Home » Arrêter la libération massive de méthane est essentiel pour le climat, selon l’ONU

Arrêter la libération massive de méthane est essentiel pour le climat, selon l’ONU

by Les Actualites

Les plus grandes sociétés pétrolières et gazières du monde se sont engagées en 2018 à réduire la proportion de méthane rejeté par leurs opérations d’un cinquième, à moins d’un quart de pourcentage du gaz qu’elles vendent, d’ici 2025 – un objectif que les entreprises ont déclaré avoir atteint l’année dernière – avec une ambition de 0,2%.

La minimisation du méthane des décharges joue également un rôle, tout comme la réduction des émissions de méthane provenant du bétail. Mais les technologies de réduction des émissions sont moins sûres dans ces domaines. Les rejets provenant du bétail, en particulier, devraient représenter une part croissante des futures émissions de méthane, à moins qu’il n’y ait de percées technologiques ou que les principaux consommateurs de viande du monde changent leur alimentation.

Dans l’ensemble, plus de la moitié des émissions mondiales de méthane proviennent des activités humaines dans trois secteurs: les combustibles fossiles, les décharges et autres déchets, et l’élevage et les autres activités agricoles. Le méthane s’infiltre également des zones humides et d’autres sources naturelles.

Le rapport de l’ONU souligne également comment la réduction des émissions de méthane peut apporter des avantages significatifs pour la santé publique. Le méthane est un contributeur important à la formation d’ozone près de la surface de la terre. L’ozone est connu pour augmenter le risque d’hospitalisations et de décès prématurés. Il réduit également les rendements des cultures et la croissance des forêts.

La réduction des émissions de méthane permettrait d’éviter plus de 250000 décès prématurés et plus de 750000 visites à l’hôpital liées à l’asthme, chaque année à partir de 2030, selon le rapport. La réduction des émissions permettrait également d’éviter plus de 70 milliards d’heures de travail perdu à cause de la chaleur extrême et plus de 25 millions de tonnes de pertes de récolte par an.

Le revers de la médaille est que, sans action, les émissions de méthane peuvent aider à pousser le monde au bord d’un changement climatique catastrophique. Si rien n’est fait, les émissions de méthane devraient continuer d’augmenter au moins jusqu’en 2040, selon le rapport de l’ONU.

«Nous allons toujours dans la mauvaise direction, mais nous pouvons renverser la vapeur très, très rapidement», a déclaré le Dr Shindell. «Nous pourrions tous utiliser une success story climatique.»

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.