La transmission mère-enfant du COVID-19 est peu probable

Note de l’éditeur: trouvez les dernières nouvelles et conseils sur le COVID-19 dans le centre de ressources sur les coronavirus de Medscape.

Les mères exposées au COVID-19 pendant la grossesse ne sont pas susceptibles de transmettre l’infection à leurs nouveau-nés, selon les données de plus de 2000 femmes.

«L’incertitude au début de la pandémie de COVID-19 a conduit à des recommandations de soins postnatals variables pour les nouveau-nés exposés au SRAS-CoV-2 in utero», ont déclaré Margaret H. Kyle, de l’Université de Columbia, New York, et ses collègues.

Le centre médical d’Irving de l’Université Columbia, un épicentre précoce de la pandémie, a permis la cohabitation et encouragé l’allaitement direct entre les mères infectées et leurs nouveau-nés tout en adoptant des mesures de sécurité étendues, ont déclaré les chercheurs.

Dans une étude présentée lors de la réunion virtuelle des sociétés académiques pédiatriques (affiche 141), les chercheurs ont effectué un examen rétrospectif des dossiers de tous les nouveau-nés nés au centre médical du 22 mars 2020 au 7 août 2020. L’étude faisait partie de L’initiative COVID-19 Mother Baby Outcomes (COMBO) de l’Université de Columbia pour « décrire la santé et le bien-être des dyades mère-enfant avec et sans infections prénatales par le SRAS-CoV-2 », selon les chercheurs.

Au cours de la période d’étude, les chercheurs ont identifié les nouveau-nés de 327 femmes testées positives au COVID-19 à tout moment de la grossesse et les ont comparés aux nouveau-nés de 2125 femmes non exposées. Les données démographiques étaient similaires entre les groupes.

Dans l’ensemble, la positivité totale du test était de 0,7% pour les nouveau-nés exposés; 1,0% ont été testés positifs lors d’un test initial et 0% étaient positifs lors d’un nouveau test. Au cours de l’hospitalisation du nouveau-né et d’un suivi de 2 semaines, 0% de tous les nouveau-nés ont présenté des signes cliniques d’infection.

Aucune différence significative n’a été notée entre les nouveau-nés exposés et non exposés dans les résultats cliniques, y compris l’âge gestationnel, le mode d’accouchement, le score Apgar à 5 minutes, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire ou la température. Bien que plus de nourrissons de mères exposées au COVID-19 que de mères non exposées aient eu une visite à l’urgence au cours des 14 premiers jours de vie (6% contre 3%, P = .002), aucun des nourrissons n’a reçu de diagnostic de COVID-19 lors de ces visites. La toux, la fièvre, la congestion ou la bilirubine étaient des raisons plus fréquentes de visites à l’urgence chez les nourrissons exposés que chez les nourrissons non exposés, mais ces différences n’étaient pas significatives.

Les résultats de l’étude ont été limités par plusieurs facteurs, y compris la conception rétrospective et la période de suivi limitée aux 2 premières semaines de vie seulement, ont noté les chercheurs. En outre, les taux de transmission périnatale n’étaient disponibles que pour les 202 nouveau-nés qui ont été suivis dans le système hospitalier, ont-ils déclaré. Cependant, les résultats suggèrent que le risque de transmission verticale mère-nouveau-né du COVID-19 reste faible, même lorsque les mères allaitent et que les nourrissons vivent ensemble, ont-ils conclu.

Une étude soutient la sécurité du logement dans

L’étude est importante en raison de la valeur des liens entre la mère et le nourrisson, a déclaré Karalyn Kinsella, MD, pédiatre à Cheshire, Connecticut, dans une interview. « Nous savons que les liens maternels et infantiles et l’allaitement sont extrêmement importants dans les premiers jours de la vie », a-t-elle déclaré. «Au départ, les mères positives au COVID étaient séparées de leurs bébés pendant cette période importante. Kinsella a déclaré qu’elle n’était pas surprise par les résultats de l’étude, car ils reflètent d’autres recherches selon lesquelles les nouveau-nés n’ont pas été infectés par le COVID-19 de leur mère.

Par conséquent, le message à retenir est que les nouveau-nés peuvent loger avec leur mère en milieu hospitalier et qu’ils présentent un faible risque de COVID-19, indépendamment de l’historique d’exposition de la mère, a déclaré Kinsella. Pour l’avenir, les domaines de recherche futurs pourraient inclure l’examen des anticorps anti-SRAS-CoV-2 chez les nouveau-nés, a-t-elle noté.

L’étude n’a reçu aucun financement extérieur. Les chercheurs n’avaient aucun conflit financier à divulguer. Kinsella n’avait aucun conflit financier à divulguer, mais siège au comité consultatif de rédaction de Pediatric News.

Cet article a été initialement publié sur MDedge.com, qui fait partie du réseau professionnel Medscape.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick