Vous voulez offrir aux Israéliens un voyage fluide ? Vous devez d’abord reconnaître les Américains arabes en tant qu’Américains.

La semaine dernière, un quotidien libéral israélien, Haartz, a cité un haut responsable américain à Jérusalem qui a déclaré que l’inquiétude concernant le traitement discriminatoire par Israël des Américains d’origine palestinienne cherchant à entrer en Cisjordanie n’était pas liée à la demande d’Israël d’entrer dans le programme américain d’exemption de visa. Il s’agissait de deux problèmes différents, a déclaré le responsable.

L’article m’a tellement bouleversé que j’ai écrit au secrétaire d’État Antony Blinken pour lui demander des explications. Je lui ai rappelé que les deux questions sont en effet liées : La condition essentielle d’admission au programme américain d’exemption de visa (VWP), qui permet aux citoyens étrangers d’entrer aux États-Unis jusqu’à 90 jours sans visa, est la réciprocité. Tout pays entrant dans le VWP doit accepter de fournir aux citoyens américains un traitement non discriminatoire, tout comme ils s’attendraient à ce que leurs citoyens soient reçus par les États-Unis.

En 2014, la dernière fois qu’Israël a demandé à entrer dans le programme, le Département d’État a rejeté leur demande, citant l’histoire de la discrimination d’Israël à l’égard des citoyens américains d’origine arabe, en particulier les Américains d’origine palestinienne, comme raison.

Au fil des ans, j’ai reçu des centaines de plaintes d’Arabes américains, qui nous ont fourni des affidavits de leur traitement tout en essayant d’entrer en Israël-Palestine. Ils ont été harcelés et interrogés pendant des heures. Certains ont été détenus pendant une journée, se sont vu refuser l’entrée et ont été expulsés. Les responsables israéliens ont dit aux Américains d’origine palestinienne, même ceux nés aux États-Unis, qu’Israël ne les reconnaissait pas comme Américains. Ils étaient considérés comme des Palestiniens et devaient donc quitter le pays, obtenir une carte d’identité palestinienne et entrer par la Jordanie. Ici, à l’Arab American Institute, nous nous sommes plaints au Département d’État exigeant que notre gouvernement insiste pour que nos droits en tant que citoyens américains soient protégés.

Lire aussi  La charpie persistante de la sécheuse déclenche un incendie de 15 000 $ au motel de Saskatoon

D’anciens secrétaires d’État, notamment Madeleine Albright et Condoleezza Rice, ont soulevé cette question avec force auprès des Israéliens, en vain. Le mieux que nous ayons pu obtenir a été un « avis aux voyageurs » du Département d’État avertissant que les citoyens américains d’origine arabe, en particulier ceux d’origine palestinienne, peuvent s’attendre à être traités différemment des autres visiteurs américains. Cette reconnaissance d’un problème, sans rien faire pour le corriger, n’a fait qu’ajouter l’insulte à l’injure.

Une préoccupation supplémentaire, sans rapport avec le VWP, est le fait que les Arabes américains, en tant que citoyens, devraient bénéficier des mêmes protections que notre gouvernement offre à tous les autres citoyens. La première page du passeport américain indique que le secrétaire d’État “demande par la présente à toutes les personnes concernées de permettre au citoyen/ressortissant des États-Unis nommé ici de passer sans délai ni entrave et, en cas de besoin, de fournir toute aide et protection.” Et dans le traité américano-israélien de 1951 sur «l’amitié, le commerce et la navigation», les deux parties conviennent de garantir les droits des citoyens de l’autre lorsqu’ils visitent leur pays, y compris le droit de «y voyager librement; et de résider dans les lieux de leur choix, de jouir de la liberté de conscience… sans agressions illégales de toutes sortes… de la protection et de la sécurité les plus constantes. D’après nos 40 années de travail sur le traitement discriminatoire des Arabes américains voyageant en Israël-Palestine, il est clair que les engagements figurant sur nos passeports et dans le traité sont, comme le dit l’expression, « plus honorés dans la violation que dans leur respect ».

Lire aussi  Pas de « Fauda » : une série télévisée du Hamas glorifie la lutte contre Israël

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick