Home » La Police provinciale de l’Ontario assurera la police des passages à niveau interprovinciaux; les forces municipales disent qu’elles ne feront pas d’arrêts aléatoires

La Police provinciale de l’Ontario assurera la police des passages à niveau interprovinciaux; les forces municipales disent qu’elles ne feront pas d’arrêts aléatoires

by Les Actualites

Contenu de l’article

La Police provinciale de l’Ontario a annoncé qu’elle arrêterait les voitures sur les autoroutes 401 et 417 où elles traversent le Québec dans le cadre de son nouveau mandat de restreindre les déplacements interprovinciaux.

Mais de nombreux services municipaux de la province, y compris le Service de police d’Ottawa, disent qu’ils ne feront pas de contrôles aléatoires dans les rues de la ville des piétons et des automobilistes.

Vendredi, la province a donné à la police le pouvoir d’arrêter les piétons et les automobilistes et d’exiger une adresse et une explication des raisons pour lesquelles ils ont quitté la maison.

Une source gouvernementale a déclaré à La Presse canadienne qu’une clarification, actuellement envisagée par le gouvernement provincial, insisterait sur le fait que les mesures d’application étaient conçues pour cibler les rassemblements sociaux illégaux, et non les individus.

Un porte-parole de la Police provinciale de l’Ontario a déclaré samedi que le service de police arrêterait les conducteurs sur l’artère principale entre Ottawa et Montréal, l’autoroute 417, dans le cadre des nouveaux efforts d’application de la loi en vertu de l’ordonnance de maintien au domicile de la province.

Contenu de l’article

«La Police provinciale de l’Ontario sera présente et arrêtera les véhicules à tous les passages à niveau dans notre juridiction, y compris les autoroutes 401 et 417», a déclaré Bill Dickson, directeur adjoint des relations avec les médias de la Police provinciale de l’Ontario.

En vertu de la nouvelle ordonnance de maintien à la maison du gouvernement, a déclaré Dickson, la police a le pouvoir de demander aux particuliers et aux automobilistes pourquoi ils quittent leur domicile.

«Ceux qui ne voyagent pas pour des raisons essentielles se verront refuser l’entrée», a-t-il déclaré.

Des exceptions seront faites pour le travail, les soins médicaux, le transport de marchandises et l’exercice des droits issus de traités par les peuples autochtones.

Le gouvernement du premier ministre Doug Ford a annoncé vendredi qu’il souhaitait que tous les voyages interprovinciaux inutiles cessent dans le cadre de sa tentative désespérée – et très critiquée – de réduire la propagation du COVID-19.

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a également annoncé vendredi que les voyageurs de l’Ontario seraient empêchés d’entrer au Québec à partir de lundi. «La propagation des variantes doit être limitée. C’est une question de sécurité », a-t-elle déclaré.

On ne sait pas encore comment les deux provinces travailleront ensemble pour assurer la police aux passages à niveau interprovinciaux.

Le Service de police d’Ottawa sera responsable de limiter les déplacements sur les ponts reliant Ottawa à Gatineau. Ces cinq ponts ont fait l’objet de plus de 180 000 voyages par jour avant la pandémie, même si l’un d’entre eux – le pont Alexandra – a récemment été fermé en raison de travaux de construction.

Contenu de l’article

Dans un communiqué de presse, la police d’Ottawa a déclaré qu’un plan opérationnel visant à restreindre les déplacements sur les ponts serait publié dimanche soir.

Dans le cadre de son ordre de rester à la maison, le gouvernement de l’Ontario a donné à la police le pouvoir d’arrêter des gens au hasard et de vérifier leur adresse et les raisons pour lesquelles ils ont quitté la maison.

Mais une foule de corps policiers, y compris le Service de police d’Ottawa, ont déclaré qu’ils ne feraient pas d’arrêts aléatoires de piétons ou d’automobilistes. Les chefs de police de Toronto, Peel, Halton, London, Waterloo, Guelph, Kingston et Niagara ont adopté la même position.

«Nous ne voulons pas que ces pouvoirs aient un impact sur la confiance du public», a déclaré le chef de la police d’Ottawa, Peter Sloly. «La FPO continuera d’utiliser une combinaison d’éducation, d’engagement et d’application.»

L’Association canadienne des libertés civiles avait condamné les nouveaux pouvoirs arbitraires conférés à la police ontarienne, qualifiant l’annonce de Ford de «vendredi noir de la barre oblique à droite». Il a déclaré que l’initiative présumait que toute personne en dehors de son domicile était coupable et risquait d’aggraver le problème du profilage racial.

En vertu de l’ordonnance de maintien à la maison du gouvernement, les personnes qui ne se conforment pas à ses restrictions peuvent se voir infliger une amende de 750 $ ou plus, tandis que ceux qui organisent des fêtes ou des rassemblements qui enfreignent les nouvelles règles s’exposent à des amendes allant jusqu’à 10 000 $.

Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, a exhorté Ford à reconsidérer les pouvoirs d’application de la loi élargis. «Donner à la police le droit d’arrêter et d’interroger les citoyens s’apparente à la loi martiale», a déclaré Thomas. “S’il est mal appliqué ou perçu comme étant utilisé pour cibler, il restera dans l’histoire comme un carding sur les stéroïdes.”

Dans une entrevue vendredi soir, Sloly a déclaré que le Service de police d’Ottawa avait l’intention d’appliquer les nouveaux règlements «de la manière la plus éthique, légale et efficace possible.

«Nous le ferons dans le cadre plus large de la santé publique, par opposition à un point de vue purement fondé sur l’application», a-t-il déclaré.

Sloly a déclaré que le maintien de la confiance du public était essentiel, en particulier dans une crise de sécurité publique.

«Sans le consentement et la coopération réels du public, cela ne fonctionnera pas», a-t-il averti.

-Avec des fichiers de la Presse canadienne

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.