Pourquoi les pannes d’électricité arrivent au Michigan

Midland, Mich.

Quels que soient les espoirs que les gens auraient pu avoir pour sauver la centrale nucléaire de Palisades au Michigan, il est trop tard. Le 20 mai, la centrale a fermé ses portes, emportant avec elle 6,5 % de l’électricité de l’État et 15 % de l’énergie propre de l’État. Cela laisse les Michiganders avec une électricité moins fiable et des prix plus élevés.

Dans un sens, la fermeture de l’usine n’était pas une surprise. Il était prévu depuis plus de cinq ans. Le rebondissement de l’intrigue ? Le mois dernier, la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer s’est prononcée en faveur de son maintien ouvert. Mme Whitmer a envoyé une première demande le 20 avril à un programme de financement de l’administration Biden conçu pour prolonger la durée de vie des centrales nucléaires en péril. Sa demande était plus un spectacle qu’une substance – elle est venue après près de quatre ans de silence sur l’énergie nucléaire en général et sur Palisades en particulier. Même son plan climatique récemment publié ne mentionnait le nucléaire qu’en passant et se concentrait plutôt sur la construction d’énergies renouvelables de plus en plus dépendantes des conditions météorologiques.

Mme Whitmer savait que le maintien de l’usine nécessiterait des engagements à long terme difficiles à obtenir, mais elle a quand même retardé son annonce jusqu’à ce qu’il reste quelques semaines à l’usine. Elle savait aussi que l’exploitant de l’usine, Entergy,

avait dit pendant des années qu’il voulait se retirer de l’activité de production d’énergie nucléaire marchande. Aucun acheteur n’ayant exprimé son intérêt pour l’exploitation de l’usine, la société est restée sans équivoque engagée à fermer Palisades, quels que soient les plans conçus par Lansing ou Washington.

Lire aussi  Comment les chaussures laides ont gagné (et pourquoi elles deviennent de plus en plus laides)

Il est possible que Mme Whitmer ait attendu parce qu’il n’y avait aucun inconvénient politique à soutenir l’usine condamnée si tard dans la partie. Ses alliés écologistes du Sierra Club et d’ailleurs savaient que, quoi qu’en disent ses communiqués de presse, la fermeture de l’usine était assurée. Mais les déclarations de soutien à l’usine ont fait la une des journaux, donnant aux habitants du Michigan l’impression que leur gouverneur a mené une campagne courageuse jusqu’au bout. C’est un message particulièrement important pour les membres du syndicat qui soutiennent largement l’énergie nucléaire. L’usine syndiquée de Palisades employait à elle seule 600 personnes, chacune représentant un vote potentiellement crucial dans un État swing.

La fermeture de Palissades laisse l’État dans une position précaire. Maintenant, le Michigan devra faire face à la perte soudaine des plus de sept millions de mégawattheures d’électricité que la centrale a produits en 2021. Il devra également faire face à l’arrêt de la centrale électrique au charbon Campbell à proximité dans les prochaines années. Alors que les écologistes applaudissent les fermetures, les consommateurs et les entreprises du Michigan feront face aux retombées sous la forme de tarifs plus élevés pour un service d’électricité moins fiable. L’exploitation de centrales au charbon et nucléaires existantes coûte en moyenne 2 à 3 fois moins cher que la construction de nouvelles centrales éoliennes et solaires, mais les services publics du Michigan choisissent toujours cette dernière option, plus chère et moins fiable.

Des décennies de mandats et de subventions signifient que le Michigan dispose d’un approvisionnement en panneaux solaires en croissance rapide et de plus de 1 500 éoliennes. Pourtant, combinés, ils ne peuvent toujours pas produire autant d’électricité que la seule centrale de Palisades. Il n’y a pas de voie économiquement viable pour augmenter la production éolienne ou solaire pour remplacer l’énergie perdue, et encore moins pour répondre aux demandes énergétiques croissantes de l’État.

Lire aussi  Le président du comité du budget de la Chambre a déclaré à l'hôte de Les actualites que le gouvernement fédéral "peut se permettre tout ce qu'il estime devoir faire" - .

D’ailleurs, il n’y a pas de reconnaissance évidente de la part du bureau du gouverneur que le vent et le solaire dépendent entièrement de la météo. Ils doivent disposer d’un soutien suffisant des centrales nucléaires, au charbon et au gaz pendant la durée significative des jours nuageux et sans vent, lorsque les turbines et les panneaux solaires ne produisent rien. Pourtant, ce sont les sources d’énergie fiables qui sont visées par la fermeture aujourd’hui.

Une approche différente et plus sensée est nécessaire, car des pannes de courant se profilent. Le Midcontinent Independent System Operator, qui contrôle l’infrastructure de transmission électrique du Michigan ainsi que de 15 autres États et de la province du Manitoba, a averti en avril que la «production régulièrement disponible» pourrait ne pas être en mesure de répondre à la demande d’électricité cet été.

Un rapport plus récent de la North American Electric Reliability Corporation a réitéré ce terrible avertissement, décrivant un « risque élevé d’urgences énergétiques pendant les conditions estivales de pointe » dans une grande partie du pays. Les avertissements du NERC et du MISO démontrent que nous revenons aux tactiques employées par nos ancêtres : prier pour le bon temps afin que nous puissions traverser les étés chauds et les hivers froids. La fermeture de centrales électriques fiables comme la centrale des Palissades garantit que ces prières ferventes seront plus fréquentes.

Telles sont les contradictions de l’agenda climatique. Il exige plus d’énergie propre, mais conduit à la faillite de l’énergie nucléaire propre. Il promet fiabilité et faibles coûts, mais laisse les familles et les créateurs d’emplois se demander si les lumières resteront allumées et espérer que leurs factures n’augmenteront pas. Et comme le prouve le Michigan, cela pousse les politiciens à adopter des politiques néfastes, puis à prétendre qu’ils prennent des mesures pour résoudre les problèmes mêmes qu’ils ont créés.

Lire aussi  L'Arménie autorisera les employeurs à licencier les travailleurs non vaccinés

M. Hayes est directeur de la politique environnementale au Mackinac Center for Public Policy.

Wonder Land (08/11/21) : Les démocrates ont saccagé les villes et la frontière. Pourquoi la politique climatique serait-elle différente ? Images : Zuma Press/Getty Images Composition : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick