Home » La politique canadienne de dépistage du cancer du sein basée sur une étude erronée : des chercheurs

La politique canadienne de dépistage du cancer du sein basée sur une étude erronée : des chercheurs

by Les Actualites

Les chercheurs affirment qu’une étude canadienne vieille de plusieurs décennies qui a influencé la politique de dépistage du cancer du sein contenait des défauts importants dans son approche, entraînant un «impact substantiel» sur les résultats de la maladie et contribuant potentiellement à des centaines de «décès évitables» par an.

Deux essais – connus collectivement sous le nom d’Étude nationale canadienne sur le dépistage du cancer du sein (CNBSS) – ont révélé que les mammographies pour les femmes dans la quarantaine ne réduisaient pas les taux de mortalité par cancer du sein.

L’étude a été menée dans les années 1980 et publiée en 1992.

Mais dans un commentaire publié cette semaine dans le Journal of Medical Screening, des chercheurs de quatre institutions canadiennes et de la Harvard Medical School affirment que la façon dont les participants ont été sélectionnés pour les groupes de contrôle ou de dépistage de l’étude peut avoir influencé les résultats.

Ils disent que des résultats plus récents suggèrent que le dépistage par mammographie présente des avantages pour les femmes de moins de 50 ans, y compris une étude d’observation de 2014 qui a indiqué que le fait de faire passer des mammographies à des personnes dans la quarantaine était associé à une réduction de 44% des décès par cancer du sein.

Le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs ne recommande actuellement pas de mammographies pour les personnes âgées de 40 à 49 ans, à moins qu’un facteur préexistant ne les expose à un risque plus élevé que la moyenne — par exemple, si un membre de la famille a eu un cancer du sein ou si ils ont le gène BRCA.

Le groupe de travail a déclaré mercredi que leurs directives ne sont “pas prévues pour une mise à jour immédiate”.

Lire aussi  Dernières nouvelles : Macron appelle à l'unité française dans la lutte contre le virus

Mais Martin Yaffe, auteur principal du commentaire et chercheur principal au Sunnybrook Research Institute de Toronto, estime qu’un changement est nécessaire. Il a estimé que l’influence du CNBSS sur la politique peut avoir contribué aux décès évitables de plus de 400 femmes canadiennes chaque année.

“L’idée de faire cet essai était géniale, mais la façon dont il a été conçu et la façon dont il a été réalisé rendent vraiment ses résultats peu crédibles”, a-t-il déclaré. “Et fonder une politique là-dessus est tout simplement inapproprié.”

La Dre Brenda Wilson, coprésidente du Groupe de travail sur les soins de santé préventifs, a déclaré que les recommandations de l’organisation, mises à jour pour la dernière fois en 2018, « ont été reconnues comme les meilleures au monde ». Elle a ajouté que le groupe mène “des examens rigoureux et détaillés des preuves pour formuler des lignes directrices”.

“Lorsqu’il y a des changements substantiels à ces preuves, le groupe de travail met à jour un examen complet de l’ensemble des preuves, y compris toute nouvelle preuve”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L’Agence de la santé publique du Canada a publié jeudi une déclaration disant qu’elle fournit un financement au groupe de travail et a qualifié l’organisme d’« indépendant du gouvernement ».

« Il serait inapproprié pour l’ASPC de diriger le groupe de travail sur les études à inclure ou à ne pas inclure dans leurs lignes directrices », a déclaré l’agence.

« Le groupe de travail évalue la solidité de toutes les preuves utilisées pour élaborer leurs recommandations. L’étude décrite dans le commentaire est l’une des huit études incluses dans les lignes directrices du groupe de travail.

Lire aussi  Montre intelligente ou traqueur ? Le Fitbit Charge 5 rouvre le débat

Le principal problème avec l’étude de 1992, a déclaré Yaffe, était que les participants ont subi des examens cliniques des seins sur 14 des 15 sites d’essai avant d’être affectés aux groupes de dépistage ou de contrôle. Cette approche, a-t-il dit, aurait pu par inadvertance influencer les résultats.

Il a déclaré que les infirmières qui ont effectué les examens physiques des seins ont assigné les participants à leurs groupes en écrivant leurs noms dans un livre ouvert. Si une infirmière sentait des bosses dans les seins d’une femme – ce qui aurait pu indiquer un cancer avancé – elle aurait peut-être été plus susceptible de la placer dans le groupe de dépistage « dans l’intérêt de la patiente, en toute bonne volonté, mais sans comprendre comment fonctionne l’essai clinique. . “

“Il y avait un énorme déséquilibre dans le nombre de cancers avancés qui ont été trouvés dans le côté mammographie de l’étude par rapport au côté contrôle … donc (l’étude) n’a trouvé aucun avantage du dépistage”, a déclaré Yaffe.

“En fait, ils ont trouvé plus de femmes décédées du côté de la mammographie que du groupe témoin, ce qui était bizarre car toutes les autres études chez les femmes plus âgées avaient montré un avantage de la mammographie.”

Yaffe a déclaré qu’il soupçonnait que les méthodes de l’étude n’étaient pas solides depuis des années, mais le « fusil fumant » n’est arrivé qu’en mars lorsque le témoignage d’un membre du personnel sur l’un des sites de l’essai a confirmé que la randomisation pouvait avoir été erronée.

La taille de l’étude – près de 90 000 participants – a donné du poids à ses résultats, a déclaré Yaffe, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles elle a peut-être influencé les politiques à travers le monde.

Lire aussi  Comment notre obsession télévisuelle façonne notre façon de manger, de nous habiller, de voyager et de vivre

“Mais si l’essai a été mal fait, s’il a été fait il y a longtemps en utilisant des approches qui ne sont plus utilisées, il peut ne pas être pertinent”, a-t-il déclaré.

L’ASPC a déclaré que les politiques de dépistage par mammographie relèvent « de la compétence des provinces et des territoires ». Les juridictions peuvent utiliser les lignes directrices du Groupe de travail, mais elles établissent également leurs propres programmes de dépistage.

L’Ontario, par exemple, ne dépiste pas les patientes de moins de 50 ans, mais les résidents de la Nouvelle-Écosse âgés de 40 à 49 ans peuvent s’orienter eux-mêmes vers des mammographies annuelles. La Colombie-Britannique dit qu’elle « encourage » les personnes âgées de 40 à 49 ans à parler à leur médecin des avantages et des limites de la mammographie. Si le dépistage est choisi, il est disponible tous les deux ans.

Les juridictions examineront les patientes à haut risque de moins de 50 ans, et les personnes qui soupçonnent que quelque chose ne va pas peuvent obtenir une recommandation de mammographie d’un médecin.

Le Dr Jean Seely, co-auteur du dernier commentaire publié et responsable de l’imagerie du sein à l’Hôpital d’Ottawa, a déclaré que la politique devrait être mise à jour pour permettre à toutes les femmes de 40 ans ou plus de subir des mammographies de dépistage.

« Le dépistage sauve des vies », a déclaré Seely dans un communiqué. « Il y a un taux de survie à cinq ans de 98 % pour le cancer du sein localisé lorsqu’il est détecté tôt. »

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 25 novembre 2021.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.