Pas de solution unique au racisme anti-autochtone dans le système de santé canadien : médecin

Bernice Thorassie n’a pas pu s’empêcher de parler au nom d’un patient dans la salle d’urgence d’un hôpital du nord du Manitoba après y avoir été soignée elle-même et avoir remarqué des attitudes du personnel qui sentaient le racisme anti-autochtone.

Thorassie, qui aide les patients à naviguer dans le système de santé pour le groupe de défense à but non lucratif Manitoba Keewatinowi Okimakanak, a déclaré que le ton coupant d’un travailleur seul était trop lourd à supporter alors qu’elle regardait un homme qui avait clairement besoin d’aide languir dans la salle d’attente.

“Ce que je voyais là-bas, je ne pouvais pas y croire”, a-t-elle déclaré à propos de sa récente expérience il y a environ un mois. « Je suis intervenu. Quand j’ai terminé mon traitement, je leur ai dit que c’est qui je suis, c’est ce que je fais.

Le racisme continu contre de nombreux patients autochtones a engendré une profonde méfiance à l’égard du système de santé, empêchant souvent les gens de se rendre dans un hôpital ou une clinique à Thompson, au Manitoba, une plaque tournante majeure des soins de santé dans la région, a déclaré Thorassie, membre du Première nation des Dénés Sayisi.

Les discussions sur le racisme systémique se sont intensifiées dans les communautés des Premières Nations après le décès en 2020 de Joyce Echaquan, une femme atikamekw qui, avant sa mort dans un hôpital du Québec, a publié une diffusion en direct sur Facebook du personnel faisant des commentaires désobligeants.

Bien que le problème soit répandu dans tout le Canada, certaines provinces s’associent à des groupes autochtones pour offrir une formation contre le racisme.

Cette semaine, avant la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation vendredi, la ministre de la Santé du Manitoba, Audrey Gordon, s’est jointe aux responsables de la santé et aux dirigeants autochtones à Thompson pour signer une déclaration reconnaissant un nombre élevé d’incidents liés au racisme et que le changement transformateur doit être dirigé par les Premières Nations. .

Les trois groupes concernés sont le Manitoba Keewatinowi Okimakanak, qui en cri signifie Northern Manitoba Chiefs, un organisme de santé appelé Keewatinohk Inniniw Minoayawin Inc., qui signifie Northern People’s Wellness, et la Northern Regional Health Authority.

Le Dr Barry Lavallee, PDG de Keewatinohk Inniniw Minoayawin Inc., ou KIM, a déclaré que le groupe vise à prendre en charge la prestation de services dans la région, en fonction d’un accord réussi avec les gouvernements provincial et fédéral. La nouvelle structure de gouvernance s’apparenterait à la First Nations Health Authority de la Colombie-Britannique.

Lire aussi  Le Keystone XL va au tribunal

Les médecins et autres fournisseurs de soins de santé seront tenus de suivre une formation obligatoire pour «affronter leurs propres préjugés», a déclaré Lavallee à propos des changements prévus pour le système de santé dans le nord du Manitoba, où les patients sont transportés d’autres régions dépourvues d’hôpitaux et cliniques.

Il a dit qu’il était temps de se concentrer sur l’impact du racisme, au lieu de fournir une «formation de sensibilité culturelle», qui évite un problème majeur dans le système de santé.

«Nous voulons que nos communautés interrogent les médecins et autres prestataires et décident si ces prestataires peuvent venir dans les communautés pour les servir comme ils le souhaitent. Le déséquilibre et l’asymétrie actuels dans le système, c’est que c’est le système blanc qui décide des médecins qui vont dans (les communautés) », a-t-il déclaré.

«Nous commençons à comprendre comment nous allons embaucher des accoucheuses autochtones et faciliter de meilleurs soins et faciliter un processus permettant à la Régie régionale de la santé du Nord de comprendre la profondeur de ses préjugés, ce qui nuit aux personnes qui tentent d’accéder aux services. .”

Les membres des Premières Nations ont de moins bons résultats en matière de santé parce qu’ils ne reçoivent souvent pas les soins dont ils ont besoin dans un système qui, par exemple, les stéréotype comme oublieux lorsqu’ils manquent des rendez-vous dans des milieux où ils se sentent importuns et négligés, a-t-il déclaré.

Le nombre élevé de cas de racisme non enquêtés dans la région suscite des inquiétudes depuis des années, a déclaré Lavallee, médecin de famille et ancien professeur adjoint à l’Université du Manitoba, où il s’est spécialisé dans le développement de programmes autochtones en médecine de premier cycle.

Il a déclaré que 4,6 millions de dollars de financement fédéral pour le travail de la déclaration avaient été demandés avant que l’expérience d’Echaquan n’attire l’attention nationale. Un coroner québécois a déclaré plus tard que sa mort d’un œdème pulmonaire lié à une maladie cardiaque rare impliquait un racisme systémique «indéniable» et les défaillances du système de santé.

L’histoire d’Echaquan et son dénouement tragique sont loin d’être un incident isolé.

Lavallee a récemment examiné le cas d’un homme autochtone de 42 ans atteint d’ostéomyélite, ou d’une infection osseuse, au pied gauche et a déclaré qu’il ne pouvait que conclure que le racisme était au cœur de la façon dont l’affaire a été traitée à Thompson et à Winnipeg. La famille du patient a demandé l’examen après que son état se soit rapidement détérioré et qu’ils craignaient qu’il ne se fasse amputer inutilement le pied, a ajouté le médecin.

Lire aussi  Test d'entraîneur de frappeurs sri-lankais positif pour COVID; La série Inde contre Sri Lanka reportée

“Ils l’ont emprisonné, ils l’ont mis dans un institut psychiatrique et ont refusé de l’écouter pendant trois ans qu’il avait un problème au pied. Ainsi, ce jeune homme est passé d’un revenu de 4 000 $ par mois en tant qu’opérateur de machine de haut niveau à l’aide sociale parce qu’il ne pouvait plus travailler, a déclaré Lavallee.

« En trois ans, la vie de cet homme a été détruite. Il y a environ trois ou quatre mois, ils essayaient de le contraindre à amputer son pied gauche.

Le patient a récemment reçu six semaines d’antibiotiques à Winnipeg pour éliminer l’infection, lui permettant de marcher, a déclaré Lavallee.

Les juridictions à travers le pays tentent de développer leurs propres stratégies pour relever les défis enracinés dans le soi-disant colonialisme médical.

En Colombie-Britannique, un ancien juge a été nommé il y a deux ans pour enquêter sur les allégations de racisme dans les salles d’urgence où le personnel aurait joué à des jeux pour essayer de deviner le taux d’alcoolémie des patients autochtones.

Une mise à jour l’année dernière du rapport initial de Mary Ellen Turpel-Lafond en décembre 2020 a révélé que 84 % des 2 780 répondants autochtones à l’enquête ont déclaré être victimes de discrimination dans les soins de santé et que ceux qui n’ont pas reçu de soins primaires et préventifs finissent souvent par avoir besoin d’un traitement secondaire.

La Colombie-Britannique a créé une division de la santé et de la réconciliation des Autochtones au sein du ministère de la Santé pour essayer de garantir la disponibilité de soins adaptés à la culture grâce à des «réformes à l’échelle du système», a déclaré le ministère dans une déclaration écrite.

Il a déclaré qu’au cours des prochains mois, la province prévoit de publier le premier rapport d’étape décrivant le travail d’un groupe de représentants des Premières Nations, des Métis et de la santé dans la mise en œuvre des changements, mais il a refusé de fournir des détails.

« Nous reconnaissons que nous ne pouvons pas agir assez rapidement pour répondre au racisme historique et continu spécifique aux Autochtones. La transformation profonde des systèmes demande du temps, du dévouement et un travail continu pour s’assurer que l’humilité culturelle est intégrée et que le racisme spécifique aux Autochtones est éradiqué.

Le Dr Alika Lafontaine, la première présidente autochtone de l’Association médicale canadienne, a déclaré que les membres de sa propre famille avaient été victimes de racisme, dont un qui avait demandé des soins pour des douleurs abdominales avant de l’appeler pour obtenir des conseils.

Lire aussi  Le Liban est le dernier au Moyen-Orient à détecter le premier cas de monkeypox

“Il m’est apparu clairement qu’il s’agissait probablement d’un mauvais diagnostic”, a déclaré Lafontaine, ajoutant qu’il avait conseillé à la personne en Saskatchewan de se faire réévaluer.

“Ils étaient très, très inquiets de ce qui se passerait s’ils contestaient l’évaluation”, a déclaré Lafontaine, ajoutant qu’il s’était arrangé pour qu’un collègue fasse le suivi et que le patient a fini par subir une intervention chirurgicale d’urgence le même soir, sans laquelle il aurait probablement subi d’importantes souffrances. préjudice.

Les patients, les membres de la famille et les prestataires de soins de santé qui signalent le racisme font face à un “très lourd fardeau” car l’accent peut être mis sur l’imposition de conséquences punitives à ceux qui ont causé le préjudice, au lieu de rechercher des solutions à long terme, a déclaré Fontaine, anesthésiste. à Grande Prairie, en Alberta.

Fontaine, qui devait marquer la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation avec une conférence en ligne sur le racisme dans les soins de santé organisée par la Coalition canadienne de la santé, a déclaré que les stratégies dans certaines régions du Canada font une différence parce qu’elles ont été dirigées par des peuples autochtones avec le soutien des collectivités locales.

“Je pense qu’en réfléchissant à la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation, nous avons l’occasion de réaliser qu’il y a de l’espoir là-bas”, a-t-il déclaré à propos du travail effectué pour mettre en œuvre des changements dans diverses régions.

«Je pense que nous voulons vraiment, en tant que pays, avoir cet exemple que nous pouvons étendre à l’ensemble du pays. Mais la vérité, c’est que les choses qui fonctionnent au Manitoba, en Ontario, en Alberta, en Colombie-Britannique ou ailleurs, fonctionnent dans ces régions parce qu’elles engagent la population locale.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 30 septembre 2022.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick