Le conseil scolaire catholique français s’excuse pour la répression du code vestimentaire au lycée d’Orléans

Contenu de l’article

La répression du code vestimentaire affichée par les administrateurs d’un lycée catholique français d’Orléans jeudi « n’est pas acceptable », selon le directeur de l’éducation du conseil, qui s’est excusé pour le blitz vestimentaire qui a ciblé plusieurs filles.

Publicité 2

Contenu de l’article

Marc Bertrand a publié une déclaration publique samedi, un jour après que des centaines d’étudiants ont manifesté devant le lycée Béatrice-Desloges condamnant les inspections.

« Tous les étudiants doivent absolument être traités avec dignité et respect », a déclaré Bertrand dans le communiqué. « Aucun élève ne devrait être soumis à un tel contrôle de sa tenue vestimentaire et encore moins être interpellé devant ses pairs. La stratégie employée par l’école jeudi dernier ne reflète malheureusement pas ces valeurs chères au CECCE (Conseil des écoles catholiques du Centre-Est).

Bertrand a confirmé une grande partie de ce que les étudiants ont rapporté : le personnel a emmené des étudiants, principalement des filles, dans le couloir pour vérifier la longueur de leur short. Certains élèves ont été invités à plier le genou pour vérifier si leur short respectait le code vestimentaire de l’école, qui stipule que les shorts et les jupes doivent descendre au moins jusqu’à mi-cuisse.

Publicité 3

Contenu de l’article

Aucun élève n’a été invité à se pencher et aucune mesure de short n’a été prise avec une règle, indique le communiqué de Bertrand.

Les étudiants protestataires ont décrit leur embarras d’être amenés dans la salle pour une inspection vestimentaire.

Bertrand a déclaré que de nombreux étudiants se sentaient dégradés et humiliés.

Des élèves de l'école secondaire catholique Béatrice-Desloges manifestent le vendredi 13 mai 2022, en réponse à un blitz vestimentaire de la veille.
Des élèves de l’école secondaire catholique Béatrice-Desloges manifestent le vendredi 13 mai 2022, en réponse à un blitz vestimentaire de la veille. Photo par Errol McGihon /Postmédia

Il y a eu une autre couche de controverse lorsque la police d’Ottawa s’est présentée. Les agents ont arrêté un garçon, qui, selon eux, n’était pas allé à l’école, pour intrusion et il a ensuite été relâché sans inculpation.

Selon Bertrand, la police était à la manifestation pour la sécurité publique.

« Beaucoup d’étudiants se sont dispersés dans la rue adjacente où des véhicules circulaient à l’endroit où la circulation était arrêtée », a déclaré Bertrand. « Les services de police sont alors arrivés sur les lieux pour assurer la sécurité des élèves. »

Publicité 4

Contenu de l’article

Un petit groupe d’élèves qui ne fréquentent pas une école du conseil catholique français s’est présenté à la manifestation, a déclaré Bertrand. La police est intervenue lorsqu’elle a refusé de coopérer, a-t-il dit.

Aucun élève de Béatrice-Desloges n’a été inculpé, a précisé Bertrand.

Selon Bertrand, les élèves « sont retournés sereinement à l’école » après que le surintendant de l’éducation Jason Dupuis leur a adressé la parole à 12 h 45.

Dupuis sera de nouveau à l’école lundi si les élèves veulent partager leurs préoccupations.

« La direction du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est sincèrement désolée de ce dénouement et tient à présenter ses excuses aux élèves et aux familles qui ont été dérangés par ces événements », a déclaré Bertrand dans son communiqué. « Des suivis sont en cours auprès de toutes les écoles du CECCE pour s’assurer qu’une telle situation ne se reproduise plus.

Publicité 5

Contenu de l’article

Sophie Labbée, 18 ans, faisait partie des élèves qui ont organisé une manifestation devant l'école secondaire Béatrice-Desloges vendredi.
Sophie Labbée, 18 ans, faisait partie des élèves qui ont organisé une manifestation devant l’école secondaire Béatrice-Desloges vendredi. Photo de Jacquie Miller /Postmédia

Sophie Labbée, élève de 12e année, a déclaré samedi qu’elle était reconnaissante que la commission scolaire ait admis que ce qui s’était passé jeudi était faux.

« Je pense que nous apprécions tous les excuses parce que je pense que c’est la première fois que la commission scolaire reconnaît qu’elle a fait quelque chose de mal et ce n’est pas une réponse qui se protège plutôt que les élèves », a déclaré Labbée. « Je pense que nous devons découvrir et voir à quel point c’est légitime, mais c’est définitivement un pas dans la bonne direction. »

Danika Verdon, une élève de 11e année, a dit qu’elle était légèrement surprise de voir des excuses de la commission scolaire. Les étudiants veulent toujours voir les conséquences pour les enseignants impliqués dans les inspections du code vestimentaire, a déclaré Verdon.

La répression du code vestimentaire a attiré le mépris des politiciens locaux, qui l’ont abordée sur les réseaux sociaux.

Com. Catherine Kitts, dont le quartier de Cumberland comprend le lycée, a remis en question l’intervention de la police et a ajouté : « Les actions de l’école contre les jeunes femmes qui ont été agressivement ciblées pour des violations du code vestimentaire semblent également extrêmement inappropriées ».

Publicité 6

Contenu de l’article

Stephen Blais, le candidat libéral sortant d’Orléans aux élections ontariennes, a déclaré : « Les femmes ne devraient jamais être jugées pour ce qu’elles portent.

Le conseiller scolaire catholique francophone de la zone, Dan Boudria, a déclaré : « Nos élèves doivent être traités avec dignité et respect. Une telle situation ne devrait plus jamais se reproduire. »

Interrogé sur la polémique scolaire lors de son arrêt au Festival des tulipes samedi, le maire Jim Watson a déclaré que c’était « très pénible » pour les élèves et leurs familles.

« Je n’ai pas tous les faits et je ne suis pas sûr (d’) un appel à une présence policière, mais c’est l’appel du conseil scolaire et de la police à faire », a déclaré Watson.

« J’espère qu’ils parviendront à une solution à l’amiable afin que cela ne s’envenime pas et ne ruine pas les bonnes relations que les enseignants et les élèves devraient avoir entre eux. »

[email protected]

twitter.com/JonathanWilling

Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick