Enquête sur le TLR : le commissaire rejette les demandes de confidentialité des documents

Au cours de l’enquête de la commission du TLR, le juge William Hourigan, commissaire, a examiné les demandes demandant de faire des preuves secrètes.

Contenu de l’article

Le juge qui supervise l’enquête sur le TLR ne permet pas que les revendications de confidentialité empêchent la commission d’en apprendre le plus possible sur les problèmes de la Ligne de la Confédération.

Publicité 2

Contenu de l’article

L’audience d’enquête entre dans sa dernière semaine lundi avec huit témoins devant témoigner sur quatre jours.

La semaine s’ouvre avec le témoignage du directeur municipal Steve Kanellakos le matin, mais le dernier mot jeudi reviendra aux dirigeants du Rideau Transit Group.

Au cours de l’enquête de la commission du TLR, le juge William Hourigan, commissaire, a examiné les demandes demandant de faire des preuves secrètes.

La ville d’Ottawa a été l’une des parties qui ont tenté de retenir des piles de documents de l’enquête, mais Hourigan n’a pas eu une oreille attentive à l’appel de la ville au secret.

“Essentiellement, la demande de la Ville est une série de revendications générales visant à supprimer des documents, totalement non étayées par une base factuelle ou juridique convaincante pour le faire”, a écrit Hourigan dans sa décision du 10 juin.

Publicité 3

Contenu de l’article

La ville a fait valoir qu’environ 1 600 documents, ou des parties de ceux-ci, ne devraient pas voir le jour car ils contenaient des informations sensibles liées à l’approvisionnement, aux analyses de risques, aux décisions du certificateur indépendant et aux conclusions de Transportation Research Associates, qui est le Philadelphia- entreprise basée a été embauchée pour examiner la remise en service du système de TLR après le deuxième déraillement l’an dernier.

Lire aussi  Voici pourquoi vous devriez introduire du collagène dans votre routine de soins de la peau
Le juge William Hourigan, commissaire, dirige l'enquête publique sur le train léger sur rail d'Ottawa.
Le juge William Hourigan, commissaire, dirige l’enquête publique sur le train léger sur rail d’Ottawa. Photo par ERROL MCGIHON /Postmédia

La plupart des préoccupations de la ville concernaient la divulgation d’informations commerciales sensibles.

La ville voulait également que les informations sur le budget d’investissement de l’étape 2 et toutes les feuilles de conditions, qui sont des accords commerciaux, soient expurgées. Sur ce point, Hourigan était ouvert à entendre d’autres arguments. (En vertu du mandat de la commission, l’étape 2 ne fait pas partie de l’enquête.)

Publicité 4

Contenu de l’article

Ce n’était pas la seule demande de la ville pour que des preuves soient cachées au public.

La ville s’est inquiétée de la diffusion publique de certains messages du groupe WhatsApp et a fait valoir que le secret professionnel de l’avocat et le privilège relatif au litige devraient garder les messages secrets.

La commission a pris connaissance des conversations WhatsApp impliquant des responsables municipaux après que le consultant municipal STV a produit les messages instantanés dans le cadre du processus de divulgation des preuves.

Cette fois, l’arbitre Frank Marracco a été chargé de statuer sur la demande de la ville.

Dans une décision rendue le 21 juin, Marracco a autorisé la ville à effacer les numéros de téléphone et les informations personnelles des chats, mais l’arbitre n’a pas acheté la demande de privilège de la ville. La plupart du contenu des messages a été publié.

Publicité 5

Contenu de l’article

La ville n’était pas la seule organisation à espérer garder les preuves secrètes pendant l’enquête.

Infrastructure Ontario (IO), un organisme d’État provincial, a demandé la confidentialité d’environ 2 300 documents d’approvisionnement et d’avis au gouvernement, ce qui aurait empêché leur diffusion aux participants à l’enquête et au public. L’agence a proposé de ne laisser que les avocats des participants voir le matériel.

Le commissaire a rejeté la demande d’IO avec enthousiasme, soulignant qu’une telle ordonnance de confidentialité irait à l’encontre de ce que l’enquête était invitée à faire.

« La Commission a pour mandat d’obtenir des réponses pour la population de l’Ontario concernant ce qui s’est passé sur le projet (étape 1) et comment nous pouvons empêcher que les problèmes ne se reproduisent », a écrit Hourigan dans sa décision.

Publicité 6

Contenu de l’article

“Tous les participants doivent s’engager à obtenir ces réponses, et il doit être évident pour eux que des solutions ne seront pas découvertes si des milliers de documents pertinents sont supprimés.”

Le Groupe de transport Rideau a également fait une demande de confidentialité concernant des documents pour un arbitrage entre sa branche construction, Ottawa Light Rail Transit Constructors, et le constructeur de trains Alstom. Les entreprises voulaient que leurs informations financières sensibles soient protégées contre toute divulgation.

Hourigan a autorisé les entreprises à apporter des « expurgations raisonnables » aux documents.

Au cours de l’audience d’enquête, Hourigan a montré qu’il n’avait pas le temps pour les témoins d’éviter les questions ou de spéculer sur la confidentialité des preuves.

Un moment notable a été lorsque le consultant financier de la ville, Remo Bucci de Deloitte, a déclaré qu’il devait faire attention à ses preuves en raison de la «confidentialité».

Hourigan interrompit l’interrogatoire.

“Nous sommes ici pour une enquête publique”, a déclaré Hourigan. « Nous ne nous cachons pas derrière la confidentialité. Nous ne répondons pas aux questions sous prétexte que cela pourrait être confidentiel. S’il y a un problème avec quelque chose que vous dites, quelqu’un nous le fera savoir, mais pour le moment, vous devriez vous sentir libre de répondre pleinement aux questions.

Lire aussi  Gagnez une expérience de vol | Série de temps

D’un autre côté, il y a eu des moments où Hourigan ou des avocats ont empêché un témoin de parler si la preuve violait le secret professionnel de l’avocat ou entraînait des litiges en cours.

[email protected]

twitter.com/JonathanWilling

Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick