Le co-auteur de l’étude affirme que les césariennes planifiées peuvent être moins risquées pour certaines mamans et certains bébés

Les césariennes planifiées sont sans danger pour les accouchements à faible risque et peuvent être associées à un risque plus faible de complications pour la mère et le bébé par rapport aux accouchements vaginaux, selon le co-auteur d’une étude publiée lundi dans le Canadian Medical Association Journal.

Pourtant, la spécialiste en médecine fœtale maternelle, la Dre Darine El-Chaâr, a déclaré que les femmes devraient consulter leur médecin pour savoir ce qui est le mieux pour elles, et a appelé à plus de recherche sur les effets à long terme des césariennes planifiées, y compris en quoi la santé des bébés nés de cette manière diffère de leurs homologues nés par voie vaginale.

El-Chaâr a déclaré que la recherche comparait les résultats des accouchements par césarienne demandés et avait révélé qu’environ 60% des mères et de leurs bébés s’en tiraient mieux.

Les chercheurs ont analysé les données du registre des naissances de l’Ontario sur 422210 grossesses à faible risque entre 2012 et 2018 et ont découvert que 46533 bébés étaient nés par césarienne. Ils se sont concentrés sur 1 827 cas, soit près de 4%, impliquant des femmes qui avaient demandé la procédure à l’avance.

Ils ont ensuite recherché 10 problèmes courants pouvant découler du travail et de l’accouchement, y compris la rupture de l’utérus, les déchirures du plancher pelvien, ainsi que l’admission du nouveau-né aux soins intensifs néonatals pour des problèmes tels que la détresse respiratoire.

«Les résultats sont importants d’un point de vue statistique, mais nous aimerions voir cela dans une population plus large», a déclaré El-Chaâr, scientifique associé à l’Hôpital d’Ottawa.

Elle a déclaré que plusieurs facteurs, y compris les antécédents médicaux, peuvent influencer la décision d’une personne d’opter pour une césarienne.

L’étude a révélé que les femmes qui choisissaient d’accoucher par césarienne étaient plus susceptibles d’être blanches, âgées de 35 ans ou plus et de vivre dans un quartier à revenu plus élevé. Ils étaient également plus susceptibles d’avoir conçu par fécondation in vitro et d’accoucher de leur premier bébé.

On pense que l’Ontario est la seule province à avoir un registre des naissances qui comprend des informations sur les césariennes programmées, on ne sait donc pas combien de femmes ailleurs au Canada demandent l’intervention.

El-Chaâr a déclaré que certaines de ses patientes plus âgées avaient demandé une césarienne pour réduire le risque de complications lors d’un accouchement vaginal, mais la peur de l’accouchement était l’une des raisons les plus courantes de demander la procédure.

«Je vois, en tant que médecin, des femmes qui ont tellement peur de ce qu’est le travail et de la douleur, qu’elles ne peuvent vraiment pas être motivées par le processus d’accouchement vaginal», a déclaré El-Chaâr. «Les femmes en ont souvent peur. lors de la première grossesse, mais au fur et à mesure que vous leur parlez, en suivant des cours prénataux, ils sont habitués à l’idée et ils sont plus à l’aise avec.

«Il y a aussi des patients qui ont subi une agression sexuelle traumatique et qui ne se sentent tout simplement pas à l’aise d’accoucher», a-t-elle ajouté. «Ce sont très rares.»

Les césariennes comportent leurs propres risques, notamment les infections, les caillots sanguins, la douleur et une longue période de récupération.

Mais les césariennes programmées sont parfois médicalement nécessaires pour les femmes plus âgées qui font face à un risque plus élevé de complications avec un accouchement vaginal si elles ont certaines conditions telles que l’hypertension artérielle, le diabète et l’arthrite, a déclaré El-Chaâr.

Une fréquence cardiaque fœtale anormale est la raison la plus courante d’une césarienne, a-t-elle ajouté.

L’Organisation mondiale de la santé affirme que le taux idéal de césariennes se situe entre 10 et 15 pour cent.

Les données de l’Institut canadien d’information sur la santé montrent que près de 30 pour cent des accouchements au Canada ont été effectués par césarienne entre 2019 et 2020. La Colombie-Britannique avait le taux le plus élevé, à près de 38 pour cent, et les Territoires du cent. L’Ontario était le plus proche de la moyenne nationale.

La Colombie-Britannique a récemment lancé un programme interactif en ligne pour aider les femmes à décider comment elles veulent accoucher après une césarienne précédente.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

Sarah Munro, qui a dirigé la recherche et le développement du projet et est professeure adjointe en obstétrique et gynécologie à l’Université de la Colombie-Britannique, a déclaré que l’objectif était de faire connaître aux familles les avantages et les inconvénients potentiels de toute décision prise.

«Nous avons fait beaucoup d’efforts dans différentes parties du système de soins de santé pour améliorer la prise de décision partagée, fournissant ainsi aux patients des outils pour faire des choix sur le mode de naissance et fournissant aux fournisseurs de soins des stratégies pour avoir ces conversations.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 3 mai 2021.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick