pendant les deux tiers de leurs vacances, a-t-elle déclaré. Cette année, ils ont la possibilité de rester plus longtemps mais les nouvelles règles interdisant aux propriétaires d’entrer peuvent à nouveau annuler le voyage.

Bourque, qui a noté qu’elle était vaccinée, a déclaré qu’elle comprenait, mais cela faisait longtemps que je ne pouvais pas voir sa famille et c’est difficile, dit-elle. «Nous serons heureux quand ce sera fini.»

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

Le maire de Shediac, Roger Caissie, a déclaré: «Je voudrais certainement que les résidents d’été puissent venir ici, profiter de notre magnifique emplacement et contribuer à l’économie locale, mais nous n’en sommes tout simplement pas encore là.

Espérons que des temps meilleurs sont à venir et que les variantes seront bientôt sous contrôle, a-t-il déclaré.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick