Home » Vous voulez rendre les rues plus sûres pour les femmes? Commencez par le cyclisme | Cyclisme

Vous voulez rendre les rues plus sûres pour les femmes? Commencez par le cyclisme | Cyclisme

by Les Actualites

jeIl était exaspérant et épuisant de lire les commentaires sur les réseaux sociaux à la suite du meurtre d’hommes de Sarah Everard suggérant qu’elle avait pris une «mauvaise décision» de rentrer seule à la maison dans le noir. Chaque jour, les femmes et les personnes non conformes au genre font par réflexe des calculs sur leur sécurité d’une manière que la plupart des hommes n’ont pas à faire – et pourtant parfois, tragiquement, cela ne suffit toujours pas.

Nous avons normalisé une société dans laquelle les hommes peuvent se déplacer à leur guise tandis que nous autres craignons pour notre vie pour le simple fait de rentrer chez eux.

Les normes et les attentes en matière de genre enracinées constituent une grande partie du tableau, mais elles sont aggravées par la conception physique de nos espaces publics, qui est souvent basée sur les besoins des hommes – hommes blancs, cisgenres, hétérosexuels, en particulier. L’infrastructure cyclable du Royaume-Uni est particulièrement hostile aux femmes – et il est temps que nous la réexaminions.

Le vélo n’élimine pas le risque de harcèlement ou de violence pour les femmes, mais il donne au moins un contrôle plus personnel sur l’itinéraire, la vitesse et le temps de trajet, et supprime une partie de la vulnérabilité liée à la marche ou au fait d’être pris au piège dans une situation dangereuse dans les transports en commun. ou dans un taxi. Comme le dit Tiffany Lam, experte en cyclisme et en design urbain, «Quand je suis« devenue cycliste »en 2013, je me suis sentie libérée du harcèlement de rue. Je n’ai jamais été assez longtemps pour que quelqu’un essaie de me harceler et même si c’était le cas, je pourrais m’en sortir beaucoup plus rapidement sur deux roues.

Des données provenant d’autres pays montrent que les femmes sont plus susceptibles de faire du vélo que les hommes lorsqu’une infrastructure cyclable de soutien est en place, comme des pistes cyclables bien éclairées et entièrement séparées de la circulation, et des itinéraires sûrs qui facilitent divers trajets (pas simplement l’extérieur vers le centre-ville). Aux Pays-Bas et à Copenhague par exemple, 55% des déplacements à vélo sont effectués par des femmes. À Paris et à Lisbonne, le nombre de cyclistes féminines a augmenté avec les investissements récents dans des pistes cyclables protégées et d’autres mesures.

Pourtant, trop de femmes au Royaume-Uni estiment que le cyclisme n’est «pas pour elles». L’enquête Sustrans Bike Life 2019 a révélé que 76% des femmes au Royaume-Uni ne font jamais de vélo et que seulement 9% des femmes font du vélo régulièrement, contre 21% des hommes, les femmes issues de minorités ethniques étant les moins susceptibles de faire du vélo. L’enquête a également révélé que 36% des femmes qui ne font pas de vélo aimeraient commencer. Si la préoccupation concernant les dangers de la circulation était la principale raison de la non-participation donnée par tous les répondants qui ne font pas de vélo, elle était une préoccupation disproportionnée pour les femmes. Cela n’est guère surprenant: des recherches ont montré que les cyclistes au Royaume-Uni sont deux fois plus susceptibles que les hommes d’avoir été confrontés à des «quasi-accidents» ou au harcèlement de la part des conducteurs, tandis qu’une étude américaine a révélé que les conducteurs sont 3,8 fois plus susceptibles de croiser les cyclistes de trop près. que les cyclistes masculins.

Les interventions pour inciter les femmes à faire du vélo se concentrent souvent sur le renforcement de la confiance, plutôt que sur la conception des infrastructures différemment. Bien que bien intentionnées, ces initiatives renforcent le discours selon lequel c’est le comportement des femmes qui doit changer – et non les actions des hommes ou la façon dont nous planifions les villes, les villes et les itinéraires de transport en commun.

Au lieu de cela, nous devons construire une infrastructure cyclable explicitement féministe, éclairée par des points de vue divers et représentatifs. La nouvelle stratégie du gouvernement sur le vélo et la marche, publiée l’année dernière, démontre un engagement apparemment authentique à améliorer l’infrastructure cyclable à travers le pays et décrit certaines étapes prometteuses – dont plusieurs qui profiteraient probablement aux cyclistes féminines. Mais il n’inclut aucune analyse significative des inégalités de genre (ou autres) qui informent nos infrastructures cyclables existantes, ni comment prendre en compte les besoins des différents groupes.

Une meilleure analyse des différences dans les types de voyages effectués par les femmes et les hommes est essentielle. Une grande partie de l’architecture cycliste «signature», comme les autoroutes cyclables, est conçue pour emmener les gens de l’extérieur vers l’intérieur de la ville, aux heures de pointe – des trajets plus alignés sur les habitudes de déplacement des hommes que des femmes. Moins de priorité est accordée à la facilitation du cyclisme en toute sécurité sur les itinéraires de l’extérieur vers l’extérieur de la ville, les trajets plus courts et les itinéraires hors route, qui sont tous plus susceptibles d’être empruntés par des femmes. Étant donné que les femmes sont plus susceptibles d’utiliser plusieurs modes de transport et la «chaîne de trajets» (trajets à arrêts multiples), il convient également de prêter davantage d’attention à la liaison des itinéraires cyclables sûrs avec d’autres formes de transport, avec une plus grande parking pour vélos bien éclairé dans les centres de transport.

L’expansion récente des initiatives favorables aux cyclistes telles que les quartiers à faible trafic (LTN) a été critiquée pour avoir réduit la «surveillance naturelle» de la circulation – ce qui fait que les femmes se sentent moins en sécurité lorsqu’elles marchent dans l’obscurité. Mais cela crée une fausse opposition entre les femmes cyclistes et les piétons, qui ont en réalité la même simple exigence: pouvoir rentrer chez eux en toute sécurité. Cela ne devrait pas être trop demander.

Il va sans dire que l’espace public ne sera pas vraiment sûr pour les femmes sans une prise en compte beaucoup plus large des structures de pouvoir et des inégalités sexospécifiques qui contraignent nos vies. Mais investir dans des infrastructures qui permettent aux femmes de mieux contrôler leur propre sécurité et leur mobilité – dans une société qui les refuse simultanément et les blâme de ne pas se protéger – serait un bon début.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.