Home » Forte baisse mais la France enregistre toujours plus de 1 000 foyers en 2020

Forte baisse mais la France enregistre toujours plus de 1 000 foyers en 2020

by Les Actualites

Le nombre d’épidémies a diminué de plus de 40% en France en 2020, en grande partie à cause des mesures COVID-19, selon de nouveaux chiffres de l’Agence française de santé publique.

Au total, 1 010 foyers ont été déclarés en 2020 touchant 6 814 personnes. Parmi eux, 396 sont allés à l’hôpital et neuf sont décédés. Les autorités compilent les chiffres des épidémies pour 2021.

En 2020, les épidémies ont diminué de 43% par rapport à 1 783 en 2019 lorsque 15 641 personnes étaient tombées malades, selon Santé publique France.

La baisse des foyers est plus importante pour ceux liés aux établissements commerciaux et de restauration mais peut être observée, dans une moindre mesure, pour les foyers domestiques. La baisse est plus marquée en période de confinement en raison de la pandémie mais peut également être constatée en dehors de ces périodes où des mesures de distanciation sociale, de télétravail et de fermeture des restaurants étaient en place.

Épidémies confirmées et suspectées
Dans 276 foyers en 2020, un agent pathogène a pu être confirmé microbiologiquement dans les aliments ou chez au moins une personne malade. L’agent le plus fréquemment confirmé était Salmonella dans 120 épidémies qui étaient responsables de 519 patients et 135 hospitalisations. Alors que la plupart du temps le type n’était pas connu, Salmonella Enteritidis était à l’origine d’un tiers de ces épidémies.

Campylobacter était lié à 63 épidémies confirmées, 37 provenaient de Bacillus cereus, 17 de Clostridium perfringens et 13 de Staphylococcus aureus.

E. coli producteur de shigatoxines (STEC), Yersinia enterocolitica, Clostridium botulinum, Shigella, Listeria monocytogenes, Trichinella pseudospiralis et Cryptosporidium ont chacun causé quelques épidémies.

Un agent pathogène a été suspecté sans confirmation microbiologique pour 555 foyers. Les principaux agents présumés, sur la base des informations épidémiologiques et cliniques, étaient les toxines Staphylococcus aureus, Clostridium perfringens et Bacillus cereus, représentant près des trois quarts de ces épidémies. Pour ces trois agents pathogènes, 2 612 patients et 98 hospitalisations ont été enregistrés.

D’autres incidents suspectés ont été causés par l’histamine, la Ciguatera, le Vibrio parahaemolyticus, le Yersinia enterocolitica et l’Anisakis. Pour 179 foyers impliquant 1 304 patients et 48 hospitalisations, aucun agent n’a été confirmé ou suspecté.

Sources de nourriture
Neuf décès liés à une épidémie ont été signalés en 2020. L’un était dû à la consommation d’un type de plante vénéneuse. Trois personnes sont décédées dans deux épidémies confirmées de Salmonella Enteritidis et deux décès étaient liés à des épidémies distinctes de Bacillus cereus. Une personne est décédée dans une épidémie présumée de Bacillus cereus. Il y a également eu un décès dans des épidémies suspectées de Staphylococcus aureus et de norovirus.

Chaque année, il y a un pic hivernal d’épidémies causées par des virus entériques, principalement des norovirus. La principale source d’infection est généralement la consommation de coquillages, en particulier les huîtres. En 2019, 134 foyers signalés en décembre étaient liés à la consommation d’huîtres. Trente foyers étaient liés à la consommation d’huîtres en janvier 2020. Le norovirus a été identifié dans des échantillons de selles de patients, dans des échantillons d’huîtres et dans des zones de récolte.

Pour 43 pour cent des épidémies pour lesquelles un agent pathogène a été confirmé ou suspecté, les aliments impliqués étaient multiples, composés de divers ingrédients ou étaient des aliments prêts à l’emploi tels que des salades. La consommation d’œufs et de produits à base d’œufs était soupçonnée d’être à l’origine de 11 pour cent des épidémies, suivie de la volaille, de la viande, du poisson, des crustacés et des produits laitiers.

Des non-conformités relatives aux produits, matériels, méthodes de stockage ou de préparation ont été identifiées pour 362 foyers. Les mesures correctives comprenaient le nettoyage et la désinfection de l’établissement et la formation du personnel tandis que quelques sites commerciaux ont été condamnés à fermer.

Autres résultats de surveillance et de contrôle
Parallèlement, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) a publié les résultats de 16 plans de surveillance de la chaîne alimentaire en 2020 à la recherche de substances et résidus chimiques ainsi que de contaminants physiques et biologiques.

La majorité des 58 000 échantillons concernaient la production primaire, et principalement le secteur de l’élevage de viande, suivi du secteur de la volaille et de quelques produits de la pêche.

La plupart des échantillons étaient conformes aux limites de la réglementation européenne, mais pour la production primaire animale, des non-conformités ont été constatées pour les métaux traces dans les produits du gibier. Les problèmes de production végétale impliquaient le dépassement des niveaux maximaux autorisés ou la présence de substances non autorisées.

Enfin, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la lutte contre les fraudes (DGCCRF) a dévoilé les résultats des contrôles des produits consommés pendant les fêtes de fin d’année entrepris en 2019 et 2020.

En 2019, les enquêteurs ont découvert que l’origine des fruits de mer n’était pas toujours claire et que les bonbons de fête manquaient d’un étiquetage correct des allergènes et contenaient des colorants illégaux.

Un retrait et une destruction des produits ont été ordonnés après constat de dépassement des dates de péremption. Une boucherie a été fermée et 240 kilogrammes de viande détruits en raison de problèmes de traçabilité. Les contrôles sur les produits de charcuterie ont également révélé des articles dont la date de péremption était dépassée. Au total, 266 kilogrammes de poisson et de viande congelés ont été saisis qui présentaient des signes de décongélation et de recongélation.

Les contrôles en 2020 pour les produits alimentaires, qui se concentraient davantage sur l’Internet, ont révélé des problèmes similaires ainsi qu’une ferme conchylicole condamnée à une amende pour manque de traçabilité. En raison de la fréquence et de la nature des violations, l’agence a reconduit cette opération de contrôle dans les dernières semaines de 2021.

(Pour vous inscrire gratuitement à -, Cliquez ici.)

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.