Une femme décide de construire sa communauté après la mort de son oncle à COVID

«Avec la perte de mon oncle Victor, je dois rester. Je lui dois au moins ça.

Contenu de l’article

Pendant des années, Jamie LaFleur a voulu quitter la Saskatchewan, mais le décès récent de son oncle au COVID-19 l’a poussée à suivre ses traces et à bâtir sa communauté d’origine.

En tant que femme autochtone étudiant à l’Université de la Saskatchewan, LaFleur a déclaré que le racisme est un combat quotidien. Tout en travaillant sur son diplôme en anthropologie, elle a saisi des opportunités pour étudier à travers le monde, voyageant en Afrique, en Asie et en Europe. Elle a également passé un an en Norvège, où elle a postulé et a été acceptée dans deux universités différentes. L’Université d’Oxford lui avait également offert une place parmi leurs étudiants.

Vivre à l’étranger a donné à LaFleur un sentiment de liberté qu’elle n’avait jamais ressenti en Saskatchewan.

«Je n’ai pas besoin d’être autochtone là-bas. Je peux juste être quelqu’un d’autre », dit-elle. «(Mais) je sais que je me mens juste à moi-même à la fin et que je dois toujours rentrer à la maison.

En fermant ces portes, LaFleur est retourné à l’U de S pour faire une maîtrise en santé communautaire et en épidémiologie.

Lire aussi  Les cinq républicains les plus fous de MAGA qui pourraient gagner des sièges au Congrès

Contenu de l’article

Cette compréhension de la maison et le désir de contribuer à sa communauté avec la bande indienne du Lac La Ronge ont été en grande partie inspirés par son oncle, Victor Thunderchild, et n’ont été renforcés que par sa mort.

Thunderchild, un éducateur passionné à Prince Albert, est décédé le 17 avril à l’âge de 55 ans après avoir été testé positif au COVID-19.

«Avec la perte de mon oncle Victor, je dois rester. Au moins, je lui dois ça », a déclaré LaFleur, ajoutant qu’elle savait qu’il désapprouverait si elle laissait sa communauté derrière elle.

«Alors je m’enfuis et Victor n’apprécierait pas ça. Je suis beaucoup plus fort que ça, c’est ce qu’il dirait.

Jamie LaFleur est étudiante à la maîtrise en santé publique et épidémiologie à l'U de S. Son intérêt pour la santé a été inspiré par son oncle et ancien enseignant, Victor Thunderchild, qui est récemment décédé après une lutte contre le COVID-19.  Photo prise à Saskatoon, en Saskatchewan, le vendredi 23 avril 2021.
Jamie LaFleur est étudiante à la maîtrise en santé publique et épidémiologie à l’U de S. Son intérêt pour la santé a été inspiré par son oncle et ancien enseignant, Victor Thunderchild, qui est récemment décédé après une lutte contre le COVID-19. Photo prise à Saskatoon, en Saskatchewan, le vendredi 23 avril 2021. Photo par Matt Smith /Saskatoon StarPhoenix

LaFleur a grandi en étroite collaboration avec Thunderchild, qui a passé beaucoup de temps avec ses parents et a traité LaFleur comme l’une de ses propres filles.

Au début de la vingtaine, lorsque la vie de LaFleur a commencé à tourner sur une route plus sombre, c’est Thunderchild qui l’a écartée et lui a dit qu’elle devait apporter des changements. C’est lui qui a donné la chanson d’honneur à son mariage et a béni son mariage. Son désir de voir LaFleur mener une vie saine et holistique l’a encouragée à poursuivre ses études en santé.

Lire aussi  La campagne de pression Manchin : PDG, patrons syndicaux et Bill Gates

En voyant lui aussi lutter contre le racisme en travaillant comme éducateur pendant trois décennies, LaFleur admirait également son dévouement envers sa communauté et la formation des gens autour de lui.

«Il a vraiment laissé un héritage», dit-elle. Maintenant, elle se sent responsable de faire de même.

«Si je pars, je ne contribuerai pas. Je suis essentiellement en train de fuir mon propre peuple et… d’être dans la position que je suis, de pouvoir contribuer à l’épanouissement de notre peuple ici en Saskatchewan.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick