Utiliser l’assurance nationale pour financer l’aide sociale est régressif et injuste | Des lettres

Si l’équité était le critère de jugement d’un impôt (Éditorial, 3 septembre), on n’aurait jamais vraiment introduit l’assurance nationale. C’est à la fois un impôt sur le revenu et un impôt sur l’emploi; c’est régressif ; il n’est pas payé par ceux qui ont dépassé l’âge légal de la retraite ; il incite à la construction de schémas imaginatifs d’évitement des sous-traitants ; et il nécessite son propre système de collecte et d’enregistrement.

Pourquoi ne pas, au nom de l’efficacité et de l’équité, abandonner le NI et le remplacer par des impôts plus simples sur le revenu et les bénéfices ? Cela garantirait que ceux qui ont les épaules les plus larges supportent le plus lourd fardeau (puisque l’impôt sur le revenu est progressif). Cela élargirait l’assiette fiscale – les revenus, qu’ils proviennent du travail ou d’une pension, deviennent imposables, indépendamment de l’âge du bénéficiaire, et les employeurs deviennent assujettis à l’impôt en fonction des bénéfices qu’ils réalisent, plutôt que de l’effectif des salariés. Bien sûr, les taux globaux de l’impôt sur le revenu vont bondir, mais l’impôt qui en résulterait serait plus équitablement réparti entre tous les contribuables (notamment parce que le remplacement d’un impôt régressif par un impôt progressif garantit que les moins aisés paient moins).

Si, dans la recherche de financement du NHS et de l’aide sociale, il y a un vrai débat sur l’opportunité d’utiliser NI ou l’impôt sur le revenu, le moment est peut-être venu de sortir de ces limites et de faire la bonne chose : arrêtez de prétendre que NI est un régime d’assurance, accepter qu’il ne s’agit que d’un impôt de plus, décider de simplifier l’ensemble du système, de le rendre plus équitable et de veiller à ce que sa perception soit plus efficace.
Adrien Darnell
Durham

Concernant le projet d’augmenter l’assurance nationale pour financer l’augmentation des coûts de la santé et des soins (Rapport du 3 septembre), ce sont toujours les pauvres qui paient pour les pauvres. Est-ce maintenant les pauvres qui paient pour que les classes moyennes gardent leurs maisons ?
Janet Briffett
Londres

Lire aussi  Le chef écologique du NHS dit que moins de rendez-vous en face à face avec le NHS sont une bonne chose

Vous avez un avis sur tout ce que vous avez lu dans le Gardian aujourd’hui ? S’il te plaît e-mail nous votre lettre et elle sera considérée pour publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick