Tombes anonymes de Kamloops : Cérémonie pour marquer l’anniversaire

Kamloops, C.-B. –

Dès le lever du soleil lundi, les Tk’emlúps te Secwépemc organiseront une journée solennelle de cérémonie et de réflexion pour marquer le premier anniversaire de la découverte de tombes anonymes sur le site de l’ancien pensionnat indien de Kamloops.

Pendant des décennies, les survivants qui ont passé du temps à l’école ont raconté les histoires de pairs qui ont soudainement disparu. Certains pensaient que les enfants disparus s’étaient enfuis, mais beaucoup soupçonnaient toujours quelque chose de plus sinistre.

Une enquête réalisée l’année dernière à l’aide d’un radar à pénétration du sol a montré l’existence de 215 tombes potentielles non marquées.

Kukpi7 Rosanne Casimir, chef de Tk’emlúps te Secwépemc, sera accompagnée de la gouverneure générale Mary Simon.

Les protocoles culturels prévoient que lundi marquera la fin d’une année de deuil pour les enfants disparus, mais pour les survivants et les familles des enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux, le voyage de guérison se poursuivra.

« Quand j’ai partagé la nouvelle pour la première fois, cela a été dévastateur pour de nombreux membres de notre communauté », a déclaré Casimir la semaine dernière. « Pour beaucoup, il s’agit de notre histoire collective. Et il s’agit de ces étapes significatives pour aller de l’avant.

Depuis l’annonce de la localisation des tombes de Kamloops, des centaines d’autres lieux de sépulture potentiels ont été découverts dans des pensionnats à travers le pays.

Le gouvernement fédéral a déclaré le 30 septembre un jour férié connu sous le nom de Journée nationale pour la vérité et la réconciliation.

Lire aussi  Comment les demandeurs d'asile traversent la frontière

Et en avril, au Vatican, le pape François a présenté des excuses historiques aux délégations de Canadiens autochtones, inuits et métis au nom de l’Église catholique, qui administrait de nombreux pensionnats du Canada.

Les prochaines étapes pour les Tk’emlúps te Secwépemc restent à finaliser, mais Casimir dit que des discussions sont en cours sur la possibilité d’exhumer les restes d’enfants dans les tombes anonymes afin qu’ils puissent être rapatriés dans leurs Premières Nations.

Une femme place l’une des 215 paires de chaussures pour enfants sur les marches de la Vancouver Art Gallery en mémoire des enfants dont les restes ont été retrouvés enterrés sur le site d’un ancien pensionnat de la Colombie-Britannique, le vendredi 28 mai 2021. (LE PRESSE CANADIENNE/Darryl Dyck)

« JUSQU’À CE QUE TOUS LES BÉBÉS SONT TROUVÉS »

À Vancouver, l’artiste haïda Tamara Bell a créé un mémorial en l’honneur des victimes et des survivants du pensionnat de Kamloops le lendemain de l’annonce par les Tk’emlúps te Secwépemc de ce que la recherche du site avait trouvé.

À l’époque, elle a confié à CTV News qu’elle avait décidé de porter des chaussures pour donner au public une idée de l’ampleur de la découverte. Bell a dit qu’elle s’était réveillée tôt, avait pleuré, s’était calmée et avait élaboré un plan.

« Je suis une mère et je ne peux pas imaginer que mon enfant meure à l’école. Je ne peux pas imaginer qu’un enfant que j’aime ne rentre jamais à la maison et ne reçoive pas de réponse », a déclaré Bell l’année dernière.

Au cours de l’année qui a suivi, les marches de la Vancouver Art Gallery ont été bordées de centaines de paires de chaussures pour enfants, d’animaux en peluche, de pancartes et de peintures.

Lire aussi  Sables mouvants des médias sociaux : comment les panneaux d'avertissement des tireurs se perdent

Desiree Simeon, qui est également de la nation haïda, fait partie d’un petit groupe de personnes qui veillent et surveillent le mémorial.

« Je passe ici 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, jour et nuit. Je vis pratiquement ici. J’ai une maison, mais je réside ici comme une deuxième maison », a-t-elle déclaré dimanche alors qu’elle réfléchissait à l’impact du mémorial alors qu’elle se préparait à marquer l’anniversaire.

« Ce que nous cherchons, c’est d’ouvrir davantage les yeux sur ce que nous savons déjà depuis des générations de tous ces abus. Il y a toujours des tonnes de gens qui sont choqués par ce qu’ils entendent de nous lorsque nous fournissons des informations sur ce que est arrivé aux enfants. »

Alors que l’avenir du mémorial n’a pas encore été décidé, Simeon dit qu’il n’est pas prévu de le démanteler de si tôt.

« Cette veillée sera là jusqu’à ce que tous les bébés soient retrouvés », a-t-elle déclaré.

Le 28 mai, il y aura une cérémonie sur le site.

Il y aura des chants, des danses, de la manière traditionnelle. Tout le monde est invité et nous les encourageons à apporter plus d’animaux en peluche et plus de chaussures », a-t-elle déclaré.

Avec des fichiers de Kendra Mangione de CTV News Vancouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick