Lettres d’aujourd’hui : quelle suite pour la réconciliation ?

Lundi 3 octobre : Vous pouvez également nous écrire à [email protected]

Contenu de l’article

Réconciliation : Où allons-nous à partir de là ?

Publicité 2

Contenu de l’article

Re : La Journée de la vérité et de la réconciliation aura plus de pouvoir lorsque nous pourrons tous l’observer, le 30 septembre.

Contenu de l’article

Brigitte Pellerin fait mouche avec ses propos provocateurs. Notre province n’a pas reconnu ce problème en autorisant une journée pour que ses citoyens réfléchissent et peut-être confrontent notre « obligation morale » d’explorer ce que nous pouvons faire pour y remédier. Cela ne nous dispense pas de chercher des occasions de faire progresser la guérison, de nous engager à apprendre sur la souffrance continue et à prendre la parole lorsque les décisions politiques ignorent les droits de l’homme et l’égalité culturelle.

Lire aussi  Plats italiens classiques à déguster dans le jardin par une journée ensoleillée | Aliments

Cela ne cesse de m’étonner que des enfants aient été soumis à la cruauté et aux actions perverses qui se sont produites sans que personne ne se lève et ne crie. Comment ces enfants et ces familles ont souffert, à quel point ils ont dû se sentir désespérément impuissants et à quel point ils restent en colère à juste titre. Où allons-nous à partir d’ici?

Publicité 3

Contenu de l’article

Celia M. Carter, Brockville

Nous avons besoin d’un jour de congé du gouvernement

Il est temps de déclarer une fête nationale pour chaque travailleur canadien NON employé par le gouvernement fédéral. Cela ferait un beau changement.

Kerry Wilson, Ottawa

L’intensification a ses attraits

Objet : Lettre, Méfiez-vous des promesses de zonage des candidats, 23 septembre.

J’ai un point de vue différent sur la lettre exprimant une opinion sur ce que veulent et craignent les propriétaires de communautés de maisons unifamiliales si la construction de la zone R1 est interdite.

J’ai vécu l’expérience de vivre avec de jeunes enfants dans un immeuble à logements multiples de trois étages (sans ascenseur), dans un spacieux appartement de deux chambres.

En raison de la conception et de l’emplacement sur le terrain, nos filles ont pu découvrir le plaisir d’une piscine gonflable entourée d’herbe et faire des bonhommes de neige et des forts sur l’espace vert environnant en hiver. Nous et les voisins avons entretenu un petit jardin fleuri devant. Nous avons formé une communauté. Nous ne nous sommes pas sentis à l’étroit. Nous étions heureux dans notre logement abordable, à proximité des bus et d’une épicerie.

Lire aussi  « Ils s'amusent un peu trop ! » : le leader du steel band fait danser Stockport | Vie et style

Publicité 4

Contenu de l’article

Carolyn Herbert, Nepean

Les changements de zonage doivent être effectués avec soin

La lettre à l’éditeur concernant le zonage R1 a touché une corde sensible. Nous vivons dans notre quartier R1, élevons notre famille et investissons dans notre propriété depuis plus de 30 ans.

Nous avons été stupéfaits de découvrir que notre quartier sera rezoné en R4 pour permettre des immeubles sans ascenseur de quatre étages. Ce n’est pas du NIMBY-isme, car nous comprenons la nécessité d’intensifier notre empreinte actuelle. Cependant, nous avons été surpris de constater que ce changement de zonage est essentiellement une politique globale qui s’étendra uniformément dans tout notre quartier (et dans de nombreux autres quartiers plus anciens, en particulier ceux situés à proximité des corridors de transport en commun proposés ou existants.)

En d’autres termes, il n’y a pas de transition progressive. Un constructeur peut construire un immeuble sans ascenseur de quatre étages en plein milieu du quartier, plutôt que de commencer par un immeuble sans ascenseur de quatre étages en bordure du quartier près d’une voie de transport, puis intensifier en s’avançant plus loin dans un quartier au-dessus temps.

J’ai donc été encore plus surpris de lire le commentaire de la candidate à la mairie Catherine McKenney selon lequel ce changement de zonage ne signifiera pas “tout va n’importe où”. (Je crois que oui!) McKenney a poursuivi en expliquant que «dans certains quartiers, le changement de R1 pourrait signifier autoriser un bâtiment de trois étages sur un terrain d’angle, et dans d’autres, un bâtiment jumelé où un seul est actuellement autorisé.” J’ai certainement cette interprétation est correcte et je me trompe. Mais je ne crains pas.

Lire aussi  Les complications prolongées du COVID sont rares chez les enfants, mais les experts disent que davantage d'études sont nécessaires

Corey Peabody, Ottawa

    Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick