Que pouvons-nous faire après avoir reçu un vaccin COVID? Les experts disent que des conseils clairs sont nécessaires

Le déploiement du vaccin COVID-19 au Canada atteint des centaines de milliers de personnes par jour, rapprochant le pays d’un retour à la normale.

Mais les experts disent qu’il ne faut pas s’attendre à ce que la vie quotidienne change trop tôt.

Alors que les vaccins ont montré une efficacité exceptionnelle après une dose, les autorités de santé publique exhortent toujours les gens à s’en tenir aux mesures de sécurité, quel que soit le statut vaccinal.

Avec plusieurs provinces aux prises avec des niveaux élevés de transmission communautaire et environ les deux tiers de la population toujours non vaccinés, la plupart des experts conviennent qu’il est trop tôt pour modifier les lignes directrices pour les personnes vaccinées.

Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas commencer à préparer nos prochaines étapes.

«Si vous avez reçu votre première dose, il est raisonnable un mois plus tard de penser: puis-je voir mes petits-enfants? Surtout si vous avez 85 ans et que vous ne les avez pas vus depuis un an », déclare le Dr Sumon Chakrabarti, spécialiste des maladies infectieuses à Mississauga, en Ontario.

Bien que Chakrabarti affirme qu’il n’est pas temps d’offrir des concessions complètes aux Canadiens partiellement vaccinés, il s’inquiète de ce qui pourrait arriver si les gens se lassent d’attendre des conseils officiels.

Certains se rassembleront malgré tout, dit-il, «donc avoir un cadre de ce qui est sûr aidera.»

Dans certains ménages où un seul membre est vacciné, la confusion s’est déjà installée.

L’éducatrice torontoise Jess Frias a reçu sa première dose il y a 10 jours, mais son mari attend toujours son vaccin. Alors que le vaccin a donné à Frias «la tranquillité d’esprit», elle ne se sent pas à l’aise de socialiser tant que ses amis et sa famille ne se font pas vacciner.

Pourtant, elle aimerait savoir ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas.

«Ce serait bien de donner aux gens des directives et je pense que ce serait une incitation pour certaines personnes (à se faire vacciner)», dit-elle. «Je sais qu’il y a des gens qui se disent: ‘Pourquoi devrais-je me faire vacciner maintenant? Cela ne change rien.  »

Les Centers for Disease Control and Prevention, basés aux États-Unis, ont publié mardi des directives mises à jour pour les personnes vaccinées et non vaccinées, accompagnées d’un graphique à code couleur montrant les activités sans danger pour l’un ou l’autre groupe – comme faire une promenade à l’extérieur – et celles qui nécessitent encore un masquage. du statut de vaccination, comme assister à un service de culte à pleine capacité.

Samantha Yammine, neuroscientifique et communicatrice scientifique, dit que les choses sont différentes au Canada, où les deuxièmes doses des vaccins à deux doses sont retardées jusqu’à quatre mois.

Yammine dit que l’étalement d’un approvisionnement limité en vaccins signifiait que plus de personnes obtenaient une protection partielle – mais cela signifie également moins d’individus entièrement vaccinés que nos voisins du sud.

Des études montrent que la première dose offre une protection d’environ 80% contre la maladie COVID grave et la mort un mois après avoir reçu le vaccin.

Yammine dit que le fait d’avoir une majorité de personnes protégées par une dose «nous sortira du mode crise» et soulagera la pression sur les hôpitaux.

Mais, ajoute-t-elle, les restrictions ne seront probablement pas levées tant que davantage de personnes n’auront pas reçu leur deuxième dose, ce qui pousse la protection au-delà de 90%.

«C’est là que je pense que les Canadiens seront vraiment frustrés au cours des prochains mois», dit Yammine. «Nous avons tous dû être si patients et ce fut une année très difficile. Mais nous sommes si proches de la fin.

«Notre première dose, cela va nous aider à mettre fin à cette troisième vague et, espérons-le, à éviter de futures vagues. … (mais) pour les parties positives à venir, où nous pouvons recommencer à traîner de manière plus régulière, cela pourrait prendre plus de temps.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

L’administrateur en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a déclaré vendredi que les restrictions pourraient commencer à être levées cet été si 75% des Canadiens reçoivent leur première dose et 20% la deuxième d’ici là.

Yammine s’attend à ce que des directives claires viennent bientôt des communicateurs en santé publique, en particulier à l’approche d’événements familiaux comme la fête des mères et la fête des pères.

Alors que certains Canadiens peuvent penser qu’il est sécuritaire de rendre visite à des parents vaccinés, elle dit que le risque est plus élevé lorsque le COVID circule fortement dans la communauté.

«Il y a une efficacité très élevée (avec) la première dose, et c’est incroyable, mais vous pouvez toujours avoir un COVID avec des symptômes, vous pouvez toujours le transmettre», dit Yammine. «Et nous ne sommes donc pas encore tout à fait sortis du bois.»

La Dre Lynora Saxinger, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de l’Alberta, dit qu’elle n’a aucun problème à attendre des conseils définitifs sur ce que les personnes vaccinées peuvent et ne peuvent pas faire.

Alors que certaines études suggèrent que les vaccins réduisent également la probabilité de propagation du virus, Saxinger dit qu’il n’y a toujours «pas beaucoup de bonnes preuves dans ce domaine».

Elle s’attend à ce que ce soit la principale raison pour laquelle les responsables de la santé publique appellent à la prudence. Mais avoir les mêmes règles pour tout le monde favorise également la «cohésion communautaire», dit-elle. Et il reconnaît l’iniquité du déploiement, où certaines personnes qui méritent un vaccin n’ont pas encore pu en obtenir un.

«Si les personnes qui ont été vaccinées obtiennent une carte de sortie de prison pour les rassemblements et les masques et absolument tout dans la vie publique, c’est vraiment injuste pour ceux qui n’ont pas eu la chance de se faire vacciner,» elle dit.

Kelly Grindrod, professeure agrégée à l’École de pharmacie de l’Université de Waterloo, affirme qu’avec plus de 11 millions de personnes actuellement partiellement vaccinées, il serait peut-être temps de donner un semblant de «conseils transitoires pour cette phase intermédiaire».

Elle s’attend à ce que cela comprenne encore le masquage, la limitation des contacts et la bonne distance pour les personnes vaccinées, du moins jusqu’à ce que nous réduisions la propagation dans la communauté.

Grindrod, qui aide à gérer une clinique de vaccination à Waterloo, en Ontario, dit que nous pouvons accélérer ce processus en prenant le premier vaccin dont nous disposons.

«Si vous pouvez recevoir votre première dose maintenant et votre deuxième dose en été, cela augmente considérablement les chances que nous ayons moins de restrictions d’ici là.»

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick