Home » Le COVID-19 a perturbé la sécurité alimentaire de millions de personnes; va probablement inverser les progrès pour éliminer la faim d’ici 2030: Harsh Vardhan

Le COVID-19 a perturbé la sécurité alimentaire de millions de personnes; va probablement inverser les progrès pour éliminer la faim d’ici 2030: Harsh Vardhan

by Les Actualites

Le 19 avril, le ministre Harsh Vardhan s’est adressé à la 54e Commission sur la population et le développement des Nations Unies

La pandémie de COVID-19 a gravement perturbé la sécurité alimentaire et la nutrition de millions de personnes dans le monde et inversera probablement les progrès accomplis pour éliminer la faim d’ici 2030, a déclaré le ministre de la Santé et du Bien-être familial, le Dr Harsh Vardhan.

S’adressant à la 54e Commission sur la population et le développement sur le thème “ Population, sécurité alimentaire, nutrition et développement durable ” aux Nations Unies le 19 avril, il a déclaré que le gouvernement indien accorde la plus haute priorité à la sécurité alimentaire et à la nutrition, comme en témoigne le divers instruments juridiques et régimes nationaux au cours des dernières années.

«Le thème de la population, de la sécurité alimentaire, de la nutrition et du développement durable est d’une importance cruciale à tout moment. Mais encore plus maintenant que le monde essaie de se reconstruire tout en sortant des défis posés par le COVID-19 », a déclaré M. Vardhan.

Il a déclaré que «la pandémie a gravement perturbé la sécurité alimentaire et la nutrition de millions de personnes dans le monde et inversera probablement les progrès accomplis pour éliminer la faim d’ici 2030». Dans son allocution à l’événement, la vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, a également souligné que la pandémie avait dévasté les moyens de subsistance, exacerbé les injustices et les inégalités et menacé des décennies de progrès en matière de développement.

Le COVID-19 aggrave également les crises alimentaires causées par le conflit, les événements climatiques graves et les infestations de ravageurs.

«Malheureusement, le monde n’est pas sur la bonne voie pour éliminer la faim et la malnutrition d’ici 2030. La sous-alimentation augmentait déjà avant la pandémie, et la tendance s’est considérablement aggravée au cours de l’année écoulée», a-t-elle déclaré.

M. Vardhan a déclaré que même pendant la crise du COVID-19, tout en s’efforçant de contenir la propagation de la pandémie, l’Inde a pris des «actions concertées» pour s’assurer que les services de sécurité alimentaire et de nutrition ne sont pas compromis et que les groupes vulnérables tels que les agriculteurs, quotidiennement les salariés, les femmes, les groupes d’entraide et les personnes âgées pauvres reçoivent le soutien nécessaire en ces temps sans précédent.

En 2020, l’Inde a annoncé un programme de secours de 22,6 milliards de dollars pour prendre en charge les mesures de sécurité alimentaire afin d’aider les plus pauvres parmi les pauvres. Un deuxième plan de relance économique d’une valeur de 13 milliards de dollars a été sanctionné pour aider les petites et moyennes entreprises principalement dans les secteurs agricole et alimentaire, a-t-il déclaré.

Il a souligné les divers programmes nationaux qui ont contribué à améliorer les résultats nutritionnels en Inde, en s’attaquant à la fois aux déterminants immédiats et sous-jacents de la sous-nutrition grâce à des interventions spécifiques à la nutrition et sensibles à la nutrition.

«Le plus important de tous, le système de distribution public ciblé distribue 58 millions de tonnes de blé et de riz à des prix fortement subventionnés, couvrant 814 millions de personnes dans tous les États de notre pays», a-t-il déclaré.

Le POSHAN Abhiyaan est le programme phare du gouvernement indien pour améliorer les résultats nutritionnels des enfants, des femmes enceintes et des mères allaitantes, a-t-il déclaré.

Dans ses remarques, Mme Mohammed a noté qu’en dépit des contributions importantes des femmes à la production alimentaire, elles sont confrontées à une prévalence de l’insécurité alimentaire plus élevée que les hommes.

«Pendant ce temps, les femmes sont confrontées à une augmentation des demandes des ménages et des communautés en raison de la pandémie, et doivent souvent nourrir leur famille avec des revenus réduits», a-t-elle déclaré, ajoutant que la participation pleine et effective des femmes à la riposte à la pandémie et au relèvement et dans tous les autres domaines doit être assurée. .

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.