Johnson: La misogynie est intégrée à notre culture et à notre système judiciaire

Tous les laissez-passer donnés aux violeurs, aux agresseurs et aux harceleurs, tous les obstacles à la sécurité jetés sur le chemin des femmes – ils ne se produisent pas par hasard, mais par dessein.

Contenu de l’article

J’entre dans l’enquête du coroner du comté de Renfrew sur le massacre et fond en larmes. Une intervenante des services aux victimes qui avait soutenu Nathalie Warmerdam et Anastasia Kuzyk me tend un mouchoir. “Tout le monde se sent comme ça en venant ici”, dit-elle. L’enquête est en cours sur leurs meurtres et celui de Carol Culleton, tous commis par le même homme le même jour en 2015.

Publicité 2

Contenu de l’article

Germaine Greer décrit les larmes des femmes comme « les fluides les moins chers du monde ». Le chagrin est une émotion permise aux femmes. La colère dont nous avons besoin pour faire demi-tour ne l’est pas.

Cela fait 36 ​​ans que j’ai commencé à travailler avec des femmes maltraitées. J’ai perdu le compte des femmes et des enfants assassinés dans ma seule région. À Ottawa, à la suite d’une série de féminicides au début des années 1990, nous avons érigé un monument à nos sœurs assassinées. Bientôt, nous n’avions plus de place pour les noms.

Toutes les femmes ont été tuées de manière horrible. Tous avaient commis le même crime. Ils avaient dit « non » à un homme. Non au sexe. Non aux paillassons et aux sacs de boxe. Non à être contrôlé, à vivre dans la peur, à voir ses enfants blessés. Non à garder le silence. Au fond, la violence conjugale est la rage de certains hommes face au « non » des femmes.

Publicité 3

Contenu de l’article

Au cours de la récente enquête de trois semaines, trois autres Ontariennes ont été assassinées par leur partenaire : Kinga Kriston, 55 ans, de Collingwood; Vanessa Virgioni, 29 ans, de Brampton; et Henrietta Viski, 37 ans, de Scarborough. Toutes étaient mères. Viski a été aspergée d’essence et incendiée par son ex-mari. Le dernier jour de l’enquête, nous avons appris qu’un jeune homme d’Ottawa avait poignardé une mère et ses deux filles après qu’une des filles lui ait dit « non ». Anne-Marie Ready, 50 ans, et Jasmine Ready, 15 ans, sont mortes dans cette attaque.

Lire aussi  Dupilumab Safe, efficace chez les enfants souffrant d'asthme modéré à sévère

C’était comme si les dieux du patriarcat se moquaient de nous. « Faites vos petites enquêtes, mesdames. Rien ne va changer.

***

Lors de l’enquête, j’ai entendu des témoignages puissants de travailleurs de première ligne – les femmes qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour limiter les dégâts, non seulement des Basil Borutski de ce monde, mais du système judiciaire lui-même. Pour emprunter à Hannah Arendt, le problème avec Borutski, qui a tué Culleton, Kuzyk et Warmerdam, c’est qu’il y en a tellement comme lui, et beaucoup ne sont pas malades, mais terriblement normaux. Les actions de Borutski étaient extrêmes, mais son état d’esprit ne l’est pas ; ses justifications ne sont pas différentes des nombreuses qui font de cette Terre un enfer vivant pour les femmes.

Publicité 4

Contenu de l’article

Les défaillances du système dans ce cas étaient également terriblement normales. Il ne s’agit pas exclusivement d’un problème du comté de Renfrew, ni d’un problème ontarien, ni canadien. Partout, des femmes sont livrées à des hommes violents sur un plateau d’argent. Nous ouvrons la voie à ces atrocités par des attitudes, des politiques et des pratiques qui privilégient systématiquement les droits des hommes violents par rapport aux droits des femmes à vivre et à élever leurs enfants dans la paix et la sécurité. Les agresseurs sont activement habilités par la police, les tribunaux et les agences de protection de l’enfance. Leurs partenaires désemparés s’opposent activement à ces mêmes systèmes. Aucune femme sur la planète ne peut se tourner vers son système judiciaire avec la certitude qu’elle et ses enfants seront protégés.

De gauche à droite : Nathalie Warmerdam, Carol Culleton et Anastasia Kuzyk.
De gauche à droite : Nathalie Warmerdam, Carol Culleton et Anastasia Kuzyk. Photo par Photos du document

Les mythes de femmes vindicatives et hystériques sévissent dans toute la société, mais entre les mains des travailleurs de l’aide à l’enfance, des juges, des avocats, etc., ces mythes sont des grenades qui détruisent la vie des femmes. Les femmes se retrouvent placées sur la défensive, leurs motivations pour signaler des abus suspectes, leurs préoccupations banalisées et rejetées. Les mères sont obligées de confier leurs enfants à des ex-partenaires dangereux. Les agresseurs sont rarement inculpés, insuffisamment sanctionnés et mal maîtrisés. Les ordonnances de protection ne valent pas le papier sur lequel elles sont écrites.

Publicité 5

Contenu de l’article

Nous abandonnons les femmes à la chance de traiter avec des hommes violents, nous contentant d’offrir des «soutiens» pour les aider à «faire face». Il existe maintenant des cours pour aider les femmes à « faire face » à l’étranglement. L’étouffement est devenu une méthode si courante pour maîtriser les femmes que des cours sur la prévention de l’étranglement sont dispensés aux femmes du monde entier. La compression du cou peut laisser des dommages physiques et psychologiques durables et est un puissant prédicteur de fémicide.

Lire aussi  EXPLICATEUR : Ce que nous savons et ne savons pas sur la variante omicron

Sans protection en tant que victimes, les femmes qui recourent à la force pour mettre fin à la menace sont brutalement poursuivies, leurs actes de légitime défense ne pouvant être distingués par les tribunaux de la violence utilisée pour les assujettir.

Lorsque des femmes et des enfants sont assassinés, aucune faute n’est admise par aucune partie, aucun lien n’est établi, aucune leçon n’est apprise. Au contraire, ce sont les actions de la femme décédée qui font l’objet d’un examen minutieux et de censure.

Publicité 6

Contenu de l’article

***

Après des décennies à observer ces dynamiques se dérouler au cas par cas, je ne vois plus le système comme brisé, mais fonctionnant exactement comme prévu pour maintenir le contrôle des femmes. Nous vivons dans un patriarcat, un système de gouvernement dans lequel les hommes détiennent le pouvoir et les femmes en sont largement exclues. “Le système juridique est conçu pour protéger les hommes du pouvoir supérieur de l’État mais pas pour protéger les femmes ou les enfants du pouvoir supérieur des hommes”, a écrit Judith Hermann.

Le Monument des femmes d'Ottawa, honorant la vie des femmes et des filles de la région assassinées par des hommes, est situé dans le parc Minto.
Le Monument des femmes d’Ottawa, honorant la vie des femmes et des filles de la région assassinées par des hommes, est situé dans le parc Minto. Photo par ERROL MCGIHON /ERROL MCGIHON

Une fois cela compris, la folie du système judiciaire prend tout son sens. Tous les laissez-passer donnés aux violeurs, aux agresseurs et aux harceleurs, tous les obstacles à la sécurité jetés sur le chemin des femmes ont un sens. Ils ne se produisent pas par hasard, mais à dessein ; structuré en un régime de pouvoir si omniprésent qu’il est invisible. Comme des rats dans un labyrinthe, les femmes vont et viennent à la recherche d’une issue qui n’existe pas. La vérité est qu’ils ne sont pas destinés à sortir. Les femmes ne sont pas censées être libres.

Publicité 7

Contenu de l’article

La violence à l’égard des femmes est essentielle pour que les hommes maintiennent leur souveraineté. Les meurtres de femmes ne sont pas des accidents. Ils sont autorisés, pour garder toutes les femmes en ligne.

Lire aussi  Miss Manners : les invités n'ont pas offert de cadeaux après le mariage à destination de leur fils

***

L’enquête sur le massacre du comté de Renfrew changera-t-elle quelque chose de significatif pour les femmes ? Combien j’ai envie de dire oui. Espérons que certains des échecs les plus flagrants identifiés seront résolus et que quelques femmes de plus pourront éventuellement dormir quelques nuits de plus pendant que leurs agresseurs sont maîtrisés. Mais boucher les trous et les petites corrections ne suffira pas.

Simone de Beauvoir a dit que certaines choses données aux femmes ne valent pas mieux que rien parce qu’elles atténuent la rébellion des femmes. « En fait, c’est une façon de soumettre les femmes en leur faisant croire que des choses sont en train de se faire. Ce n’est pas seulement une façon de coopter la révolte des femmes mais de la contrer, de la réprimer, de prétendre qu’elle n’a pas besoin d’exister.

Les abris, les alarmes, les plans de sécurité, les peines de détention plus longues, les enquêtes des coroners représentent tous des réponses essentielles à la violence entre partenaires intimes. Mais jusqu’à ce que nous commencions à nous attaquer à la misogynie à l’intérieur de nos hommes et de nos institutions, ils resteront des os jetés aux femmes pour nous faire croire qu’on s’occupe de nous alors que nous continuons à souffrir et à mourir.

Donna F.Johnson a travaillé à Lanark County Interval House de 1986 à 2002 et reste actif dans la lutte pour mettre fin à la violence des hommes contre les femmes.

Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick