Environ 11% des patients COVID admis retournent à l’hôpital ou meurent dans les 30 jours: étude

Une nouvelle étude offre un examen plus approfondi des facteurs possibles qui peuvent conduire à la réadmission de certains patients COVID-19 hospitalisés dans le mois suivant leur sortie.

À environ 9 %, les chercheurs affirment que le taux de réadmission est similaire à celui observé pour d’autres affections, mais les facteurs socio-économiques et le sexe semblent jouer un rôle plus important dans la prédiction des patients les plus susceptibles de souffrir d’un ralentissement lorsqu’ils sont renvoyés chez eux.

Une recherche publiée lundi dans le Canadian Medical Association Journal a examiné 46 412 adultes hospitalisés pour COVID-19 en Alberta et en Ontario pendant la première partie de la pandémie. Environ 18% – 8 496 patients – sont décédés à l’hôpital entre janvier 2020 et octobre 2021, ce qui était supérieur à la norme pour les autres infections des voies respiratoires.

Parmi les personnes renvoyées chez elles, environ 9 % sont retournées à l’hôpital dans les 30 jours suivant leur départ, tandis que 2 % sont décédées.

Le taux combiné de réadmission ou de décès était similaire dans chaque province, à 9,9 % ou 783 patients en Alberta et à 10,6 % ou 2 390 patients en Ontario.

Pour ceux qui se demandent si les patients sont sortis trop tôt, le rapport a révélé que la plupart ont passé moins d’un mois à l’hôpital et que les patients qui sont restés plus longtemps ont en fait été réadmis à un taux légèrement plus élevé.

« Au départ, nous nous sommes demandé : ‘Est-ce que les gens ont été renvoyés chez eux trop tôt ?’ … et il n’y avait aucune association entre la durée du séjour à l’hôpital et les taux de réadmission, ce qui est rassurant », a déclaré le co-auteur, le Dr Finlay McAlister, professeur de médecine interne générale à l’Université de l’Alberta, depuis Edmonton.

Lire aussi  Le nombre de morts du COVID aux États-Unis atteint 800 000, un an après le début de la campagne de vaccination

« Il semblait donc que les cliniciens identifiaient les bons patients à renvoyer chez eux. »

Le rapport a révélé que les patients réadmis étaient généralement des hommes, plus âgés et avaient de multiples comorbidités et des visites et admissions antérieures à l’hôpital. Ils étaient également plus susceptibles d’être renvoyés avec des soins à domicile ou dans un établissement de soins de longue durée.

McAlister a également constaté que le statut socio-économique était un facteur, notant que les hôpitaux utilisent traditionnellement un système de notation appelé LACE pour prédire les résultats en examinant la durée du séjour, l’âge, les comorbidités et les visites passées aux urgences, mais « ce n’était pas un aussi bon prédicteur pour les patients post-COVID.

« Y compris des choses comme le statut socio-économique, le sexe masculin et le lieu où ils étaient réellement déchargés ont également de grandes influences. Cela revient à tout le message que nous voyons encore et encore avec COVID : que la privation socio-économique semble être encore plus importante pour COVID que pour d’autres conditions médicales. »

McAlister a déclaré que le fait de savoir que cela pourrait aider les coordonnateurs de transition et les médecins de famille à décider quels patients ont besoin d’une aide supplémentaire lorsqu’ils quittent l’hôpital.

À lui seul, LACE n’avait qu’une capacité modeste à prédire la réadmission ou le décès, mais l’ajout de variables telles que le quartier et le sexe du patient a amélioré la précision de 12%, ajoute le co-auteur de soutien, le Dr Amol Verma, médecin en médecine interne à l’hôpital St. Michael. à Toronto.

Lire aussi  La politique australienne en direct: Victoria enregistre 1 749 cas de Covid, NSW 273; Scott Morrison en pourparlers de dernière minute avec les Nationals sur le net zéro | Nouvelles de l'Australie

L’étude n’a pas déterminé dans quelle mesure le statut socio-économique lui-même était un facteur, mais a examiné les codes postaux associés à des indicateurs dits de « privation », comme un niveau d’éducation et un revenu inférieurs chez les résidents.

La réadmission était à peu près la même quel que soit le quartier, mais les patients des codes postaux qui ont obtenu un score élevé sur l’indice de défavorisation étaient plus susceptibles d’être admis pour COVID-19 pour commencer, note Verma.

Verma ajoute que le recours aux codes postaux présente des limites pour évaluer le statut socio-économique, car les codes postaux urbains peuvent avoir une grande variation démographique. Il note également que l’étude n’incluait pas les patients sans code postal.

McAlister a déclaré qu’environ la moitié des patients sont revenus en raison de difficultés respiratoires, qui est le diagnostic le plus courant pour les réadmissions de tout type.

Il soupçonnait que bon nombre de ces problèmes auraient été difficiles à prévenir, suggérant « qu’il pourrait simplement s’agir de la progression de la maladie sous-jacente ».

Il est clair, cependant, que de nombreuses personnes qui semblent survivre au COVID ne sont pas en mesure de mettre complètement la maladie derrière elles, a-t-il ajouté.

« L’examen des réadmissions n’est que la pointe de l’iceberg. Il existe des données de l’Organisation mondiale de la santé selon lesquelles peut-être la moitié ou les deux tiers des personnes qui ont eu un COVID suffisamment grave pour être hospitalisées se retrouvent avec des problèmes pulmonaires ou cardiaques par la suite, si vous effectuez des tests suffisamment détaillés », a-t-il déclaré.

Lire aussi  Le Royaume-Uni enquête sur un pic déroutant de maladies du foie chez les enfants

« Si vous donnez aux patients des scores de qualité de vie et des questionnaires sur les symptômes, ils signalent beaucoup plus de niveaux d’invalidité que ce que nous relevons dans les analyses des hospitalisations ou des visites aux urgences. »

La période de recherche est antérieure à la poussée d’Omicron qui est apparue fin 2021, mais McAlister a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de soupçonner une grande différence entre les patients d’aujourd’hui.

Il a déclaré que bien que les résultats d’Omicron se soient avérés moins graves que la variante Delta, ils sont comparables au type sauvage du nouveau coronavirus qui a déclenché la pandémie.

« Si vous n’êtes pas vacciné et que vous attrapez Omicron, ce n’est toujours pas une promenade dans le parc », a-t-il déclaré.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 16 mai 2022.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick