Home » COVID-19: l’Ontario signale 3871 nouveaux cas

COVID-19: l’Ontario signale 3871 nouveaux cas

by Les Actualites

La plupart des nouveaux cas se trouvaient dans les régions sensibles de Toronto (1 172 cas); Peel (901); Région de York (392); et Durham (292).

Contenu de l’article

L’Ontario s’attend à un afflux important de vaccins qui permettra à la province d’augmenter le nombre de vaccins administrés aux points chauds du COVID-19 dans les prochains jours et d’ouvrir l’admissibilité aux rendez-vous à tous les adultes de la province d’ici la semaine du 24 mai. les responsables ont déclaré jeudi.

L’offre supplémentaire permet à la province d’augmenter son calendrier des personnes qui peuvent être vaccinées lors de la phase 2, y compris les personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile et celles qui ont des problèmes de santé qui les exposent à un risque plus élevé.

Les estimations initiales indiquaient que la phase 2 ne serait pas terminée avant la fin juin.

«C’est une nouvelle passionnante», a déclaré jeudi la ministre de la Santé, Christine Elliott, en l’appelant «la lumière au bout du tunnel».

Les vaccins sont le moyen de sortir de la pandémie, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse jeudi.

Voici les dernières informations sur le moment où les groupes deviennent éligibles pour un vaccin:

  • 30 avril:Personnes âgées de 55 ans et plus
  • Semaine du 3 mai: Personnes âgées de 50 ans et plus
    Groupe 1 de ceux qui ne peuvent pas travailler à domicile. Cela comprend les enseignants et autres éducateurs, les policiers et les pompiers, les travailleurs de l’alimentation, de la fabrication et de la distribution et les travailleurs agricoles, entre autres
    Les personnes ayant des problèmes de santé «à haut risque», qui comprennent l’obésité, les personnes sous traitement qui cause une immunosuppression comme la chimiothérapie, les personnes ayant des troubles du développement, entre autres.
    Personnes âgées de 18 ans et plus dans les points chauds désignés par la province
  • Semaine du 10 mai: Personnes de plus de 40 ans
    Les personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile dans le groupe 2, qui comprend les travailleurs de détail essentiels comme les commis d’épicerie et de pharmacie, les travailleurs de la restauration, les travailleurs du transport, de l’entreposage et de la distribution, y compris le transport en commun, et les chauffeurs de camion travaillant dans les services essentiels, entre autres
    Les personnes atteintes de problèmes de santé «à risque», notamment la démence, le diabète, le cancer et les maladies auto-immunes.
  • Semaine du 17 mai: Personnes de plus de 30 ans
  • Semaine du 24 mai: Tous les adultes de plus de 18 ans

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Cliquez ici pour plus d’informations sur les conditions de santé à risque et les groupes 1 et 2 des travailleurs essentiels.

Au cours des deux premières semaines de mai, la proportion de vaccins allouée aux points chauds sera portée à 50%, ont déclaré des responsables.

Telle était la recommandation de la Table de consultation scientifique sur le COVID-19 de l’Ontario, qui a déclaré que l’augmentation de la quantité de vaccin dans les 74 quartiers que la province considère comme des points chauds entraînerait 1700 hospitalisations de moins et au moins 500 décès de moins en raison du COVID-19.

La province a été sous pression pour diriger davantage de vaccins vers les zones sensibles où le virus a ravagé les lieux de travail tels que les usines et les entrepôts.

Actuellement, la province attribue 25 pour cent des vaccins aux points chauds. Le gouvernement est également critiqué depuis des semaines pour son choix de certains quartiers sensibles sur cette liste, y compris une zone de code postal à Kanata.

La province n’a pas l’intention de modifier le délai de quatre mois entre la première et la deuxième dose du vaccin, a déclaré Elliott. Cependant, l’approvisionnement accru en vaccins peut permettre de «raccourcir quelque peu le temps», a-t-elle déclaré.

Les responsables provinciaux disent qu’ils étudient également l’ajout d’adolescents âgés de 16 et 17 ans à la file d’attente des vaccins en Ontario. Le vaccin Pfizer est approuvé pour ce groupe d’âge. La société qui fabrique Pfizer a demandé à Santé Canada l’autorisation d’utiliser le vaccin sur des adolescents de 12 à 15 ans, ont déclaré des responsables provinciaux lors d’une séance d’information technique jeudi.

L’Ontario a signalé jeudi 3 871 personnes de plus avec des cas confirmés en laboratoire de COVID-19 et 41 décès supplémentaires.

Il s’agit du nombre le plus élevé de décès depuis le 14 février, lorsque 42 personnes sont décédées, et a porté le nombre total de décès à 8 029 depuis le début de la pandémie.

La plupart des nouveaux cas se trouvaient dans les régions sensibles de Toronto (1 172 cas); Peel (901); Région de York (392); et Durham (292).

Il y a eu 147 nouveaux cas à Ottawa, selon Santé publique Ontario. Ce nombre diffère généralement légèrement des statistiques publiées par Santé publique Ottawa l’après-midi, car les données sont recueillies à des moments différents.

L’Est de l’Ontario a signalé 16 nouveaux cas, Leeds-Grenville et Lanark en ont signalé 10 et Renfrew en a signalé 12.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a annoncé sur Twitter que la province avait administré 5 027 770 doses de vaccin COVID-19 mercredi à 20 heures. La province affirme que 365 166 personnes ont été complètement vaccinées.

Elle a déclaré jeudi à l’Assemblée législative que la province était sur la bonne voie pour dépasser son objectif de vacciner 40 pour cent des adultes de l’Ontario d’ici la fin avril.

La province a fait l’objet de pressions de la part de divers groupes cherchant à gagner leur place dans la file d’attente des vaccins, des enseignants aux chauffeurs de bus. À partir de jeudi, les travailleurs des garderies agréées peuvent s’inscrire pour un tir.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

La stratégie provinciale a été principalement basée sur la vaccination des personnes les plus à risque de maladie grave ou de décès, ce qui signifie donner la priorité aux vaccins en fonction de l’âge, avec quelques ajustements pour les groupes à haut risque.

Selon le rapport quotidien de mercredi, plus de 116 000 doses avaient été administrées dans la province au cours des dernières 24 heures.

Le déploiement du vaccin dans la province a également été critiqué comme déroutant et inefficace.

Les vaccins sont délivrés à travers un mélange de sites de vaccination de masse gérés par la municipalité, des cliniques «éphémères» qui ont vu des gens attendre des heures et parfois se faire refuser, des pharmacies et des cabinets médicaux. Il existe un système de rendez-vous en ligne géré par la province, mais les pharmacies et cliniques individuelles font leurs propres réservations, certaines personnes passant des heures à essayer de trouver et de prendre rendez-vous.

«Tout cela est un gâchis», a déclaré jeudi le député néo-démocrate de Londres, Terence Kernaghan, à l’Assemblée législative. Il a qualifié le déploiement de la vaccination d’incohérent, de déroutant et de cliché, affirmant que les gens se sont tournés vers les médias sociaux pour obtenir des conseils sur la recherche d’un rendez-vous.

Le premier ministre Doug Ford reste isolé après une éventuelle exposition au virus.

Dernières nouvelles sur le COVID-19 d’Ottawa

Santé publique Ottawa a signalé 118 nouveaux cas confirmés de COVID-19 et aucun nouveau décès jeudi.

Le nombre total de cas depuis le début de la pandémie est de 23 982, tandis que le nombre de morts reste de 503.

Il y a 121 Ottawans à l’hôpital, dont 35 en soins intensifs.

La moyenne mobile sur sept jours des cas pour 100 000 habitants est de 131, tandis que le nombre de reproduction, ou R
https://smartcdn.prod.postmedia.digital/ottawacitizen//srv/htdocs/wp-content/uploads/2020/10/133608.jpg?h=192&strip=all&quality=80 2x,
https://smartcdn.prod.postmedia.digital/ottawacitizen//srv/htdocs/wp-content/uploads/2020/10/133608.jpg?h=288&strip=all&quality=80 3x” width=”96″/>

Les parents ne devraient pas hésiter à amener leurs enfants aux urgences du CHEO, selon un médecin

  • Une salle de classe de sixième année attend les élèves de la Hunter's Glen Junior Public School, qui fait partie du Toronto District School Board (TDSB).

    Les enfants de l’Ontario retourneront-ils à l’école en personne cette année? Personne ne sait.

  • commentaires

    Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et à encourager tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour la modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suit les commentaires. Consultez notre règlement de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la manière d’ajuster vos paramètres de messagerie.

    You may also like

    Leave a Comment

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.