« Pas seuls » : des milliers de personnes assistent au premier défilé de la fierté de Winnipeg en personne depuis la pandémie

Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans et autour du centre-ville de Winnipeg pour célébrer la communauté LGBTQ+ de la province, le premier défilé de la fierté en personne depuis avant la pandémie.

Chloe Minkley a célébré son premier Pride Parade en personne depuis sa sortie en tant que pansexuelle en 2019 et finalement en tant que genderqueer.

“Cela signifie beaucoup de pouvoir emmener ma sœur [to the parade] et ne plus avoir peur de se montrer”, a déclaré Minkley, arborant les couleurs du drapeau pansexuel.

Au fil des ans, Minkley a connu la honte et la solitude découlant de son expression de genre et de sa sexualité, mais a pris la journée pour célébrer qui elle est.

“J’ai des gens qui me soutiennent maintenant et je suis tellement content pour eux et j’aime que les seules personnes autorisées dans ma vie soient des gens qui me soutiendront et m’aimeront pleinement”, a déclaré Minkley.

Chloe Minkley (à droite) a assisté au défilé de la fierté de Winnipeg avec leur sœur et leur père. C’est leur premier défilé depuis leur sortie. (Walther Bernal/CBC)

Chantel Pavao a assisté au défilé avec sa mère Sally et son père John, tous deux portant des chemises exprimant leur fierté envers leur fille.

Pour Chantel, le sentiment d’être à Pride avec son système de soutien était écrasant, même six ans après son coming-out

“Quand j’étais plus jeune, je n’aurais jamais pensé que je serais dehors, acceptée par mes parents et même ici. Être ici aujourd’hui, ici avec eux, eux portant leurs chemises, me soutenant juste pour être moi, il n’y a pas de mots”, elle a dit.

Sally, Chantel et John Pavao ont participé au défilé de la fierté de Winnipeg. Sally et John portaient des chemises pour soutenir leur fille. (Erin Brohman/CBC)

Sally a dit qu’elle aurait aimé que Chantel sorte plus tôt pour pouvoir vivre authentiquement.

“On se fiche de qui elle aime… on ne l’aimerait jamais moins”, a-t-elle dit en larmes. “Je suis une maman fière.”

REGARDER | Des drag queens, des danseurs de jingle dress et même des animaux de compagnie se sont présentés au Winnipeg Pride Parade :

Jetez un coup d’œil au défilé de la fierté de Winnipeg 2022

Le défilé de la fierté de Winnipeg était de retour en force cette année après avoir été annulé pendant la pandémie. Voici un aperçu de certaines des drag queens, des danseurs de jingle dress et même des chiens qui ont défilé et dansé dans les rues de la ville pour célébrer la communauté LGBTQ + dimanche.

La drag queen Contessa Lestrange a déclaré que la journée ne pouvait pas être meilleure.

“Depuis que je suis adolescente, je viens à Winnipeg Pride, je viens ici et nous vois tous ensemble… ça me rappelle que je ne suis pas seule et que les homosexuels ne sont jamais une île”, a-t-elle déclaré.

Feather Talia tient une pancarte indiquant « Il n’y a pas de placards dans les tipis » lors du défilé de la fierté de Winnipeg. (Joanne Roberts/CBC)

Feather Talia a monté sur le char pour l’organisation locale Sunshine House pour représenter les “Indigiqueers” de près et de loin.

Bien qu’il y ait toujours de la place pour se développer en termes de promotion et de soutien des droits LGBTQ+, Talia a déclaré que les personnes queer sont douées pour se soutenir les unes les autres.

“J’ai l’impression que ce que nous faisons et ce que nous essayons de promouvoir est comme l’amour de soi, l’acceptation de soi. Et je pense que nous faisons du bon travail en tant que communauté”, a déclaré Talia.

Le défilé de la fierté de Winnipeg dimanche était le premier défilé en personne dans la ville depuis avant la pandémie. (Anne-Louise Michel / Radio Canada)

L’ancien maire de Winnipeg, Glen Murray, qui a été l’un des premiers maires ouvertement homosexuels en Amérique du Nord, est devenu ému dimanche en pensant au chemin parcouru par la communauté LGBTQ +.

“Je me souviens qu’en 1986 et 1987, quand tout a commencé, 80 personnes se sont présentées portant des sacs en papier sur la tête avec les yeux coupés parce qu’il n’y avait aucune protection des droits de l’homme, et se présenter ici signifiait que vous perdiez votre emploi”, il a dit.

“Je ne pense pas que de toute ma vie j’ai jamais cru que nous vivrions, de mon vivant, le genre de libération de nos âmes et de nos cœurs et le genre d’égalité humaine.”

Plus loin pour aller

Bien que Pride soit une célébration, beaucoup disent que c’est aussi un cri de ralliement pour travailler à l’inclusion complète de tous les membres de la communauté LGBTQ+.

Certains qui ont participé au défilé ont brandi des pancartes pour appeler à des soins de santé non sexistes, tandis que d’autres ont plaidé pour la mise en œuvre de mesures de réduction des risques.

Le président de Pride Winnipeg, Barry Karlenzig, affirme qu’il reste encore beaucoup de travail à faire.

Une personne tient une pancarte aux couleurs du drapeau trans qui dit «les soins de santé affirmant le genre nous sauvent» lors du défilé de la fierté de Winnipeg dimanche. (Erin Brohman/CBC)

“En ce moment, il y a beaucoup de nos partenaires communautaires qui n’ont pas les mêmes droits. Ils sont toujours persécutés dans leur travail. Ils sont toujours persécutés là où ils se trouvent. Ce n’est pas bien”, a-t-il déclaré.

Murray, qui a vu où en était la province il y a plus de 30 ans, a bon espoir pour l’avenir en voyant la libération de la communauté LGBTQ+ dans les rues de Winnipeg.

“Cela me donne un espoir particulier alors que nous affrontons certains des pires et des plus difficiles préjugés et racisme systémique”, a-t-il déclaré.

Lire aussi  Les votes sont toujours comptés en Arizona et le GOP crie déjà au jeu déloyal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick