Réfléchir durant plusieurs heures peut mener à un sentiment d’épuisement mental

Une grosse journée de travail mental vous semble aussi épuisante qu’un gros entrainement sportif? Ce n’est pas qu’une impression, puisque réfléchir pendant plusieurs heures peut causer un sentiment d’épuisement mental, a révélé une récente étude.

Alors que les ordinateurs peuvent fonctionner sans arrêt, le cerveau humain, lui ne peut pas. Le but des chercheurs était donc de comprendre ce qu’est vraiment la fatigue mentale.

Selon les résultats de l’étude publiée jeudi dans le journal «Current Biology», le fait de réfléchir intensément pendant plusieurs heures libère une toxine atteignant le cortex préfrontal. Ainsi, cette toxine vient réduire le contrôle des décisions prises par la personne qui favorise les actions de moindre effort au fur et à mesure que la fatigue progresse.

Bien que les théories influentes laissent croire que la fatigue est une «illusion concoctée par le cerveau» nous orientant vers des activités gratifiantes, le travail cognitif entrainerait une «véritable altération fonctionnelle», a expliqué, par voie de communiqué, Mathias Pessiglione, professeur à l’Université Pitié-Salpêtrière à Paris et co-auteur de l’étude.

«La fatigue serait bien un signal qui nous fait arrêter de travailler, mais dans un autre but: préserver l’intégrité du fonctionnement cérébral», a-t-il ajouté.

Les chercheurs ont ainsi remarqué des signes de fatigue lors d’un travail mental plus difficile en plus d’avoir un taux de glutamate plus élevé. Ainsi, le seul moyen de récupérer après un effort mental, c’est de se reposer.

«Il existe de bonnes preuves que le glutamate est éliminé des synapses pendant le sommeil», a indiqué M. Pessiglionne.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick