Les critiques disent que le plan de santé de l’Ontario cible les personnes âgées et ne résoudra pas la crise

Le plan pour rester ouvert comprend l’augmentation des chirurgies dans les cliniques privées couvertes par l’OHIP, la couverture des frais d’examen et d’inscription des infirmières formées à l’étranger et le déplacement des patients dits de niveau de soins alternatif hors des hôpitaux en envoyant certains dans des établissements de soins de longue durée qui ne leur appartiennent pas. choisir.

Contenu de l’article

Les défenseurs disent que les personnes âgées subiront à nouveau le poids d’une crise des soins de santé en Ontario avec un nouveau plan provincial qui mettra plus de pression sur le système de soins de longue durée à peine étiré et poussera les résidents dans des maisons qui ont eu certains des pires dossiers pendant la pandémie de COVID-19 dans le but de libérer de l’espace hospitalier.

Publicité 2

Contenu de l’article

“Au lieu de rendre ces maisons plus attrayantes, ils vont simplement forcer les gens à y aller”, a déclaré Jane Meadus, avocate au Advocacy Center for the Elderly. « On a vu ça au début de la COVID, quand les personnes âgées étaient envoyées dans des foyers de soins de longue durée (pour faire de la place dans les hôpitaux). Je pense que nous revoyons cela.

Jane Meadus, avocate au Advocacy Center for the Elderly.
Jane Meadus, avocate au Advocacy Center for the Elderly. Photo de Jane Sims /Postmédia

Les modifications apportées à la législation provinciale sur les soins de longue durée signifieront que les personnes hospitalisées en attente d’un lit de soins de longue durée pourront être déplacées vers des foyers temporaires qui ne figurent pas sur leurs listes préférées. Meadus et d’autres disent que les maisons qui ont eu des taux de mortalité et d’infection élevés pendant la pandémie sont généralement celles avec les listes d’attente les plus courtes parce que les gens ne veulent pas y aller.

Lire aussi  Plus de 85 % des patients atteints de cancer ont développé des anticorps COVID-19 après une deuxième dose de Pfizer

«Ceux qui n’ont pas de liste d’attente n’ont pas de liste d’attente pour une raison», a déclaré Grace Welch, coprésidente du Champlain Region Family Council Network. Elle a qualifié le plan de la province visant à supprimer le choix des résidents des établissements de soins de longue durée et de leurs familles « d’absolument épouvantable.

Publicité 3

Contenu de l’article

“Ils ont sacrifié (les personnes âgées) la première fois, et maintenant ils recommencent.”

La province dit également qu’elle ouvrira des lits dans des foyers de soins de longue durée qui ont déjà été utilisés pour l’isolement COVID.

Ces changements faisaient partie des changements annoncés jeudi par la ministre de la Santé Sylvia Jones et le ministre des Soins de longue durée Paul Calandra visant à stabiliser le système de santé chancelant de la province au cours d’un été au cours duquel de nombreux services d’urgence ont fermé et les pénuries d’infirmières se sont aggravées.

Les critiques disent que les changements annoncés dans le cadre du plan provincial pour rester ouvert – y compris l’augmentation des chirurgies dans les cliniques privées couvertes par l’OHIP, la couverture des frais d’examen et d’inscription des infirmières formées à l’étranger et le déplacement des patients dits de niveau de soins alternatif hors des hôpitaux par envoyer certains dans des établissements de soins de longue durée qui ne sont pas de leur choix – ne fera pas grand-chose pour arrêter la crise.

Publicité 4

Contenu de l’article

Le médecin urgentiste de Perth, le Dr Alan Drummond, coprésident des affaires publiques de l’Association canadienne des médecins d’urgence, a déclaré que le plan n’avait pas l’urgence nécessaire.

« Il n’y a aucun sentiment d’immédiateté en termes de rétention et de retour d’infirmières expérimentées. Beaucoup d’infirmières qui sont parties reviendraient en un clin d’œil si elles sentaient qu’il y avait un engagement sérieux à régler les problèmes du système », a-t-il déclaré.

Lire aussi  C'est l'heure de la vaccination contre la grippe, même si vous avez reçu vos vaccins COVID
Sylvia Jones, ministre de la Santé de l'Ontario.
Sylvia Jones, ministre de la Santé de l’Ontario. Photo de Chris Young /La Presse canadienne

Drummond a averti que les hôpitaux seraient «en grande difficulté» à l’approche de l’hiver sans une approche plus efficace de la part du gouvernement. Lui et d’autres disent que les plans visant à recruter plus d’infirmières formées à l’étranger et à former plus d’infirmières ne résoudront pas la crise immédiate, mais l’abrogation du projet de loi 124 et la lutte contre la violence au travail et la santé mentale reconnaîtront à la fois le travail et les sacrifices que les infirmières ont faits et aideront à la rétention. .

Publicité 5

Contenu de l’article

Le projet de loi 124 plafonne la rémunération des travailleurs du secteur public, y compris les infirmières, à un pour cent.

Le président et chef de la direction de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, le Dr Thierry Mesana, est devenu le plus important responsable hospitalier à demander l’abrogation du projet de loi lors d’une conférence de presse cette semaine avec la présidente de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, Cathryn Hoy.

Mesana s’est dit de plus en plus alarmé par la difficulté de trouver et de retenir des infirmières, ce qu’il a qualifié de menace pour le système de santé. Il a entendu des infirmières dire qu’elles se sentent frustrées, bouleversées et irrespectueuses par le projet de loi qui plafonne leurs augmentations de salaire bien en deçà de l’inflation pendant une période au cours de laquelle elles ont mis leur propre santé en danger et travaillé sans relâche.

« Pour moi, le projet de loi 124 a fait un niveau de dégâts extraordinaire. Les infirmières se sentent irrespectueuses, elles pensent que ce n’est pas juste », a déclaré Mesana. « Je ne dis pas que le gouvernement ne fait rien. Mais l’abrogation de la loi 124 aiderait à stabiliser la main-d’œuvre et à rendre hommage aux infirmières pendant que des solutions à plus long terme sont mises en place.

Lire aussi  Le milieu de terrain parle du plan de transfert du Real Madrid pour battre ses rivaux de la Liga

Pendant ce temps, le personnel des foyers de soins de longue durée est à des «niveaux de crise», explique Lisa Levin, chef d’AdvantAge Ontario, qui représente les foyers de soins de longue durée à but non lucratif et municipaux.

“Nous ne pouvons pas aider une partie du secteur (de la santé) en mettant plus de pression sur une autre partie, en particulier celle qui est déjà en crise”, a-t-elle déclaré.

Avec des fichiers de La Presse canadienne

    Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick