Les personnes de moins de 30 ans devraient subir des tests de routine contre la chlamydia et la gonorrhée, selon le groupe de travail

Le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande que le dépistage systématique de la chlamydia et de la gonorrhée soit étendu aux personnes sexuellement actives de moins de 30 ans.

Les nouvelles lignes directrices publiées mardi dans le Canadian Medical Journal élargissent la pratique actuelle consistant à tester annuellement les patients jusqu’à 25 ans.

Les auteurs affirment que la recommandation reflète la hausse des taux de chlamydia et de gonorrhée chez les personnes âgées de 25 à 29 ans au cours des deux dernières décennies.

Ils disent que le taux déclaré de chlamydia chez les personnes âgées de 15 à 29 ans se situe entre 1 et 1,9 pour cent, mais la prévalence réelle pourrait atteindre 5 à 7 pour cent.

Le groupe de travail affirme que de nombreux cas de chlamydia ne sont pas signalés parce que les gens sont asymptomatiques ou ne cherchent pas de soins.

Les directives suggèrent que les prestataires de soins de santé dépistent les hommes pour la chlamydia et la gonorrhée afin de réduire la propagation chez les femmes, qui font face à des risques plus élevés pour la santé tels que les maladies inflammatoires pelviennes.

Les recommandations ne s’appliquent pas aux femmes enceintes, aux personnes considérées à haut risque en raison de leurs comportements sexuels ou aux patients qui recherchent des soins pour une éventuelle infection sexuellement transmissible.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 20 avril 2021.

.

Lire aussi  Amazon Web Services double la génomique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick