Home » MacDonald: La nouvelle politique hypothécaire nuira aux Canadiens à faible revenu

MacDonald: La nouvelle politique hypothécaire nuira aux Canadiens à faible revenu

by Les Actualites

Le fait de limiter davantage les gens à la propriété réelle peut entraîner un aplatissement modéré des prix des logements, mais aura peu ou pas d’impact sur les acheteurs et les investisseurs les plus riches.

Contenu de l’article

Voulez-vous que l’écart entre les riches et les pauvres au Canada soit encore plus grand? Voulez-vous qu’il soit plus facile pour les riches d’acheter plus de maisons, mais plus difficile pour les Canadiens moyens de posséder une maison? Vous souhaitez rendre plus de personnes dépendantes du logement locatif?

C’est simple. Simplement, il est plus difficile de se qualifier pour un prêt hypothécaire sans rien faire d’autre pour corriger l’atroce déséquilibre des pouvoirs qui existe actuellement sur le marché canadien de l’habitation.

Comme le fait le gouvernement fédéral en augmentant le taux d’intérêt admissible pour les nouveaux prêts hypothécaires à compter du 1er juin.

Limiter davantage la capacité de la majorité des Canadiens de posséder réellement une propriété, et c’est précisément ce que fait cette décision, peut entraîner un aplatissement modéré des prix des maisons, mais cela n’aura que peu ou pas d’impact sur les Canadiens et les investisseurs les plus riches. Une période de réflexion obligatoire pour les achats de maisons, comme je l’ai suggéré récemment dans le Ottawa Citizen; ou exiger des vendeurs qu’ils acceptent la première offre qu’ils reçoivent à leur prix de liste publié (la façon dont chaque transaction de détail fonctionne); ou même simplement permettre à tous les soumissionnaires d’une propriété de connaître les détails des autres offres avant que les vendeurs ne prennent une décision finale – tout cela apporterait un peu de bon sens au marché canadien de l’habitation.

Lire aussi  Ashwin et Mithali nominés pour le prix Khel Ratna ; Bumrah et autres nominés pour le prix Arjuna

Contenu de l’article

Mais de telles mesures profiteraient principalement aux Canadiens à faible revenu, alors, bien entendu, le gouvernement ne l’a pas fait.

Au lieu de cela, le gouvernement a décidé que la solution à un problème causé principalement par un manque d’offre et la nature obscure du processus d’appel d’offres immobilier est de rendre plus difficile pour les Canadiens moyens de s’offrir une maison, ce qui décourage la construction de nouvelles maisons et la vente de maisons existantes dans le processus, sans rien faire pour empêcher les investisseurs de gober des propriétés.

C’est un excellent exemple du gouvernement qui récompense les Canadiens les plus riches pour un problème dont leur cupidité est en grande partie responsable, tout en punissant les Canadiens à faible revenu, pour lesquels il y aura maintenant encore moins à acheter.

Matthew A. MacDonald détient un doctorat en science politique de l’Université Carleton et travaille comme directeur de la photographie à Ottawa.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.