AY.1 n’est pas encore une variante préoccupante : Centre

L’Inde a officiellement reconnu mardi l’apparition de l’AY.1, une variante du coronavirus étroitement liée à la variante dominante du Delta.

AY.1, ou B.1.617.2.1, a une mutation appelée K417N qui est liée à une infectivité élevée et a été associée à la variante bêta, identifiée pour la première fois en Afrique du Sud.

A lire aussi : La variante B.1.617 du SRAS-CoV-2 a entraîné une augmentation des cas de COVID-19 au cours des 2 derniers mois

« Cette [AY.1] a été identifié pour la première fois en mars en Europe mais est tombé dans le domaine public il y a seulement deux jours », a déclaré VK Paul, président du groupe national d’experts sur l’administration des vaccins contre le COVID-19, lors d’une conférence de presse.

« Oui, une nouvelle variante a été trouvée. Ce n’est pas encore une variante préoccupante, ou qui a des conséquences néfastes pour l’humanité. Nous ne savons pas encore grand-chose à ce sujet et nous l’étudions, y compris la prévalence en Inde. »

Comme L’Hindou a rapporté lundi, cinq laboratoires indiens ont soumis des données sur cette variante en mai et juin à GISAID, un référentiel mondial. Public Health England, un organisme britannique, a déclaré que sur les 63 génomes du référentiel GISAID au 7 juin, six provenaient d’Inde.

Cela ne signifie pas que seuls six cas de cette forme de virus existent en Inde. Des preuves du mutant ont été trouvées dans l’Andhra Pradesh, le Maharashtra, le Telangana et le Karnataka.

Le Dr Paul a déclaré que même si la mutation continue du coronavirus était un fait biologique, les étapes de protection contre l’exposition restaient les mêmes – « ne donnant pas la possibilité au virus de se propager ».

Boost de Novavax

Concernant la vaccination, le Dr Paul a déclaré que des réserves de vaccin Novavax étaient arrivées en Inde lundi et qu’elles seraient probablement produites dans le pays en « très grandes » quantités ».

Lire aussi  Convoi de camionneurs : les provinces se mélangent sur la Loi sur les mesures d'urgence

« Ce que nous savons, c’est qu’il est extrêmement sûr et a une très grande efficacité. Un essai de transition de ce vaccin est en cours en Inde. Les résultats positifs de cette augure très bien pour notre pays. Nous devrions être fiers qu’un autre vaccin semble être l’horizon dans notre pays », a-t-il ajouté.

A lire aussi : Coronavirus | Souche indienne « double mutante » nommée B.1.617

La société américaine, qui s’est associée au Serum Institute of India (SII) basé à Pune, a testé son vaccin à deux doses «NVX-CoV2373» sur environ 30 000 adultes aux États-Unis et au Mexique. Novavax a indiqué qu’il prévoyait de demander des autorisations au troisième trimestre (juillet-septembre) et qu’il était en passe de fabriquer 100 millions de doses par mois d’ici fin septembre et 150 millions de doses par mois d’ici fin 2021. La plupart de ces doses sont devrait aller dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Plus tôt en juin, le contrôleur général des médicaments de l’Inde avait autorisé SII à poursuivre les essais de phase 2/3 du vaccin qui sera baptisé «Covavax» en Inde.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick