Une veillée organisée à Ottawa pour les victimes d’une fusillade de masse dans un bar gay du Colorado

“C’est presque comme si nous étions toujours en mode veille parce que la haine est toujours là, et la plupart du temps, le monde ne le remarque tout simplement pas”

Contenu de l’article

Une poignée d’arrangements floraux ont été placés sur les marches du monument Hommage canadien aux droits de l’homme jeudi soir alors que les gens se rassemblaient lors d’une veillée au centre-ville d’Ottawa pour les victimes d’une fusillade de masse la semaine dernière dans un bar gay du Colorado.

Publicité 2

Contenu de l’article

Les gens ont accepté des bougies, les ont allumées et se sont tenus silencieux seuls ou en petits groupes, écoutant attentivement la lecture à haute voix des noms des cinq victimes.

Contenu de l’article

Daniel Aston, 28 ans, Derrick Rump, 38 ans, Ashley Paugh, 35 ans, Kelly Loving, 40 ans, et Raymond Green Vance, 22 ans, ont tous été abattus à l’intérieur du Club Q à Colorado Springs samedi dernier. Plus de 15 autres personnes auraient été blessées.

Lire aussi  Le juge de première instance Casey Anthony appelle BS dans la dernière explication de la mort de sa fille

Environ 100 personnes à Ottawa ont entendu des remarques sur les victimes dans l’espace extérieur à côté du monument sur la rue Elgin, les hommages et les bougies dans l’obscurité du soir se combinant pour créer une atmosphère solennelle appropriée.

Le problème, a-t-on dit à ces 100 personnes, c’est que les gens deviennent trop bons pour diriger ces événements parce qu’ils se produisent trop souvent; qu’il y a trop de haine et que trop de gens meurent à cause de cela.

Publicité 3

Contenu de l’article

Une centaine de personnes sont venues pour une veillée aux chandelles au Monument des droits de la personne au centre-ville d'Ottawa jeudi soir pour pleurer et se souvenir des personnes tuées lors de la récente fusillade du Club Q à Colorado Springs.
Une centaine de personnes sont venues pour une veillée aux chandelles au Monument des droits de la personne au centre-ville d’Ottawa jeudi soir pour pleurer et se souvenir des personnes tuées lors de la récente fusillade du Club Q à Colorado Springs. Photo de Julie Olivier /Postmédia

“Nous imaginons que nous sommes sur une voie ascendante de progrès, mais je fais du plaidoyer queer et trans depuis plus d’une décennie maintenant et j’ai l’impression que nous nous améliorons à utiliser les bons mots, mais le quotidien ne change pas », a déclaré par la suite Fae Johnstone, avocate 2SLGBTQ+.

« Je me sens toujours en insécurité. Je me sens moins en sécurité maintenant qu’il y a sept ans, lorsque j’ai fait mon coming out en tant que trans. Cela devrait être un fait stupéfiant. Nous vivons dans un monde où beaucoup d’entre nous ont l’impression que personne ne fait attention, où un gouvernement peut publier un beau communiqué de presse ou donner un peu d’argent et tout le monde sourit, et la haine est toujours là. Je pense que c’est de là que vient la rage : le fait que nous devons encore faire ça.

Johnstone – une femme trans, écrivaine et directrice exécutive de l’entreprise sociale et de la société de conseil Wisdom2Action – et d’autres ont noté que la vigile d’Ottawa de jeudi n’était pas la première manifestation locale à suivre une tragédie faisant de nombreuses victimes dans un bar gay aux États-Unis. Il y en avait aussi un pour pleurer 49 personnes tuées – 59 autres ont été blessées – à la discothèque Pulse à Orlando, en Floride, en juin 2016.

Lire aussi  Johnson: La misogynie est intégrée à notre culture et à notre système judiciaire

Publicité 4

Contenu de l’article

“Ce sont les moments qui retiennent l’attention, mais nous avons des jeunes qui perdent la vie, des jeunes dont chaque jour est du harcèlement à l’école et dans la rue”, a déclaré Johnstone. “C’est presque comme si nous étions toujours en mode veille parce que la haine est toujours là, et la plupart du temps, le monde ne le remarque tout simplement pas.”

Debbie Owusu-Akyeeah, directrice exécutive du Centre canadien pour la diversité des genres et de la sexualité, basé à Ottawa, a déclaré à la foule qu’elle était à la fois fatiguée “et pleine de rage queer” depuis dimanche matin, lorsqu’elle a entendu des reportages sur les meurtres à Colorado Springs. .

De nombreuses communautés marginalisées devront continuer à faire face à ce type de violence, a ajouté Owusu-Akyeeah.

“Nous devons pleurer nos morts et nous battre comme un enfer pour notre vie”, a-t-elle déclaré.

Publicité 5

Contenu de l’article

Toby Whitfield, directeur exécutif de Capital Pride, qui a organisé la veillée de jeudi, a déclaré qu’elle avait été organisée en réponse aux demandes de personnes travaillant dans des établissements homosexuels locaux et d’autres membres de la communauté pour un espace de réflexion sur la perte de vies humaines à Colorado Springs.

«Nous passons beaucoup de temps dans et autour de notre festival Capital Pride à répondre aux gens qui demandent pourquoi nous avons toujours Capital Pride. Pourquoi les célébrations de la fierté et le défilé de la fierté sont-ils toujours importants ? Et je pense, en réfléchissant à la programmation de l’été, nous avons vu des gens venir et essayer de perturber les événements pendant le festival Capital Pride … les nouvelles du Colorado », a déclaré Whitfield.

Lire aussi  Permis d'adjoint au médecin suspendu en raison d'actions COVID

Publicité 6

Contenu de l’article

«Tout cela montre pourquoi il est toujours important pour la communauté 2SLGBTQ + et la communauté au sens large et ses alliés de faire pression pour une société plus inclusive parce qu’en fin de compte, les gens qui étaient au Colorado essayaient de vivre leur vie, sortir pour une soirée, et, s’ils ne sont pas sûrs de le faire dans ce bar local, alors où sont-ils en sécurité ?

“Je pense que c’est un peu la chose à laquelle je réfléchis en tant que personne qui organise des événements et de la programmation et qui organise le festival Capital Pride, et à quel point ces espaces sont importants pour la communauté queer et à quel point il est important que nous continuions à nous assurer qu’il y ait sont des espaces sûrs pour les gens.

Le jeune homme de 22 ans accusé d’être le tireur de Colorado Springs, Anderson Lee Aldrich, a comparu devant le tribunal mercredi. Selon les médias américains, Aldrich a été placé en garde à vue sur des accusations préliminaires : cinq chefs d’accusation chacun de meurtre au premier degré et de crimes motivés par des préjugés – appelés ailleurs crimes de haine – causant des lésions corporelles.

Des accusations formelles, ainsi que d’autres chefs d’accusation, sont attendus lors de la prochaine audience prévue d’Aldrich le 6 décembre, coïncidant avec le 33e anniversaire de la fusillade de masse de 1989 qui a fait 14 morts à l’École Polytechnique de Montréal.

    Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick