Le juge approuve l’ordonnance d’expulsion des Peuples unis du Canada

Contenu de l’article

Le Peuple uni du Canada, un groupe controversé qui occupe l’ancienne église St. Brigid depuis trois mois, a reçu l’ordre de quitter l’édifice historique de la Basse-Ville par un juge d’Ottawa.

Publicité 2

Contenu de l’article

Dans une décision publiée vendredi, la juge Sally Gomery a accordé la demande du propriétaire de résilier le bail du Peuple uni du Canada (TUPOC), un groupe lié au soi-disant « Freedom Convoy » qui a assiégé le centre-ville d’Ottawa au début de cette année.

Contenu de l’article

Elle a précisé que les conditions du bail étaient énoncées dans le contrat d’achat et de vente : celui-ci comprenait un loyer mensuel, à compter du 13 juin, et une caution due en août.

Lire aussi  L'OFPA organise un symposium annuel sur la salubrité des aliments en Ontario

« Le TUPOC a matériellement violé l’accord en omettant de verser des acomptes de 100 000 $ le 10 août 2022, malgré deux prolongations de délai accordées par les demandeurs », a déclaré Gomery dans sa décision, qui a également accordé 58 000 $ de dépens au propriétaire, Patrick McDonald.

Le TUPOC, a-t-elle dit, n’a droit à aucune réparation des conséquences de ses actions puisqu’il n’a pas remis l’argent qu’il était censé payer en vertu de l’accord. “Il n’est pas venu au tribunal avec des mains propres”, a déclaré Gomery.

Publicité 3

Contenu de l’article

McDonald tentait d’expulser le TUPOC du site désaffecté de l’église depuis la mi-août, lorsqu’il a dépêché un huissier pour émettre un avis d’expulsion.

Selon les preuves présentées au tribunal, le directeur du TUPOC, William Komer, a signé un accord pour acheter l’église et les bâtiments adjacents pour 5,95 millions de dollars. L’accord comprenait une disposition qui permettait au TUPOC de louer l’église pour 5 000 $ par mois jusqu’à ce que l’achat soit finalisé.

McDonald a déclaré que le groupe n’avait pas payé deux mois de loyer. McDonald a témoigné qu’il s’attendait à recevoir le premier chèque de loyer à la mi-juin, mais ne l’a reçu que le 24 juillet après avoir demandé à plusieurs reprises l’argent à Komer. De plus, a déclaré McDonald, le TUPOC n’a pas payé un acompte de 100 000 $ avant la date limite convenue du 10 août.

Dans un affidavit, Komer a affirmé que McDonald lui avait dit que le premier paiement de loyer n’était pas dû avant le 15 juillet, un mois après que le groupe a emménagé dans l’église.

Lire aussi  L'urgence est une tache sur la démocratie indienne : le Premier ministre Modi en Allemagne

Au tribunal, l’avocat de TUPOC, Saron Gebresellassi, a fait valoir que son client n’avait pas violé l’accord d’achat du bâtiment de manière matérielle, ce qui signifiait qu’il était toujours valable.

    Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick