Home » Le centre réfléchit à de nouveaux modes de test après une poussée d’anémie

Le centre réfléchit à de nouveaux modes de test après une poussée d’anémie

by Les Actualites

L’Enquête nationale sur la santé de la famille-5 a révélé une augmentation des cas dans l’ensemble de la population

Préoccupé par l’augmentation des cas d’anémie en Inde dans l’ensemble de sa population, comme l’a révélé l’Enquête nationale sur la santé de la famille-5, le Centre prévoit de changer le mode de dépistage pour elle, ainsi que d’entamer des discussions avec l’Organisation mondiale de la santé sur si les «caractéristiques raciales» doivent être prises en compte dans la détermination des niveaux d’anémie en Inde.

L’Enquête nationale sur la santé de la famille-5, dont les résultats complets ont été rendus publics mercredi, a révélé que l’anémie chez les enfants était passée de 58,6% dans le NFHS-4 à 67% dans le NFHS-5. La NFHS-4 a été menée en 2015-16 et la NFHS-5 en 2019-21.

Lire aussi | Une enquête sur la santé familiale suggère qu’il y a plus de femmes que d’hommes en Inde

L’anémie chez les femmes enceintes est passée de 50,4 % à 52,2 %, et le pourcentage de femmes (15-49 ans) qui sont anémiques a également augmenté de 53 % à 57 %. Le pourcentage d’hommes âgés de 15 à 49 ans qui étaient anémiques est également passé de 22,7 % à 25 %.

« Un sujet de préoccupation »

Le Centre a un programme en cours appelé Anemia Mukt Bharat (Anemia Free India) pour réduire la proportion d’anémie chez les enfants à 40 %, les femmes enceintes à 32 % et les femmes allaitantes à 40 % d’ici 2022. Le NFHS actuel montre donc un manque de progrès vers ces objectifs.

L’anémie est généralement caractérisée par de faibles niveaux de fer dans le corps. L’Inde a diagnostiqué pendant des décennies qu’une grande partie de sa population, en particulier les femmes, est anémique et a mis en place des programmes de supplémentation en fer dans plusieurs États depuis des années.

On pense également que l’anémie résulte d’un manque de nutrition et d’un apport insuffisant en fruits et légumes frais, ainsi que d’une carence en vitamine B-12. “C’est un sujet de préoccupation et il était surprenant que la proportion d’anémiques ait augmenté de manière si significative entre les deux éditions du NFHS”, a déclaré un haut responsable du ministère de la Santé en commentant les résultats de l’enquête du NFHS.

Le responsable a déclaré que le gouvernement travaillerait avec les États qui présentaient la détérioration la plus grave pour déterminer si son programme en cours de fourniture de comprimés d’acide folique et de pilules vermifuges était inadéquat.

L’OMS définit des taux d’hémoglobine inférieurs à 11 g/dL (décilitre ou un dixième de litre) chez les enfants de 6 à 59 mois comme anémiques. Pour les femmes enceintes c’est 11g, pour celles qui ne sont pas enceintes c’est 12g et pour les hommes 13g. Alors qu’une piqûre au doigt est utilisée pour prélever un échantillon de sang pour tester l’hémoglobine, des études ont montré que les niveaux d’hémoglobine diffèrent si le sang est prélevé dans la veine. D’autres facteurs tels que l’altitude et les antécédents de tabagisme modifient également les taux d’hémoglobine.

« Dans le prochain NFHS, qui débutera fin 2022, nous utiliserons la méthode d’extraction du sang veineux et analyserons les résultats. Bien que notre objectif soit d’améliorer la nutrition et d’atteindre les normes de l’OMS, nous devrons également voir si d’autres facteurs déterminent les niveaux d’anémie », a ajouté le responsable.

“Mauvais” diagnostic

Plus tôt cette année, une équipe de chercheurs du Sitaram Bhartia Institute of Science and Research de New Delhi, du St. John’s Medical College de Bengaluru et de l’Indian Institute of Population Sciences de New Delhi ont émis l’hypothèse dans un article du Lancet Global Health que il était possible que l’anémie soit sur-diagnostiquée en Inde en raison d’un seuil de diagnostic d’hémoglobine « incorrect » (plus élevé qu’approprié).

Les chercheurs ont utilisé les données de l’Enquête nationale complète sur la nutrition (CNNS) réalisée en 2016-18 (sous l’égide du ministère de la Santé et du Bien-être familial en collaboration avec l’UNICEF et le Population Council) avec une approche statistique.

Le CNNS a mesuré plusieurs biomarqueurs de la santé et de la nutrition dans le sang veineux prélevé sur un grand nombre d’enfants à travers l’Inde. La prévalence de l’anémie chez ces enfants était de 35% en utilisant le seuil de l’OMS, inférieur à ce que les enquêtes NFHS ont trouvé. L’un des auteurs a déclaré que la définition actuelle de l’OMS provenait d’une population caucasienne à prédominance blanche alors que les preuves actuelles suggéraient que les niveaux d’hémoglobine saine variaient considérablement à l’échelle mondiale.

.

Lire aussi  Bénéfice du luspatercept également dans la thalassémie non dépendante des transfusions

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.