Près de 53 milliards de dollars de fonds fédéraux pourraient relancer l’industrie américaine des puces informatiques – Espanol News

Cette semaine, le président Joe Biden promulguera la loi CHIPS and Science Act de 2022. La législation comprend près de 53 milliards de dollars de financement pour encourager la fabrication nationale de puces à semi-conducteurs, ainsi que la poursuite des recherches dans ce domaine. “CHIPS” signifie “Creating Useful Incentives to Produce Semiconductors”, mais la loi va au-delà des composants informatiques, proposant d’importantes augmentations de financement pour l’Office of Science du ministère de l’Énergie, la National Science Foundation et l’Institut national des normes et de la technologie. Il définit également de nouvelles politiques pour la NASA, notamment l’extension du soutien à la Station spatiale internationale jusqu’en 2030 et la réorganisation d’un programme visant à renvoyer des humains sur la Lune et éventuellement sur Mars.

Parce que tant de domaines dépendent des puces informatiques, les effets de la nouvelle loi iront bien au-delà de l’industrie des semi-conducteurs, déclare Russell Harrison, directeur général par intérim de la branche américaine de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE-USA). ), qui conseille les politiciens sur la législation depuis quelques années. “En fait, j’essaie de penser à des industries qui ne dépendent pas d’eux”, ajoute-t-il. scientifique américain a parlé avec Harrison de ce que CHIPS et de la Science Act couvrent, et comment cela affectera les États-Unis.

[An edited transcript of the interview follows.]

Quels types de science, de technologie et d’exploration cette loi soutient-elle ?

Tous ceux! Ce n’est pas tout à fait vrai, mais il y a beaucoup de choses là-dedans. Tout d’abord, il est important de noter que le projet de loi comporte essentiellement deux articles. Il y a le CHIPS Act – il est assez ciblé et fantastiquement bon pour les semi-conducteurs et les industries connexes, ce dont l’IEEE est évidemment très enthousiaste. Il soutient vraiment l’industrie des semi-conducteurs et les entreprises associées – ce n’est pas seulement [funding] production de semi-conducteurs, c’est aussi tout ce dont vous avez besoin pour produire des semi-conducteurs : conception, conditionnement, un regard holistique sur l’industrie. Nous devons souligner cela parce que la loi CHIPS dans le projet de loi concerne les « fonds affectés ». C’est-à-dire qu’il s’agit de dollars réels et que cet argent va donc être dépensé. La majeure partie de l’argent va à l’industrie et soutient les investissements de l’industrie. Sur les 52,7 milliards de dollars de subventions, la majeure partie finira par aller à des entreprises privées. L’un des thèmes récurrents dans le projet de loi est le soutien au secteur manufacturier national, ce qui est important parce que le secteur manufacturier produit un grand pourcentage des emplois dans ce pays, comme il l’a toujours fait. faire des recherches [includes] 11 milliards de dollars [over five years] dans la recherche générale et le développement au sein du ministère du Commerce pour quoi que ce soit dans cet espace.

Lire aussi  Le vaccin COVID de Pfizer pour les jeunes enfants rencontre un problème

Qu’en est-il du soutien aux programmes scientifiques, y compris la NASA ?

Tu regardes tout le reste de la facture : tout ce qui concerne l’énergie et le NSF [National Science Foundation] recherche : tout cela est de l’argent « autorisé », ce qui signifie que ce n’est pas encore réel : nous devons passer par le processus d’affectation. Donc dans la section NASA [of the bill], il n’y a pas de vrais chiffres en dollars là-bas. mais ça le fait [mention] Artémis, la lune et au-delà des missions ; fait de la bureaucratie pour créer les structures nécessaires à la survie et à la prospérité de la NASA dans ce nouvel environnement spatial dans lequel nous nous trouvons.

Quelles industries dépendent des puces semi-conductrices ?

Tous ceux. Au sein de l’industrie des puces, une distinction est faite entre les puces héritées, qui sont les puces fiables qui existent depuis un certain temps, et les puces de nouvelle génération. Le projet de loi CHIPS est principalement axé sur les puces de nouvelle génération vraiment haut de gamme, bien qu’il y ait un langage pour les puces héritées. Donc, en regardant uniquement les puces vraiment haut de gamme : l’IA, évidemment, sera « plus rapide, mieux c’est » pour cette industrie. Communication, même chose. La finance a en fait besoin de beaucoup de puissance de calcul de la part de puces haut de gamme. L’industrie automobile s’appuie sur un nombre croissant de puces informatiques, mais ce ne sont généralement pas les puces les plus innovantes. Mais à mesure que vous entrez dans des véhicules plus autonomes, cette puissance doit être plus grande, car ils doivent prendre plus de décisions plus rapidement. Le secteur agricole : Les gens négligent toujours l’agriculture américaine, mais ils font des trucs incroyablement high-tech en termes de capteurs, de télédétection, de véhicules autonomes. [like] moissonneuses-batteuses et équipements agricoles, qui dépendront également de certains de ces éléments. L’énergie consomme beaucoup : répartie [energy] La technologie de génération, qui devient de plus en plus importante, est basée sur des modèles informatiques vraiment sophistiqués. L’industrie de la cybersécurité, qui fait partie de l’industrie de tout le monde, repose sur une technologie de pointe. Les États-Unis sont un pays de technologie de pointe; utilisons [chips for] tout cela.

Lire aussi  Avec l'initiative 25x5, l'AMIA vise à s'attaquer au fardeau de la documentation clinique

Quelles sont les puces de nouvelle génération capables de faire que les puces héritées ne le sont pas ?

Je sais qu’ils deviennent ridiculement petits. Les entreprises qui fabriquent ces puces commencent à s’aventurer dans des domaines exotiques, comme l’informatique quantique, qui est phénoménalement plus rapide (si nous pouvons le faire fonctionner) que les puces d’aujourd’hui. À un niveau fondamental, c’est une question de vitesse. Mais bien sûr, la vitesse se traduit par bien d’autres choses. Lorsque nous parlons de billions de transactions par seconde, au lieu de milliards de transactions par seconde, vous pouvez commencer à faire des choses que vous ne pourriez tout simplement pas faire avec les puces plus petites. Nous sommes entrés dans l’IA : la quantité de calculs nécessaires pour effectuer un véritable travail d’IA est bien plus importante que ce dont nous étions capables il y a 10 ans.

Le projet de loi atténuera-t-il les pénuries actuelles de semi-conducteurs causées par des problèmes de chaîne d’approvisionnement ?

Il ne peut pas résoudre le problème que nous rencontrons actuellement car il ne peut pas traiter un fabuleux [build a semiconductor fabrication factory] dans six mois C’est un projet de longue haleine. Mais à long terme, cela aidera certainement. Les longues chaînes d’approvisionnement sillonnant le globe et impliquant plusieurs pays et les voyages transocéaniques sont vulnérables. Peu importe les efforts que vous déployez pour les sécuriser, ils sont vulnérables simplement parce qu’ils sont longs. Produire des puces dans ce pays rendra la chaîne d’approvisionnement plus simple, plus propre et plus facile à protéger.

Il y a aussi des sections là-bas qui mettent en place de nouvelles études, créent de nouvelles organisations gouvernementales, pour faire un meilleur travail de surveillance des chaînes d’approvisionnement dans toute l’économie américaine afin qu’à l’avenir nous puissions identifier ces problèmes plus tôt, ce qui les rend plus faciles à gérer.

Une menace potentielle pour l’approvisionnement mondial en semi-conducteurs est la montée des tensions entre la Chine et Taïwan. CHIPS et le Science Act pourraient-ils réduire la dépendance des États-Unis vis-à-vis de la production internationale de puces ?

Lire aussi  La poussée de liberté d'expression d'Elon Musk est plus facile à tweeter qu'à faire. Et il semble le savoir

Taïwan est un leader mondial de la technologie des semi-conducteurs. Alors, CHIPS ou pas CHIPS, j’espère que nous continuerons à faire beaucoup d’affaires avec Taïwan dans ce domaine, car ils sont très bons dans ce domaine. L’essentiel est qu’il s’agit d’une technologie de pointe : celui qui peut le faire mieux gagnera. Les semi-conducteurs sont une industrie mondiale, la plupart des grands pays industriels jouant un rôle important. La Corée et Taïwan sont les grands. Le Japon ressemble un peu aux États-Unis, un fabricant haut de gamme et un grand pays de recherche. Les Européens font beaucoup de recherches dans ce domaine. Le CHIPS Act encourage les investissements aux États-Unis. Elle encourage aussi parfois la coopération internationale. Et franchement, la sécurisation des chaînes d’approvisionnement mondiales, ce que fait le projet de loi, est importante pour Taïwan et la Corée et pour nombre de nos autres partenaires asiatiques.

Quoi d’autre la loi CHIPS finance-t-elle ?

Travail : C’est l’une des sections du projet de loi qui nous enthousiasme le plus. Une grande partie de ce pays n’est pas encore impliquée dans l’économie du XXIe siècle. La loi CHIPS tente délibérément de changer cela par le biais de pôles technologiques régionaux et d’investissements dans les communautés mal desservies. Les investissements dans le développement de la main-d’œuvre vont bien au-delà des étudiants diplômés pour inclure la recherche de premier cycle, également ce qu’on appelait autrefois la formation professionnelle (que nous appellerons la formation professionnelle), les programmes de certificat et les collèges communautaires. Soixante pour cent des emplois dans ce pays ne nécessitent pas de diplôme universitaire ; nécessitent une formation. Et investir dans ces personnes, des personnes qui savent construire des robots, réparer des robots, faire fonctionner des systèmes de cybersécurité – ce sont des emplois de classe moyenne bien rémunérés et absolument essentiels à toute cette opération.

La loi CHIPS essaie intentionnellement de faire appel à des parties du pays qui ne sont pas impliquées dans cette industrie et ce travail. Cela aura un impact massif sur la prospérité globale des États-Unis à long terme. C’est aussi, franchement, la clé de la diversité : si vous voulez attirer des populations qui ne sont pas actuellement impliquées dans les domaines STEM, vous devez rapprocher l’industrie d’eux. Et c’est exactement ce que fait le projet de loi CHIPS.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick