Les Tibétains en Inde soutiennent les manifestants “zéro COVID” en Chine

NEW DELHI — Environ 150 exilés tibétains ont brandi des feuilles de papier vierges alors qu’ils se rassemblaient vendredi dans la capitale indienne pour exprimer leur solidarité avec le peuple chinois qui protestait contre sa politique “zéro COVID”.

Le papier vierge est un symbole de défi utilisé par certains manifestants en Chine contre la censure généralisée du Parti communiste au pouvoir.

Des manifestations de rue ont éclaté dans plusieurs villes chinoises au cours du week-end, motivées par la colère suscitée par les restrictions rigides pour lutter contre le COVID-19. La politique « zéro COVID » vise à éradiquer le virus grâce à des mesures de confinement radicales, des restrictions de voyage et des tests incessants.

Depuis les manifestations, certaines villes chinoises ont assoupli les restrictions antivirus alors que le gouvernement tente de désamorcer la colère du public.

La manifestation à New Delhi était organisée par le Congrès de la jeunesse tibétaine, qui soutient le Dalaï Lama, le chef spirituel tibétain. Il s’est tenu à Jantar Mantar, une zone désignée par les autorités pour les manifestations près du bâtiment du Parlement indien.

Les manifestants ont appelé le président chinois Xi Jinping à démissionner et ont scandé “Arrêtez le génocide en Chine” et “Libérez le Tibet, la Chine libre”.

Tenzin Tsundue, écrivain et membre du Congrès de la jeunesse tibétaine, s’est dit ravi que le peuple chinois se prononce contre les restrictions et réclame la liberté et la démocratie.

“Lorsque des manifestations ont lieu en Chine, il est important pour nous d’envoyer ce message au peuple chinois que nous sommes à vos côtés”, a déclaré Tenzin.

Lire aussi  Le premier regard d'Aishwarya Rai sur Ponniyin Selvan de Mani Ratnam dévoilé

Un grand nombre de Tibétains vivent en exil en Inde depuis que le Dalaï Lama a fui le Tibet en 1959 après un soulèvement raté contre le contrôle chinois. La Chine ne reconnaît pas le gouvernement tibétain autoproclamé en exil en Inde et rejette la quête du Dalaï Lama d’une plus grande autonomie tibétaine vis-à-vis de Pékin.

Le gouvernement en exil a exprimé vendredi sa profonde inquiétude face à la situation en Chine et a déclaré qu’il était solidaire des personnes qui protestaient contre les restrictions liées au COVID-19.

Il a déclaré que les zones bloquées comprenaient Lhassa au Tibet.

“Cela a causé des difficultés incommensurables car les gens étaient confrontés à des restrictions extrêmes de mouvement, à un accès insuffisant à la nourriture et aux médicaments, à la perte de moyens de subsistance et à l’angoisse mentale”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick