L’Infosys Glitch est devenu une théorie du complot

Depuis avril 2020, le monde entier a dû passer à l’écran, la vie continue, uniquement en ligne. Avant même que la pandémie ne frappe, le ministère des Finances avait décidé de réduire le délai de traitement de 63 jours à un seul jour. Infosys a soumissionné ce projet.

Mais le portail de dépôt électronique en ligne depuis le 7 juin n’a fait que frustrer toutes les personnes impliquées ; les utilisateurs, le ministère et le géant des technologies de l’information.

Il est criblé de bugs. Les utilisateurs se sont plaints de problèmes tels que l’échec de la connexion, des erreurs de calcul des intérêts ainsi que l’impossibilité de vérifier électroniquement le RTI après le dépôt, entre autres problèmes. Il était déjà assez grave que la ministre des Finances se penche elle-même sur la question et lance à Infosys un ultimatum pour rectifier les erreurs avant le 15 septembre.

Toute l’affaire a beaucoup affecté la crédibilité du géant. Prabal Basu Roy, conseiller en gestion et ancien directeur d’entreprise, a déclaré à un portail médiatique : « Infosys est connu pour être un leader mondial dans la gestion des transformations numériques, en particulier chez BFSI et sa compétence est légendaire dans ce domaine. Les compétences du domaine sont similaires ici, alors comment peuvent-elles aller si mal ? C’est quelque chose que je n’arrive pas à comprendre.

Le portail de dépôt électronique est devenu indisponible pour la «maintenance d’urgence» pendant 2 jours entiers, ce qui a conduit le ministère des Finances à convoquer le PDG d’Infosys Salil Parekh à Delhi le 22 août. Après sa réunion, les médias ont été informés que les utilisateurs auraient bientôt un problème. -Expérience gratuite.

Lire aussi  L'UE abaisse les limites de plomb et de cadmium pour les produits alimentaires

« Plus de 750 membres de l’équipe travaillent sur ce projet et Pravin Rao, COO d’Infosys, supervise personnellement ce projet. Infosys travaille avec diligence pour garantir une expérience sans problème aux contribuables sur le portail », a déclaré le PDG.

Beaucoup croient maintenant que le gouvernement serait obligé de prolonger la date limite des déclarations de revenus. Le gouvernement, cependant, n’a pas encore commenté à juste titre une prolongation du délai.

« Je pense que la prolongation est inévitable maintenant même si tout va bien après le 15. Il n’est pas possible pour les contribuables d’assurer le dépôt des déclarations fiscales dans un délai aussi court. Je pense que les autorités prendront un appel approprié après le 15e», a déclaré Sourabh Baser Partner chez BGJC & Associates LLP.

Un air de conspiration a commencé à entourer tout l’incident. Pantchjanya a publié un article de couverture de quatre pages sur la société de services informatiques, avec la photo de Narayana Murthy, fondatrice d’Infosys, et un texte qui dit ‘Saakh Aur Aghaat’‘ (Réputation et Dégâts).

L’hebdomadaire associé à RSS critique le travail d’Infosys sur le projet et se demande si « une puissance anti-nationale essaie de nuire aux intérêts économiques de l’Inde à travers cela ». Surnommant la société comme ‘Unchi Dukan, Phika Pakwaan’ (grand cri et peu de laine), Panchjanya a noté que les pépins réguliers ont « réduit la confiance des contribuables dans l’économie indienne ».

« En raison de problèmes dans les portails de déclaration de TPS et d’impôt sur le revenu développés par Infosys, la confiance des contribuables dans l’économie du pays a pris un coup. Est-ce qu’une force anti-nationale via Infosys essaie de nuire aux intérêts économiques de l’Inde ? » l’article lu.

Lire aussi  Un moment qui m'a changé : une soirée lesbienne à la piscine m'a appris à être une meilleure personne | La vie et le style

L’article allait jusqu’à associer les erreurs aux « naxalites, aux gauchistes et aux gangs tukde-tukde ».

Cela a contraint de nombreux journaux et magazines, tant régionaux que nationaux, à rédiger des éditoriaux sur le sujet, souvent en solidarité avec le prestataire informatique.

Lire aussi ; Anand Mahindra et Elon Musk conviennent qu’ils sont « en sueur et en esclavage »

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick